• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.
#1
Interprétation vocale*

Poro ?

Sur la peau noire de Sara
J’ai déposé mes lèvres froides
Et les couronnes aux mill’ carats
Ont éclairé vos âmes roides :


Feli-ci-o, petit bonheur,
Que la fièvre un jour emporta
Et qui plongea dans le malheur
Toute la grande famillia ;


Tu aurais dix ans aujourd’hui
Et les étoil’s brillent encor
Au firmament des longues nuits.
Mais à quoi bon tout ce décor ?


Kalia aux éclats de foi
Et aux yeux sombres et brillants
Qui laissaient les hommes sans voix
Et femmes serrer leurs amants ;


Les années passent et tes prières
Palpitent toujours à mon cœur
Tout comme battait ta crinière
Des nuits d’amour contre mon cou.


Papou Stanji, toi qui m’apprit
Pourquoi la vie fait pleurer fort
Quand elle brûle aux Saint’s Maries
Et que soudain parlent les morts ;


J’entends encor battre tes mains
À l’ombre des murs des églis’,
Au bout des routes, sur les chemins,
Pour nous tenir hors de la mouise.


Ô tchiro ! Kitchi kamé tou ?
Poro tou kré kava ? Pourquoi ?
Rends-moi les miens : je te donn’ tout !
Ou bien prends-moi : que je les voie...


Sur la peau noire de Sara
J’ai déposé mes lèvres froides
Et les couronnes aux mill’ carats
Ont éclairé mon âme roide...




Aubépin des Ardrets
__________

Quelques termes en manouche :
Poro ? :Pourquoi ?
papou : grand-père
tchiro : temps
Kitchi kamé tou ? : Combien veux-tu ?
*Interprétation vocale par Marine Laurent
Poro tou kré kava ? Pourquoi fais-tu cela ?
 
Dernière édition:

glycine

Maître Poète
#2
"Rends-moi les miens : je te donn’ tout !
Ou bien prends-moi : que je les voie..."
Ces vers expriment si bien l'absence, le manque, la souffrance...
Tant qu'on pense à une personne partie, elle vit en nous...
Une belle manière de raconter... ce pèlerinage émouvant !
 

Vega46

Maître Poète
#4
Le pèlerinage aux saintes Maries de la mer la souffrance au bout du voyage....les interrogations qui n’amènent malheureusement aucunes réponses ...mais la force de croire et d’espérer est toujours présente la foi reste intacte...
 
#5
"Rends-moi les miens : je te donn’ tout !
Ou bien prends-moi : que je les voie..."
Ces vers expriment si bien l'absence, le manque, la souffrance...
Tant qu'on pense à une personne partie, elle vit en nous...
Une belle manière de raconter... ce pèlerinage émouvant !
Merci, glycine, pour cette lecture ;-)
Que ce soit aux Saintes ou la tête perdue dans les étoiles, cette présence en creux des absents dont s'emplit notre esprit prend toujours la même forme : celle d'une interrogation face à l'irrémédiable.
 
#6
Beau pèlerinage très émouvant

Joli partage
Merci aubepin
Poétiquement
Sentimentale
Merci, Sentimentale ;-) La ferveur, même si je la trouve inquiétante, demeure toujours chez moi un sujet de fascination et d'interrogation. Et puis cette Sara dans sa crypte est si proche, si palpable aussi, et l'adoration mystique qui l'entoure est si présente (couronnes, bougies, étoles, colliers, etc..) qu'il est impossible de n'y pas trouver ne serait-ce qu'une once d'attachement.
 
#7
Le pèlerinage aux saintes Maries de la mer la souffrance au bout du voyage....les interrogations qui n’amènent malheureusement aucunes réponses ...mais la force de croire et d’espérer est toujours présente la foi reste intacte...
Merci, Vega46, de vous être joint aux quelques commentateurs de ce modeste texte ;-)
Oui, des interrogations sans réponses et un deal impossible : ressusciter les absents pour les revoir, ou mourir soi-même pour ne plus voir personne...
 

Polymnie2

Maître Poète
#8
Que dire de Plus?
je sais quel aimant
nous épouse en ces milieux
mystique, lorsque notre âme
du plus profond s'y confie!
même sans réponse, elle est
très apaisante, et on y revient,
confiant comme un enfant!
cela ne s'oublie!

Merci Aubépin, c'est beau, profond!

Amitiés, Poly, ce 2 mai 2018
 
#9
Que dire de Plus?
je sais quel aimant
nous épouse en ces milieux
mystique, lorsque notre âme
du plus profond s'y confie!
même sans réponse, elle est
très apaisante, et on y revient,
confiant comme un enfant!
cela ne s'oublie!

Merci Aubépin, c'est beau, profond!

Amitiés, Poly, ce 2 mai 2018
Merci, Polymnie2, pour cette lecture ;-)
Oui, ces lieux peuvent être un aimant, mais également un repoussoir tant ils peuvent symboliser ce qu'il y a d'irrationnel chez l'être humain ; mais peut-on véritablement considérer que la vie et la mort soient rationnelles, que la danse, les rires, les pleurs, les arts, la musique, voire, les mathématiques soient rationnels ?