• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pudeurs

jeanmibol

Maître Poète
#1
Ce n’est pas Raphaël pas Jeanne pas Louise
Qui me disent papi as-tu été joli
Ainsi qu’un fils de lys barbouillé de mouise
Qui ne se permit que mimiques de poli

Les petits vis-à- vis des vieux ont la sagesse
De ne pas remuer dans leurs plaies des couteaux
Et leur cœur en longueur leur offre sa largesse
Pouvant dès tôt tenir au chaud des louveteaux

Dans les leurs tout neufs j’ai peur de planter mes yeux
Qu’ils reçoivent avec une infinie tristesse
Délavés presqu’éteints d’avoir vu tant de lieux
De beautés de grandeurs mêlées de petitesse

Les creusées de mon front plus tranchées que sillons
Qui bafouent mes joues et la grosseur de ma pomme
D’Adam gommant ma gorge égale aux oisillons
Participent de la déchéance de l’homme

Ils voient tout de moi qui ne peux rien leur cacher
Et tremblent à l’idée d'être en ma ressemblance
Mais j’espère en mon for qu'ils peuvent s'attacher
A mes antiquités hautes en vraisemblance

Seront-ils des aînés stigmatisés de rides
Qui rappelleront les disgrâces des papis
Ou multiplieront-ils aux Etats les Florides
Où sous les tapis tous les chenis sont tapis ?
 
#2
J'aime bien vous lire, cette forme de la poésie, qui suggère et chante la vie avec délicatesse. Merci.