Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web.
Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.

  • Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Concours actuel PERMIS DE REVER

#1
CONCOURS « Permis de rêver »
DU 6 JANVIER AU 1er FEVRIER
RÉSULTATS 3 FEVRIER


attrape-de-reves-.jpg



Thème : Est-il encore permis de rêver ? Que signifie le rêve pour vous ?



Consignes :

Toutes formes acceptées.
Attention à l’orthographe, aux répétitions et à la ponctuation !


Attendre les résultats avant de poster les poèmes participants sur votre page.

Chaque concurrent pourra envoyer trois poèmes.

Vous pouvez également participer en hors concours.

Envoi de vos participations sur ma MP.
Comme vous devez- vous en douter : BESOIN DE JUGES !!! Me contacter sur ma MP.


****************************

1 La trêve de la sève de mes faux rêves.

Aujourd’hui, je veux vous la conter brève,
Pour que je ne vous ennuie pas de mes rêves
Mes nuits sont trop encombrées de cauchemars,
Pour que je n’ai pas envie de veiller trop tard.


Ce jour, en dégustant la galette, j’ai avalé la fève,
En, pensant : J’suis roi et maintenant je crève !
Mon cerveau encombré, assailli en traquenard,
Dans mon sommeil, il reste toujours en bazar.


Pourtant dans mon école j’étais un très bon élève,
Où mon prof d’histoire nous créait des histoires de glaive,
Qui aveuglaient mon cerveau de la vie de César,
Quand les gladiateurs s’étripaient même en char.


C’est quand vient le jour que je vois la relève,
Et que de ces noirceurs, je voudrais faire la grève,
Que dans l’obscurité, ne reste que mon avatar,
Afin que de mes faux rêves, je ne sois plus pétochard.


Et s’il est d’un permis de rêver d’une trêve
J’ai perdu tous mes points, du repos je n’ai plus de sève.
De toutes ses histoires, je veux les mettre au placard,
Pour que mes siestes ne soient plus liées au hasard.


************************
2 Rêve ou destin réel d'une vie irréelle.

Chère dont la beauté semble être un mensonge
De sa précision, j'admire son savoir
Autant que j'aimerais sur mon amour l'avoir
Comme son enveloppe à l'heure de ce songe,


Au visa de rêver, ce présage me ronge
Vous l'étoile du cœur le plus joli devoir
Qu'ait fait enfin la nuit, sans même apercevoir
Votre visage d'or, quand le jour se prolonge ;


Définition veut, pour l'exemple des mots
De ce mirage enfin, de nouveaux guillemots,
S'envoleront ici comme de nombreux anges,


Rêverie ou délire à nous de l'inventer,
Cette autre illusion de nos destins étranges,

Car le rêve est réel comme vie à tenter...

*******************

3 Amour de papa

La nuit touche les premières lueurs matinales, à peine mes paupières se sont alourdies,
Déjà sur un nouveau monde, le jour est progressivement venu s'ouvrir,
Ce matin-là, je gigotais, j'étais encore plongé dans mon sommeil malgré mon corps engourdit,
Je crois que je rêvais, ne cessant point une seconde de me couvrir, découvrir et me recouvrir,
À bord d'un très grand voilier où j'étais installé, voguant sur l'océan, j’accompagnai mon père,
Un air zéphyrien passait sur nous, et nous provoquait de bien nombreux frissons,
Seule une île déserte semblait être encore pour nous notre unique repère,
Ensemble avec un bel enthousiasme, nous chantions, nos voix furent à l'unisson,
Oui, je rêve, je rêve inlassablement de ce papa qui n'était nul autre que le mien qui fut si aimant,
Parfois, je retrace en ma mémoire tous nos souvenirs où l'on avait l'air très radieux,
Même si depuis des années, hier, aujourd'hui, demain, mon cœur saigne et saignera inconsciemment,
Dans les tréfonds de moi-même, je sais très bien que jamais, je n'ai su lui dire vraiment adieux,
Souvent sans bruits, je désire à nouveau ou ne serait-ce qu'une autre dernière fois ta main,
Entendre encore ton rire résonnait dans la maison ou même seulement l'écho de ta voix,
À mon réveil, hélas, toi, tu n'es plus là, alors je viens déposer sur ta tombe un bouquet de jasmin,
Au creux de ma main, je dépose un baiser volant et la guide vers le ciel, uniquement à toi, je l'envoie.


******************

4 Si de rêver, il nous a été permis.

Maintes fois, j'ai rêvé, de voir un jour le monde ;
Sans aucun préjugé, sans race ni couleur,
Prônant la liberté, pour un nouvel ailleurs,
Sous un ciel magnifique où le soleil inonde.


Ainsi, de mettre un terme à cette guerre immonde
Qui tue des innocents et fait régner la peur
Dans toute l'atmosphère, en semant la terreur
Parmi les habitants, l'horreur nauséabonde.


