• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Roi soleil de ma vie...

#1
Hors concours




Roi soleil de ma vie...


Or flamboyant tel un soleil d'après-midi,
Tu vins déposer sur ma vie ta lumière.
Comme roi d'antan, libérant ta foudrière...
De ton regard, tu m'offris l''amour infini...


Un long chemin d'épines sur drapeau fleuri
Flotta joyeusement telle une bannière,
Guidant nos pas fébriles évitant l'ornière
Semé par l'invisible démon, à l'envi...


La magie opère en tes yeux, Ô doux phare
Pas d'illusion trompeuse quant aux promesses,
Juste quelques aléas et feux de détresses...


Le destin a fait de toi le roi de mes nuits,
Pour toujours sous la lune d'argent à minuit.
Je suis ta reine, tu es roi de ma forteresse...



*foudrière : éclat

 
Dernière édition:

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#3
Hors concours




Roi soleil de ma vie...


Or flamboyant tel un soleil d'après-midi,
Tu vins déposer sur ma vie ta lumière.
Comme roi d'antan, libérant ta foudrière...
De ton regard, tu m'offris l''amour infini...


Un long chemin d'épines sur drapeau fleuri
Flotta joyeusement telle une bannière,
Guidant nos pas fébriles évitant l'ornière
Semé par l'invisible démon, à l'envi...


La magie opère en tes yeux, Ô doux phare
Pas d'illusion trompeuse quant aux promesses,
Juste quelques aléas et feux de détresses...


Le destin a fait de toi le roi de mes nuits,
Pour toujours sous la lune d'argent à minuit.
Je suis ta reine, tu es roi de ma forteresse...



*foudrière : éclat


Moi sot, œil de l’envie...(juste pour rire)


Sort, déployant un tel œil en catimini,
Devin, préposé sur l’envie des premières.
Comme moi, sentant, délibérant en fourrière...
Le ton hagard, Je t'offre l’humour défini...


Un bon carmin sans déprime, mon chapeau fleuri
Ballotta gaiement sans être une barrière,
Aiguisant mes pas débiles, ajoutant l'or fier,
Parsemé d'indivisibles ponts de la vie...

J’agis et espère pour les vieux, un flan, un far,
Pas d'illusion pompeuse quand fini la kermesse,
Rustre de quelques « b a ba » mon enjeu de faiblesse...

Ton festin a fait de moi un roi sans esprit,
Et toujours pour des prunes, d'agent du midi.
Je suis en peine, tu es mes mots, ma poétesse...
 
Dernière édition: