Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web.
Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.

  • Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Concours actuel concours 2022

LLUMIERELIVE

Maîtresse des concours
Membre du personnel
#1
Du 3 janvier au 31 janvier
Résultats 3 février


Thème : 2022


Consignes :

2022 en faire tout un poème !
Basé sur vos espérances, vos craintes, vos prédictions…


Choisir un titre original et percutant, il comptera dans les notations.

Toutes formes acceptées : classique, néo-classique, libre, sans rime obligatoire, acrostiches, prose…

Attention à l’orthographe, aux répétitions et à la ponctuation !

Attendre les résultats avant de poster les poèmes participants sur votre page.
Chaque concurrent pourra envoyer trois poèmes.
Vous pouvez également participer en hors concours.


Envoi de vos participations sur ma MP.
Comme vous devez- vous en douter : BESOIN DE JUGES !!! Me contacter sur ma MP.


Chef de jury Llumierelive

Que nous réserves-tu 2022 ?
**************
1 Dérive dans l’abîme

A travers toute ces luttes,
Dans ce monde de brutes.
Ne faire que souffrir,
Seulement quelques souvenirs
Aident moralement à tenir
Permettent encore de sourire.
Malgré ces fichus virus dévastateurs,
Et la cruauté de tout ces dictateurs.
Des humains soumis,
Comme çà ne devrait pas être permis
Pourquoi tout ces interdits ?
Au point de mettre en péril trop de vies.
Réclamer des pass sanitaire
Tout cela, est-ce vraiment réglementaire ?


*****************


2 L'humanité d'aujourd'hui

Où, nous mène le futur ?
Guidé par les marginaux
Aux écrans et sur les journaux
Faire vivre une telle dictature.
Que deviennent les libertés ?
Les chaleurs et relations humaines
Tout cela dérive aux phénomènes
Sans la moindre sureté.
Plus rien ne paraît banal,
Ne penser qu'à écouler les stocks
Soit les masques, vaccins et médocs
Ainsi passer dans les anales.
La France n'a plus aucun sens,
Pourquoi nous faire payer un tel prix ?
Cela ressemble à un témoignage de mépris

Trouverons-nous bientôt la paix et une meilleure référence ?

**************

3 Vague à l'âme et l'horreur


Comment sortirons-nous de ces supplices ?
Voyant plus que des malheureux auspices
Des vies sont menées aux précipices.
Les regards prédateurs ne daignent point s’ouvrir,
Préférant voir le monde souffrir
A petit feu mourir.
Vivre ainsi est inacceptable,
Tout cela accable
Devenant inexorable pour ne pas dire pitoyable.
A quand ferons-nous un retour aux accalmies ?
De belles réunions de familles ou entres amis
Cesserons t'ils un jour de salir ce pays ?
Si nos anciens revenaient rien ne pourrait leurs plaire,
Ces droits pour lesquels ils ont dû faire la guerre
Aujourd'hui, les gens du haut balayent tout d'un revers.



*****************
4 De la rive, je décline (en accord avec l’auteur de Dérive dans l’abîme)

En jouant de cette flûte,
En cette ronde, je lutte.
Vous faire ainsi sourire,
Voir l’instant des sous venir,
Ne met jamais le sourire,
Laide normalement à ternir,
Par ce crochu virus agitateur,
Et la primauté à tous ces dit-acteurs.
Ces coquins insoumis,
Animant cette vague en compromis,
Détournant tout les interdits,
Au point de laisser naviguer nos envies,
Déclamant un passe-passe salutaire,
Tout cela, pour essayer de nous plaire,
Aujourd’hui, que tout s’arête, je le veux,

En réponse, je le souhaite de tous mes vœux.

**************
5 Plus jamais çà ! Mes vœux pour 2022

L’homme tue pour manger, l’homme tue par désir
L’homme tue par pouvoir, l’homme tue pour lutter
L’homme tue pour l’argent, l’homme tue par plaisir
L’homme tue, s’entretue, l’homme tue pour tuer !


Et moi ! Que suis-je ? Différent, indifférent
Quand les armes de mort, parlent plus que les mots
Quand des pays, des peuples sont belligérants
Que puis-je faire pour éradiquer tous ces maux ?


Par nature humaine, mon brave monsieur
Dois-je renier mon état, d’être un humain ?
Si mes congénères sont ambitieux
Par l’appât du gain, pourquoi sont-ils inhumains ?


