72 Connectés
86787 Membres
273499 POEMES
Poème

Liens sponsorisés:

Auteur du poème : sonia
Date de publication : 30/11/10
Type de poème : Amour
2671 lectures du poème
0 commentaire
0 vote

Retour
Je t'aime et tu me manques.

Non, ce soir ça ne va pas.
Comme tous les soirs, rien ne va.
Je vais me coucher, esperant dormir,
Mais mon esprit ne sait que ce souvenir.

Comme d'habitude, c'est a toi que je pense.
Ma solitude, je souffre en silence.
Je n'arrive plus a regarder la vie dans les yeux,
Car dans ses entrailles, j'appercois les cieux.

Je te vois toi, encore et toujours.
Me laissant seule, avec mon amour.
Avancer sans toi me fais tant peur,
Je dois faire face a tout ces pleures.

Je hais cette putain de maladie,
Celle qui a osée voler ta vie
Et un bout de la mienne au passage.
Mais je me dois de rester sage.

Depuis que tu n'es plus là,
Je comptes les jours, les semaines et les mois.
J'ai peur que le temps efface les souvenirs,
Et penser cela, me fait encore plus souffrir.

Je ne sais que faire pour vaincre ton absence.
Tout me manques, ta voix, tes mains, ta presence.
Je ne sais comment resumer ma souffrance.
Tu etais tout pour moi, mon existence.

Je sais, nous ne sommes que de passage,
Notre ame s'envole et prend le large.
Je ne savais pas que ça faisait si mal,
De perdre quelqu'un sur un lit d'hopital.

Tu t'es battue jusqu'au bout contre le cancer,
Et ce soir, je n'en suis pas peux fiere.
Je dirais meme que sur cette satanée terre,
La seule personne a la hauteur, etait ma grand mère.

Mais a ce jour je l'avoue,
Depuis que tu n'es plus j'ai peur de tout.
Je nous pensais intouchables.
J'ai été naive, aujourd'hui c'est insurmontable.

Aujourd'hui nous sommes la
Demain peut etre et dans un mois, je ne sais pas.
Je sais qu'il faut vivre au jour le jour,
Mais moi je voulais le faire a travers ton amour.

Je sais que tu vois que je me morfonds,
Mais je t'aurais tout donner, meme mes poumons.
Meme si je sais que rien ne te fera revenir,
Je puise la force de continuer dans le souvenir de ton sourir.

Ce morfondre, c'est fondre jusqu'a la mort.
Cette vie injuste et sans remords.
Un coeur qui bat de moins en moins fort.
Une Mamie, qui vaut bien plus que de l'or.

Serant dans mes mains, Ta croix autour de mon cou.
Regardant nos photos, les larmes dans les yeux et voyant flou.
Me rememorant chaque parole, chaque instant,
Afin de te revoir une foi de plus me souriant.

Toi si souriante, elegante et rayonnante
Tu restes pour moi, la plus importante.
Chaques nuits tu viens et tu me hantes.
Je t'aime et tu me manques.

 

A Francoise.F de sa petite Fille cherie Sonia.B


 

Pas encore de commentaires

 

- Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans autorisation -
CNIL 1381013
Copyright 2007 - CREAPoemes.com - Tous droits réservés