• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Évasion

#1
J'aimerais m'évader.
Respirer sans que mon coeur Ne sente trop cet environnement encombrant.

J'aimerais m'évader.
Pour me sentir enfin libre de ce qui m'emprisonne.

J'aimerais m'évader. Loin.
Pour que plus jamais je n'es les larmes qu'ils ne méritent pas.

J'aimerais m'évader.
Pour me sentir exister, car je ne suis qu'un fantôme de 17 ans.

J'aimerais m'évader.
Parce que tout ça me rend triste. Parce que j'ai du mal à tolérer des choses.

J'aimerais m'évader.
M'enfuir.
Disparaître.
Loin.
De tout .
 
#2
J'aimerais m'évader.
Respirer sans que mon coeur Ne sente trop cet environnement encombrant.

J'aimerais m'évader.
Pour me sentir enfin libre de ce qui m'emprisonne.

J'aimerais m'évader. Loin.
Pour que plus jamais je n'es les larmes qu'ils ne méritent pas.

J'aimerais m'évader.
Pour me sentir exister, car je ne suis qu'un fantôme de 17 ans.

J'aimerais m'évader.
Parce que tout ça me rend triste. Parce que j'ai du mal à tolérer des choses.

J'aimerais m'évader.
M'enfuir.
Disparaître.
Loin.
De tout .
On cherche à s'évader lorsque quelque chose nous emprisonne,
nous donne l'impression d’étouffer, d’être un oiseau dans une cage...
c'est aussi philosophique:
Faut-il être libre pour se sentir exister?"
On aimerai savoir ce que tu as du mal à accepter dans ta vie,
tout ce qui peut te faire pleurer, à la lecture de ton récit...
Amitié,
Julien
 
#3
C'est un sentiment décourageant
se sentir étouffé!

Tu semble être en pleine dépression
et ceci se soigne!
Fais le nécessaire auprès de la médecine
elle seule peut t'aider à mieux respirer
l'environnement!

Amitiés, Poly
 
#4
On cherche à s'évader lorsque quelque chose nous emprisonne,
nous donne l'impression d’étouffer, d’être un oiseau dans une cage...
c'est aussi philosophique:
Faut-il être libre pour se sentir exister?"
On aimerai savoir ce que tu as du mal à accepter dans ta vie,
tout ce qui peut te faire pleurer, à la lecture de ton récit...
Amitié,
Julien
Merci beaucoup