Si le fait de rêver, redonne un peu d'espoir,
Pour retrouver la paix, avec tout le pouvoir
De l'amour, nous vaincrons toute la violence.


Ensemble, nous irons en se donnant la main ;
Dans un futur prochain, avec la tolérance ;
Pour qu'enfin, nous vivions un meilleur lendemain.


*****************

5 Berceau d’illusions

Soudainement, je me suis retrouvée seule, au cœur d’un moment éphémère,
Lasse de ne pas toujours avoir su donner un sens à mes chimères,
Me sentant comme un coquillage qui se laisse emporter par la mer,
Sur le sofa, je me suis assoupie seulement quelques instants,
Les échos des souffles de vent sont venus me bercer ne serait-ce qu'un temps,
J'aurais tellement aimé pouvoir rêver ce même rêve encore très longtemps,
Bien blottie dans un berceau d’illusions, les yeux mi-clos, je me suis endormie,
Quelques pas vers les rêves inaccessibles, je me suis permis,
Parfois, il arrive que je ne veuille pas vivre ceux-là qu'à demi,
Sous chacune des grâces des toutes dernières divinités,
Je m'inspire sans bruit en profitant de cette si belle nuitée,
Rêver est bien encore l'une de ses merveilleuses gratuités,
Un berceau comme celui-ci est semblable à un bel empire,
Au point que je puisse y apercevoir le merveilleux pont des soupirs,
Durant ces instants de silence, tranquillement, j’ai su m'assoupir,
Trouvant un certain confort dans ce joli berceau,
Où, soudainement, mes rêves s'en emplissent d’idéaux,
Alors qu’entre rêves et espérances rien ne peut être plus beau.
Cela peu à peu, dans les tréfonds de moi-même c’est très joliment repeint,
Tout deviendrait en vain simple dans ce monde pour lequel on se donnerait la main,
On s'aimerait un peu plus qu’hier, si fort aujourd'hui, mais sûrement moins que demain.


*************



6 Garde à vue.

Me suis fait arrêter
Juste avant le lever.


La police des songes
M'accuse de mensonge


Car il est interdit
Dans certains lieux maudits


De penser, méditer,
Sans permis de rêver.


Attention la sanction :
Une flagellation


Puis la décollation
Et pas de fellation.


*****************
7 Lorsque rêve mon âme


Quand l’amour se respire au matin dans mon âme
Il s’élance à son heure au soleil scintillant
La saison est venue au parfum pétillant,
Car la clarté s’éveille au bonheur d’une dame.


Cher aimé, viens ouvrir dans le cœur de ma flamme
Une histoire éblouie au monde vacillant,
Car on sait dans la paix cet être suppliant
Où ce doux clair de lune est l’espoir que l’on clame.


Il est temps de penser à la vive chaleur
Que dégage son corps sans aucune douleur
Pour révéler l’instant au bouquet d’une rose.


J’écoute dans sa voix ce silence éternel
Où son ombre illumine un beau rêve charnel

Qui se pare la nuit d’une métamorphose.

*************

8 À une définition près.

Ô jeunesse éternelle, dont l'image
Semble à peine née d'hier, le mirage,


Fraîche fleur de lilas blanc du matin
Dont la parure tisse son satin,


Bel amour aux baisers de cette rose,
À peine que sa jeunesse, l'arrose,


Et s'en vient déjà par le soir tombant
Ce jeune rire d'enfant se courbant,


Heureux enfin qu'avec la nuit se lève
La douce permission de ce rêve,


De parler de bonheur avec la lune
De courir au sommet de cette dune,


Se permettre de rêver des parents
Jeunes, beaux, comme de nouveaux printemps,


Voir le songe de Noël éternel
Et ce simple sourire maternel,


Toutes ces choses qui ma foi, si j'ose
Le dire, qui font du bonheur, sa cause,



Car nous refusons ainsi de rêver
Par peur de vieillir, et laissons lever,


Le jour qui nous cache toutes ces vies
Le miroir de nos songes nos envies,


Alors, je vous demande mes amis
Est-il encore permis de rêver ?
Pour entrevoir ce joli paradis


Que signifierait-il, s'il n'était d'aube
Plus belle que mère, au rêve à couver
Béni par l'éternel songeur en aube,


Refusez donc ce monde adulte où meurt
Le songe qui fait le secret bonheur,


L'amour et la vie seraient illusoires
S'ils n'avaient plusieurs chemins, histoires,


Seul le rêve permet à ce réel
De combattre ce concret irréel...


