• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Vos pâles demi-lunes sur mon corps en étoile

#1
Vos pâles demi-lunes sur mon corps en étoile

Acrobate agrippée à mon corps en étoile,
J’aime vous voir grimper sur ma baguette roide :
Vos pâles demi-lunes et leurs courbes lascives
Cachent dans leurs ondules les plis de vos soies vives.


L’étui perlé de votre orchidée que je viens
D’épanou-ir aux notes de mes chants dionysiens
Enveloppe mon vit au fond de vos moiteurs,
Pendant que vos roulis nous plongent en torpeur.


De vos épaules nues jusqu’à votre cambrure
Coulent en flots charnus vos ondes en murmures
Qu’accompagnent mes mains au bas de votre dos.


J’imagine vos seins dérobés à ma vue,
Lors un élan soudain de nos deux corps émus
Nous fait jouir en regain, comme de longs sanglots.

Aubépin des Ardrets
 

Vega46

Maître Poète
#3
L’embrasement des corps le plus souvent est loin d’être en accord avec la beauté de ces vers ruisselants de tendresse amoureuse...
Félicitations
Maurice Marcouly
 
#7
Bel erotisme
Les mots vrombissent comme les moteurs de 2 corps
Ça sent le vécu
Bises j'ai aime
J'imagine tous ces mots équipés d'un petit moteur et virevoltant dans l'azur : ce serait étonnant ;-)
"Ça sent le vécu", dites-vous : je vous remercie, iboujo, par cette remarque, de nous faire également implicitement part de votre vécu ;-)
Et merci, surtout, pour cette lecture dans laquelle ce petit texte a pu vivre quelques instants ;-)