Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web.
Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.

  • Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Woody Woodpecker

#1

Woody Woodpecker

Cela venait de chez mon père
Qui appelait grand-mères, grands-pères
« Bonne Maman » et « Bon Papa »,
Comme on fait dans ces familles-là.


Du coup les parents de ma mère
- Moins ANF que prolétaires -
Eurent aussi ces appellations
Comme un signe de distinction.


Tous deux habitaient en banlieue
Et rougissaient quand en ces lieux
J’usais de ma voix enfantine
Pour leur donner ces noms intimes.


Bonne Maman était sublime,
Et son souvenir m’illumine ;
Terrible était mon « Bon Papa »,
Mes cousins disaient « Con Papa ».


Il faisait l’unanimité :
Nul n’éprouvait d’affinités
Avec ses mots souvent blessants
Et son comportement violent.


L’air était pur en son absence,
Irrespirable en sa présence ;
Arrivait-il, que nous sortions,
Et s’il sortait, nous rentrions.


Il se pensait dans son bon droit,
Comme le sont souvent les rois,
Les autocrates et les tyrans,
Alors qu’ils sont exaspérants.


Mangeant beaucoup, buvant pas mal,
Son ventre était celui des mâles
Qu’on voit chez les singes Pongo
De Sumatra ou Bornéo.


Soucieux aussi de ses costumes,
Qui habillaient tout son volume,
Il reprochait nos habits vifs,
Trop colorés ou trop sportifs.


Rien ne trouvait grâce à ses yeux,
Ni nos paroles, ni nos cheveux,
Ni nos révoltes, ni nos métiers :
Nous n’étions que des va-nu-pieds.


Quand il rendit son dernier souffle,
Toute sa famille put dire « Ouf ! ».
Mais chacun accepta pourtant
De préparer son enterr’ment.


Une cousine, encouragée,
Se trouva bien vite chargée
De ce qui devait l’habiller
Pour ainsi mieux l’accompagner.


Elle amena dans un plastique
Un beau costume gris anthracite
Une paire de chaussures en cuir
Passées à la brosse à reluire.


Ces dernières étant trop petites,
La cousine eut l’idée bénite
D’abandonner ses chaussettes vertes
Pour qu’on puisse ainsi les lui mettre.


On m’a raconté qu’au cim’tière,
Le gros cercueil de mise en bière
Était beaucoup trop imposant
Pour la fosse et que ce faisant


Sous des regards un peu moqueurs
On l’avait posé de travers,
Avec grand-père les pied couverts
De chaussettes Woody Woodpecker.


Aubépin des Ardrets
__________
ANF : Association d'Entraide de la Noblesse Française
 
Dernière édition:

Vega46

Maître Poète
#3
Un aristocrate méchant avec ses petits enfants !.
Son ensevelissement doit lui rester en travers de la gorge, assez profonde mais bien trop étroite à l’image de ses chaussettes vertes et de son étroitesse d’esprit !.
MLCCACTP
 
#4
Un despote argenté ? félicitations pour ce bien pâle portrait bonne journée
Merci, coqhardi. Non ce grand-père maternel était un tyran de "modeste extraction" ("moins ANF que prolétaires"), qui rougissait de plaisir en entendant que des petits-enfants puisse l'appeler "Bon Papa" (comme cela ce faisait du côté paternel) alors qu'il terrorisait sa famille. Du côté paternel, en revanche, le grand-père était très bien ;-)
 
#5
Un aristocrate méchant avec ses petits enfants !.
Son ensevelissement doit lui rester en travers de la gorge, assez profonde mais bien trop étroite à l’image de ses chaussettes vertes et de son étroitesse d’esprit !.
MLCCACTP
Merci, Vega46. Non, comme je le précise à coqhardi, nullement aristocrate, mais brutal et, comme vous le remarquez, étroit d'esprit.
Je sais que je ne devrais pas me moquer ainsi de l'un de mes aïeux en sa dernière demeure... mais ne se moqua-t-il pas, lui, des membres de sa famille par sa violence alors que nous étions en vie ? Je crois bien que c'est la moindre des choses que je lui devais : poser ce bouquet éclos de fleurs amers qu'il avait si bien su semer en moi.
 