***************

9 D'un rêve à la réalité

Aux fleurs, je pourrai voler leurs multiples senteurs.
J'en embaumerai des poésies dont j'en serai l'auteur.
Des mots, oui, des mots qui m'ont été inspirés de ma muse,
Ma plume malicieuse entre mes lignes vogue et s'amuse.
Versant des pluies divines, mais torrentielles d'émotions,
Pour ton regard, j'ouvre grandement mon cœur avec passion.
Où, ils y coulent d'immenses et belles cascades sentimentales,
Toutes les odes parfumées se mélangent aux eaux qui s'étalent.
Au ciel d'azur, je puiserai des soupçons de sa brillance.
Et je mettrai dans ton regard toutes les diverses variances.
Dans tous les tourbillons de mes propres cadences,
Seulement toi, malgré toi et rien que toi, tu es devenu mon évidence,
Parfois, il m'arrive d'errer dans ces rues que j'ai toujours connues,
Le sourire aux lèvres, je rêve d'être face à toi pour mettre mon cœur à nu,
Avec toi, chacun de mes mots sera toujours authentique et sincère.
Rêvant qu'un beau jour, entre tes bras chaleureux, tu me serres,
Partout où tu voudras, sans hésiter une seconde, je te suivrai,
Jour après jour, comme nuit après nuit, je t'aimerai,
Même si tu le veux, mon âme ainsi que mon cœur, je te les donnerai.


*************


10 Une nuit d’étoiles!

Ils s’amusent aux pas, petits pas rats, pas chats
Émerveillant les yeux, un monde sous le charme,
Un soupir fige au cœur le courant d’une larme
S’éclaire pour un soir la scène de pachas.


Ils ont pour une nuit qu’un rayon illumine,
Sur un air endiablé, leurs gracieux menus,
Où brillent les tutus, luisent les corps ténus,
Un rêve éblouissant leur âme benjamine.


De toute une suée en des mois de labeur,
Chacun en a souffert de toute une rigueur
Mais nul ne s’en plaindrait, sous ces feux l’espérance,


Que dirige une main dans un gant de velours,
Quand une voix s’entend du professeur de danse,

Derrière les rideaux; c’est le compte à rebours…


**************

11 Rêve espoir illusion.

Sans inspiration et toujours pas d'idée,
Je me permets d'oser, moi pauvre rimailleur ;
Défier les dangers de la chasse gardée,
Pour venir affronter, le pire et le meilleur.


Qu'importe, les écrits, pourvu qu'on ait la rime.
En respectant la règle à ce jeu amusant ;
Pas pour être vainqueur, encor moins pour la frime,
Dans lequel on ressort toujours plus florissant.


Car grâce à ce concours qui rend la poésie,
Toute son élégance et à la prosodie,
Sa force et son pouvoir, dans l'intonation.


On se fait un plaisir et sans prendre la tête.
D'attendre, voir, sonner la récréation ;
En se laissant rêver, de devenir poète.


****************

12 007, permis de rêver

007, on m'a octroyé le permis de rêver,
Les autorisations pour maîtriser la chose,
Des accessoires, des gadgets et une prose,
Le diplôme est quand même dur à passer,

007, chaque nuit apporte ses désirs d'aventure,
Quand les songes dépassent toutes devantures,
Pour la réalisation de cette mission, babygirl, fermes,
Tes yeux, le silence doit être absolu, tu es si ferme,

007, jamais de repos sauf en rêves, mais je pétes la forme,
En nocturne accointances avec une brune qui m'allume,
Encore un périple pour plaire à cette femme qui fume,
Je serais fatigué demain d'avoir rêvé ce truc énorme,

Et si elle croit que son décolleté pourrait me réveiller,
je suis au chaud dans mon lit, ne comptant pas bouger,
Même si des soubresauts prouvent qu'elle m'a chauffé,

Je suis sûr d'avoir bavé à un moment, 007, j'en rêvais.



HORS CONCOURS
Je me croyais déjà tout permis Llumierelive


Déjà à l’école je me faisais sanctionner :
Plutôt que m’imbiber de racines carrées,
Des débits de l’eau des baignoires qui « fuites »,
Des trains qui se croisent de cinq à sept multipliés par huit,
Des hypothétiques hypoténuses et de ces théorèmes de cosinus,
Je m’évaporais avant d’avoir tout plein bobo dans les sinus !


Même pas en rêve le permis de béer bouche bée,
Le permis de me recréer dans la cour de récré,
Le permis de dormir mes yeux verts ouverts,
Le permis de ne rien écouter et ne rien glander,
Le permis de faire des boulettes de mes copies mal copiées,
Le permis de m’enfuir à tirelire l’aile
Le permis simple de me permettre et d’être…


Pus tard j’ai voulu passer mon permis de rêver :
Mais désillusion…il m’a été refusé !
L’examinateur a eu beau m’expliquer
Qu’il était hors question de me l’octroyer
Car étant en possession d’un tel papier
Je pourrais avoir accès à tout … sans rien payer !


Même pas en rêve le permis de démolir un muret ou le portrait,
Le permis de construire manoir, ou tapanar,
Le permis de conduire bagnole défraichie ou Ferrari
Le permis de pèche au gros ou en ruisseau
Le permis de chasse à cour ou chasse tout court
Le permis de naviguer à vapeur sans peur ou à poils à voile,
Le permis de pilotage sur vieux yoyo ou hélico…



 
Dernière édition: