• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Vingt- huit janvier mille 1963

Raymond3

Maître Poète
#1
Au matin une épaisse couche de poudreuse
Couvrait les jardins de la cité en éveil..

Chambre parentale, sage-femme veilleuse
La petite dernière est née jolie soleil.

Un à un frères et sœur un bisou sur la joue
En marche pour l’école où la neige traçait

Nos pas en zigzags laissant une empreinte floue.
Le ciel tombant aux pieds à mesure glaçait.

À la récréation fut grandiose bataille
Interdit de viser les profs ou punition,

Les boules s’écrasaient partout cherchant la faille
Les doigts violacés relâchant les attentions.

Après le déjeuner, nous testions la rigole
La glace solide comme celle du canal

Les péniches figées ne tenaient plus de rôles
Et dans le soir tombant s’allumait le fanal.