Dernière édition:

zuc

Le chat noir
Membre du personnel
#6
moi je n'est pas eu la chance de connaître mes grands pères que très peu mon grand père paternel est mort j'avais 4 ans et mon grand père maternel pas très intéressant etait brouillé avec ma mère je ne l'ai à peine vu
mais en réponse à ta réponse à véga, il n'est point dire du mal des gens qui nous sont proches que de parler de leurs petits ou gros défauts qu'en ils sont vrais et sans grossièreté ni mensonges et sans diffamations
 

Cortisone

Maître Poète
#7
Woody Woodpecker

Cela venait de chez mon père
Qui appelait grand-mères, grands-pères
« Bonne Maman » et « Bon Papa »,
Comme on fait dans ces familles-là.


Du coup les parents de ma mère
- Moins ANF que prolétaires -
Eurent aussi ces appellations
Comme un signe de distinction.


Tous deux habitaient en banlieue
Et rougissaient quand en ces lieux
J’usais de ma voix enfantine
Pour leur donner ces noms intimes.


Bonne Maman était sublime,
Et son souvenir m’illumine ;
Terrible était mon « Bon Papa »,
Mes cousins disaient « Con Papa ».


Il faisait l’unanimité :
Nul n’éprouvait d’affinités
Avec ses mots souvent blessants
Et son comportement violent.


L’air était pur en son absence,
Irrespirable en sa présence ;
Arrivait-il, que nous sortions,
Et s’il sortait, nous rentrions.


Il se pensait dans son bon droit,
Comme le sont souvent les rois,
Les autocrates et les tyrans,
Alors qu’ils sont exaspérants.


Mangeant beaucoup, buvant pas mal,
Son ventre était celui des mâles
Qu’on voit chez les singes Pongo
De Sumatra ou Bornéo.


Soucieux aussi de ses costumes,
Qui habillaient tout son volume,
Il reprochait nos habits vifs,
Trop colorés ou trop sportifs.


Rien ne trouvait grâce à ses yeux,
Ni nos paroles, ni nos cheveux,
Ni nos révoltes, ni nos métiers :
Nous n’étions que des va-nu-pieds.


Quand il rendit son dernier souffle,
Toute sa famille put dire « Ouf ! ».
Mais chacun accepta pourtant
De préparer son enterr’ment.


Une cousine, encouragée,
Se trouva bien vite chargée
De ce qui devait l’habiller
Pour ainsi mieux l’accompagner.


Elle amena dans un plastique
Un beau costume gris anthracite
Une paire de chaussures en cuir
Passées à la brosse à reluire.


Ces dernières étant trop petites,
La cousine eu l’idée bénite
D’abandonner ses chaussettes vertes
Pour qu’on puisse ainsi les lui mettre.


On m’a raconté qu’au cim’tière,
Le gros cercueil de mise en bière
Était beaucoup trop imposant
Pour la fosse et que ce faisant


Sous des regards un peu moqueurs
On l’avait posé de travers,
Avec grand-père les pied couverts
De chaussettes Woody Woodpecker.


Aubépin des Ardrets
__________
ANF : Association d'Entraide de la Noblesse Française
J'ai adoré
Maman me parlait toujours de bonne maman et de bon papa bien que je l'aie pas connu lui.ils sont décédés tous les deux mais quand mes enfants parlent de leur arrière grand mère ils disent la bonne maman
Bonne journée Aubepin malgré la pluie
Gaby
 
#8
moi je n'est pas eu la chance de connaître mes grands pères que très peu mon grand père paternel est mort j'avais 4 ans et mon grand père maternel pas très intéressant etait brouillé avec ma mère je ne l'ai à peine vu
mais en réponse à ta réponse à véga, il n'est point dire du mal des gens qui nous sont proches que de parler de leurs petits ou gros défauts qu'en ils sont vrais et sans grossièreté ni mensonges et sans diffamations
Merci, zuc, pour ce passage. Ni mensonges, ni diffamations dans ce que ce texte, juste la stricte vérité édulcorée de ses détails les plus scabreux.
 
