• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

S'annonce la fin qui secoue le plus solide

jeanmibol

Maître Poète
#1
S’annonce la fin qui secoue le plus solide
Bien campé sur ses pieds
Et vive avance aussi rapide qu’un bolide
Sur qui elle a copié

Sachant qu’il n’y peut rien, le condamné enfin
Accepte la sentence
Et paraphe avec soin son acte de défunt
Par devant l’existence

S’il prit part aux festins pour pousser loin la faim
Mais par intermittence
Depuis des ans ne met plus de sel aux mets fins
En faisant pénitence

Il ne savait pas que l’huile était un lipide
Qui l’a estropié
Et que le sucre de canne était un glucide
Qui l’avait épié

Il enjoint la fin qui vient de se rapprocher
En première vitesse
De ne pas le briser avec son gros rocher
Mais en délicatesse

Le roc est un lourdaud, un pataud, un informe
Ardu à manier
Et son maître doit être en aussi bonne forme
Qu’un parfait ânier

Mais la masse n’a pas au bras une réforme
Glissée dans un panier
Et tord aux bords son corps qui déjà se déforme
Au-dessus d’un charnier

Cet énorme force ne peut lui reprocher
Sa belle robustesse
Mais la mort – qu’il nomme – ne veut pas décrocher
Un prix de politesse.
 

thesmile

Maître Poète
#2
C'est… poignant! Merci pour cet écrit qui m'a interpelé!
Dois-je dire bon courage? Je dirais " Ho vieillesse ennemie" :(
Je te souhaite une belle journée Jean-Michel, je t'y joins une bise poétique :)
 

LUZE

Maître Poète
#3
tellement de choses nous détruisent le corps
le monde n'est pas simple et l'alimentation bien compliquée
un ecrit très triste qui donne a réfléchir
merci et courage à vous