• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Rêveries d'une nuit

Joklaire03

Maître Poète
#1
Oui, descend encore ta main,
Oui, frôle de tes doigts mon sein
Qu'ils enroulent au bout de ta peine mon désir
Qu'ils touchent à pleines main mon plus grand plaisir

Quand mon corps en osmose rêve encore de toi
Je rougis dans le noir de mes rêves ici bas
Je te vois si près, si beau, si frais
Je te vois, pour me faire l'amour, si prêt

Allongé tous deux, comme nos amours frêles
Couchés en amoureux, ta main comme du miel
Entre doucement, je tremble comme une feuille
Mon corps en extase tremble au vent
Et, sans calmer tes ardeurs, sans que je le veuille
Je crie des mots, des sons si lent

Tous deux dans la nuit
Personne n'entendra nos cris
Nos ébat jusqu'au matin
Et en moi, plus que ta main.
 
#4
Oui, descend encore ta main,
Oui, frôle de tes doigts mon sein
Qu'ils enroulent au bout de ta peine mon désir
Qu'ils touchent à pleines main mon plus grand plaisir

Quand mon corps en osmose rêve encore de toi
Je rougis dans le noir de mes rêves ici bas
Je te vois si près, si beau, si frais
Je te vois, pour me faire l'amour, si prêt

Allongé tous deux, comme nos amours frêles
Couchés en amoureux, ta main comme du miel
Entre doucement, je tremble comme une feuille
Mon corps en extase tremble au vent
Et, sans calmer tes ardeurs, sans que je le veuille
Je crie des mots, des sons si lent

Tous deux dans la nuit
Personne n'entendra nos cris
Nos ébat jusqu'au matin
Et en moi, plus que ta main.
Bel écrit apprécié
Gaby
 
#5
Oui, descend encore ta main,
Oui, frôle de tes doigts mon sein
Qu'ils enroulent au bout de ta peine mon désir
Qu'ils touchent à pleines main mon plus grand plaisir

Quand mon corps en osmose rêve encore de toi
Je rougis dans le noir de mes rêves ici bas
Je te vois si près, si beau, si frais
Je te vois, pour me faire l'amour, si prêt

Allongé tous deux, comme nos amours frêles
Couchés en amoureux, ta main comme du miel
Entre doucement, je tremble comme une feuille
Mon corps en extase tremble au vent
Et, sans calmer tes ardeurs, sans que je le veuille
Je crie des mots, des sons si lent

Tous deux dans la nuit
Personne n'entendra nos cris
Nos ébat jusqu'au matin
Et en moi, plus que ta main.
j'en ai des frissons!