Plus jamais çà ! J’entends chaque fois, ce slogan
Il ne suffit pas de clamer de belles paroles
De crier sa haine, sur un ton arrogant
Mais agir de concert, unis, à tour de rôle !


Quand le fût du canon cessera de tonner
Quand les fusils seront jetés dans les fossés
Quand les hommes, pourront enfin se pardonner
D’être qu’humains, nos vœux seront exaucés !


****************

6 MES SOUHAITS EN NOIR ET BLANC


J'aimerais chanter des mots sur mélodie
Capable de faire tourner cette vie...
Quelle musicalité adopter ?
Spiritualité, humanité, immunité...
Se relever des fausses notes de santé
Et choisir la gamme au ralenti.


J 'aimerais danser comme la feuille volette
Pour croire à une saine planète...
Quel triste tango elle subit,
Sur la piste sommes nous tous en survie ?
Avec tant de déchets enfouis...
Attention elle se vengera sans un air de musette.


J 'aimerais dépeindre moins de consommation,
Pour consoler mes déceptions,
Mais au sein de ce dédale et engrenage,
Les envies dépassent le péage,
Décroissance serait le meilleur voyage,
Puis je rêver à cette sublime destination ?


J 'aimerais chanter danser peindre voyager,
Le pinceau valse les teintes irisées colorées.
Le tableau enchanteur je l ai peint,
L 'artiste vous invite vivement dès demain,
Pour un voyage heureux et soudain ,
Au vernissage de ses souhaits inespérés.


****************

7 Cok-qui à l'âge et cru tassé !

"Selon que vous soyez puissant ou misérable,
Les jugements de cour seront blanc ou noir"
Cette citation pèse de toujours dans les mouroirs,
Où s'allume la mèche proférant une fable,


Qui peut châtier les crimes de notre terre?
La mort est à chaque coin, l'infini glouton,
L'état de naissance d'un troupeau de moutons,
Où l'espérance de vie ou de mort est monétaire,


Il n'y a point de peur au delà de la crainte,
Respirer près de ceux qui gagnent nos cœurs,
Dans ces fichues veines où coule la liqueur,
De joies de peines qui médaillent l'empreinte.


La boule de cristal exhume bien des cadavres,
Elle ne fait de querelles aux simples matins,
Dite peccadilles arrosées de nos chagrins,
Ce monde en pincé de sel et de poivre.


On sait que l'herbe d'autrui est toujours plus verte,
Gazon maudit de tous ces infâmes seigneurs,
Croquants infects sous une allée de déshonneurs,
Ces gens là aux grandes gueules ouvertes.


Prédire les jours les nuits avec indulgence,
L'histoire ne se soumet pas au droit chemin,
Prélude d'œuvres enquête de parchemins,
Troubadours prédit l'état de notre conscience.


Sous le ciel éclaté, punissent les gris nuages,
Infame liberté à jamais j'écris ton nom!
Planète troyenne de Jupiter au fil l'Agamemnon,
Ô monde aux napperons sur sable et coquillages!


*********
8 Je rêve, plus encore que la vie

Que me réserve l’avenir ?
Où ma raison s’achève
Encore en vie, dessiner, écrire
Je rêve en couleur d’une trêve


Remonter le temps passé
Jusqu’au bout de l’adolescence
Notre deux mille un l’Odyssée
Pour une journée renaissance


Nos destins liés à tout jamais
Sur les bancs de l’école buissonnière
Comme le bac que l’on repassait
En boucle, comme un tunnel sans lumière


Que me réserve l’avenir ?
Où ma raison s’achève
Encore en vie, dessiner, écrire
Je rêve en couleur d’une trêve


Et ces murs que l’on replâtre et repeint
Comme dans le temps modernes
D’Amityville, qui ruissellent sans fin
De "l’escape room" trouver un terme


Chaque pas me ramène en arrière
La métamorphose dans ma robe noire
D’un diner chez Kafka aux candélabres
D’une nuit sans lune à minuit au manoir


Que me réserve l’avenir ?
Où ma raison s’achève
Encore en vie, dessiner, écrire
Je rêve en couleur d’une trêve


Et moi et moi et ma sixième extinction
Qu’une jolie arche de Noé qui tient à flot
Quand ma raison entre en rébellion l

J’irai jusqu’au bout de mes rêves, de mes maux

***********
9 Derrière les ténèbres, l'étincelle!

Unis contre adversité et absurdité,
Faisons la peau à ce « covidé » couronné !
Brûlons son trône, coupons ses épines,
Nous t'abominons insupportable vermine !

Pour vous les Talibans, affamant le peuple Afghan,
Privant de toutes libertés Femme et Jeunesse,
Je prédis votre chute, que cette folie cesse,
Que lumière balaie poussière en Afghanistan !

Pour notre Mère la Terre qui nous supplie,
Tousse et bouffe le poison de nos déchets,
Créons des actions réelles qui nous lient,
Trions, réparons, recyclons nos objets...

Enrichissons-nous en cultivant, compostant,
Marchons, pédalons, des petits riens qui font tant,
Pour demain une planète radieuse
Notre vie d'après plus saine et lumineuse...

Misères du Monde, guerres interminables,
Féminicides, infanticides innommables,
L'Humain, complexe inextricable
Dont le cerveau reste insondable...

Deux mille vingt deux se tourne vers demain,

Invisible derrière une glace sans tain...
Surmontons nos doutes, éradiquons nos peurs,
Sous le fumier bétonné naîtra une fleur....




HORS CONCOURS

Dansons la viruselle. AGATHA


Dans un trou de misère,
Un creux de grande guerre,
Un vieil homme surprit
Deux animalcules copulant
Dans un nid pullulant,
De covids rouge et blanc.
Alors il repartit en songeant :
Comment leur tendre un piège ?
Il tissa finement une toile de liège,
Où se prendraient les pics
De ces boules à vif ;
Il enduisit la toile de la colle de gui
Invisible et mortelle,
Avant d’aller l’étaler sur le nid .
Il avait observé durant des nuits entières,
Que les animaux sortaient à minuit,
Quand la lune était pleine.
Il posa un miroir au fond du puits fatal,
La lune devint double,
Et les urticants médusés,
Ravis de voir chez eux une lune enragée,
Les griffes embourbées de glu, s’y jetèrent,
Un poison virulent comme son nom l’indique !
Ils furent pris de vertiges, de délires ,
Leur gueule étant collée par les cenelles,
Ils tombaient peu à peu sous la grille
S’entremourant au fond du trou létal .
Au matin un retardataire, la lune étant éteinte,
Posa ses souliers rouges en plein sur la dentelle,
Et servit de repère aux upsilons 22
Il mit la poudre au feu .
Une flammèche aigüe
Monta dans les venelles .
Les hommes éperdus dansèrent la viruselle,
Ainsi finit Covid et ses laborifères !
Ce fut 2022 la vogue des cenelles !


******************

Prédilections prédilectoires de l’an MMXXII après JC
« Laissons l’an faire l’enfer » Llumierelive

*Au niveau scolaire, les écoles ne seront pas fermées, seules les classes le seront.


*Au niveau électif, les bons et les pas bons citoyens pourront aller voter comme des veaux, et un président sera élu quoiqu’il en coûte.

*Au niveau pouvoir d’achat : pour les plus démunis priorité absolue de s’acquitter des factures augmentatives d’énergie ainsi ils seront tous pourvus de taille de guêpes sans avoir besoin d’aucun régime alimentaire et par ce fait ils feront des économies de gaz –plus besoin de cuisiner- et d’électricité –débrancher le frigo puisqu’il restera vide.
Pour les biens pourvus : aucun problème sinon de multiplier les comptes bancaires via la Suisse ou les émirats.


* Au niveau attentats, il faudra faire attention.

*Au niveau délinquance, pseudo DDD (deal/drogue/dop), elle sera pleinement implantée, augmentée, les riverains ne devront plus porter plaintes car elles resteront sans suite, sous conseil de rester enfermer chez soi afin de ne pas déranger les dealers.

* Au niveau sécurité, continuez à mettre vos ceintures dans les voitures.

*Au niveau santé, elle sera bonne pour certains et mauvaises pour d’autres.

*Au niveau hospitalier, des lits resteront fermés, pour économiser les frais de blanchisserie.

*Au niveau amour, des unions, des désunions, bref comme d’habitude.

* Au niveau décès, les plus de 95 ans et en état de faiblesse seront les plus touchés.

* Au niveau natalité, les femmes ménopausées auront du mal à enfanter.

* au niveau des mois à venir, c’est pas la joie c’est pas la joie…








 
Dernière édition par un modérateur:

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#10
suite à des problèmes informatiques je ne peux accéder à ma page LLUMIERELIVE, c'est pourquoi je réédite sous une modification de pseudo LLUMIERELIVE001
Veuillez me contacter sous le LLUMIERELIVE001