#9
J'ai adoré
Maman me parlait toujours de bonne maman et de bon papa bien que je l'aie pas connu lui.ils sont décédés tous les deux mais quand mes enfants parlent de leur arrière grand mère ils disent la bonne maman
Bonne journée Aubepin malgré la pluie
Gaby
Merci, Sentimentale. Oui, les grands-parents et arrières grands-parents évoquent plus souvent, je crois, de bons souvenirs, et c’est heureux ainsi ;-)
 
#10
En général un grand père est un enfant qui se révelle
et sait jouer avec les mots!
Qu'il soit pénible à vivre avec le colis de défauts-qualités
c'est possible, mais la génération de petits enfants,
l'aide enfin à respirer!

Les enfants gardent en eux, les griefs passés et sans
mesure savent lui distribuer!

Cela arrive souvent ce caractère faisant seigneur
autoritaire!
Il faut dire aussi qu'avec le calcul du temps la vie
familiale ne peut être celle d'aujourd'hui!
Ma mère vouvoyait ses grands parents!
Tout n'était pas rose!

chez nous, mon père était "bon-papa" pour les petits
enfants!
nom sans doute du Nord, (Belgique)

Merci à toi, pour ce retour en arrière!

Amitiés, Poly
 
#11
En général un grand père est un enfant qui se révelle
et sait jouer avec les mots!
Qu'il soit pénible à vivre avec le colis de défauts-qualités
c'est possible, mais la génération de petits enfants,
l'aide enfin à respirer!

Les enfants gardent en eux, les griefs passés et sans
mesure savent lui distribuer!

Cela arrive souvent ce caractère faisant seigneur
autoritaire!
Il faut dire aussi qu'avec le calcul du temps la vie
familiale ne peut être celle d'aujourd'hui!
Ma mère vouvoyait ses grands parents!
Tout n'était pas rose!

chez nous, mon père était "bon-papa" pour les petits
enfants!
nom sans doute du Nord, (Belgique)

Merci à toi, pour ce retour en arrière!

Amitiés, Poly
Merci, Polymnie, d'avoir pris le temps de cette lecture et de votre commentaire ;-)
J'ignore si, comme le dites, "En général un grand-père...", nul ne semble apparemment être parvenu à cette conclusion au sujet de ce grand-père, et il semble qu'il ait pris un drôle de plaisir à empêcher son monde de respirer...
Pour les enfants qui gardent en eux les griefs du passé pour les distribuer ensuite sans mesure : vous avez vraiment, ainsi que j'ai déjà pu le constater, le sens des formules fulgurantes. Merci ;-)
Pour l'appellation "Bon Papa" et "Bonne Maman", il me semble qu'il s'agissait d'une manière de "distinction sociale", certes désuète, mais qui a encore cours dans certaines familles.
Pour parfaire mon dessein, je vais tâcher d'ajouter un lien vers le rire de Woody Woodpecker à la fin de ce texte ;-)
 
Dernière édition:

Agatha

Maître Poète
#15
j'aime bien ce vieux
moi je sais pas d'où je sors mes parents étaient des enfants naturels
mais j'adore vos chaussettes et l'histoire du cercueil en biais
ah ah il regarde de travers !
 
#17
j'aime bien ce vieux
moi je sais pas d'où je sors mes parents étaient des enfants naturels
mais j'adore vos chaussettes et l'histoire du cercueil en biais
ah ah il regarde de travers !
Je suis heu-reux, Agatha, que ce grand-père puisse, avec ses chaussettes et son dernier travers, faire ainsi son entrée dans une galerie poétique : je ne l’en aurais jamais cru capable...
 

Agatha

Maître Poète
#18
je me demande si votre avatar n'a pas quelque lien avec l'ancêtre ?
j'adore les chaussettes, nous les vieilles nous aimons ça
je viens de voir ANF alors là souvenez-vous des fresques !
vous vous occupez de la noblesse de titre ou de celle du coeur ?
j'aurai donc aussi connu la vie de château de 14 à 16 ans !
 
Dernière édition:
#20
je me demande si votre avatar n'a pas quelque lien avec l'ancêtre ?
j'adore les chaussettes, nous les vieilles nous aimons ça
je viens de voir ANF alors là souvenez-vous des fresques !
vous vous occupez de la noblesse de titre ou de celle du coeur ?
j'aurai donc aussi connu la vie de château de 14 à 16 ans !
Mon avatar aurait un lien avec l'ancêtre ? Hypothèse intéressante et sans doute à creuser. Ce n'était pas la vie de château avec lui, assurément ;-)