• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Perquisition de paletot de bois…

lilasys

Maître Poète
#1
Perquisition de paletot de bois…

Quand la nuit se voile de deuil,
Sans étoile, où es-tu éternel ?
Léguer d’abyssales traînées au seuil,
Moule l’âme au fer tel un criminel.

En cage au revers de ces barreaux,
Là où le cœur suspendu s’éteint,
A la vue du corbillard choit le sombrero,
Pas, sur galets pour talons à baratin.

Les courbettes aux lueurs d’un falot,
Ces cloches et leurs affreux carillons,
Au sommet, une orgue en tourelleau,
Mitraille de notes le chat-huant des grillons.

Qui soumet Ovide à l’ultime exil ?
De poésies et de son paradis latin ?
Cimeterre saigne la plaie entre grésil,
Et le vent enfourne l’ordre de brigittin.

Les gosiers au goût âpre et métal,
Mettent en œuvre leur sabir polluant,
Tel discours Ô Dieu héritage congénital,
Regrettable silence volé par les assaillants.

Entre va et vient, disette de jouvence,
Quel mât dresse la voile gonflée d’illusion ?
Quand le marbre froid s’abat, telle souffrance,
La demeure au repos soupire, plume en réclusion.

LILASYS

s-l300.jpg

 

Cortisone

Maître Poète
#2
Perquisition de paletot de bois…

Quand la nuit se voile de deuil,
Sans étoile, où es-tu éternel ?
Léguer d’abyssales traînées au seuil,
Moule l’âme au fer tel un criminel.


En cage au revers de ces barreaux,
Là où le cœur suspendu s’éteint,
A la vue du corbillard choit le sombrero,
Pas, sur galets pour talons à baratin.


Les courbettes aux lueurs d’un falot,
Ces cloches et leurs affreux carillons,
Au sommet, une orgue en tourelleau,
Mitraille de notes le chat-huant des grillons.


Qui soumet Ovide à l’ultime exil ?
De poésies et de son paradis latin ?
Cimeterre saigne la plaie entre grésil,
Et le vent enfourne l’ordre de brigittin.


Les gosiers au goût âpre et métal,
Mettent en œuvre leur sabir polluant,
Tel discours Ô Dieu héritage congénital,
Regrettable silence volé par les assaillants.


Entre va et vient, disette de jouvence,
Quel mât dresse la voile gonflée d’illusion ?
Quand le marbre froid s’abat, telle souffrance,
La demeure au repos soupire, plume en réclusion.


LILASYS

Afficher la pièce jointe 18669

Belle lecture
Blle écriture
Merci lola de ce partage
Bises
Gaby
 

Samsara2

Maître Poète
#5
Perquisition de paletot de bois…

Quand la nuit se voile de deuil,
Sans étoile, où es-tu éternel ?
Léguer d’abyssales traînées au seuil,
Moule l’âme au fer tel un criminel.


En cage au revers de ces barreaux,
Là où le cœur suspendu s’éteint,
A la vue du corbillard choit le sombrero,
Pas, sur galets pour talons à baratin.


Les courbettes aux lueurs d’un falot,
Ces cloches et leurs affreux carillons,
Au sommet, une orgue en tourelleau,
Mitraille de notes le chat-huant des grillons.


Qui soumet Ovide à l’ultime exil ?
De poésies et de son paradis latin ?
Cimeterre saigne la plaie entre grésil,
Et le vent enfourne l’ordre de brigittin.


Les gosiers au goût âpre et métal,
Mettent en œuvre leur sabir polluant,
Tel discours Ô Dieu héritage congénital,
Regrettable silence volé par les assaillants.


Entre va et vient, disette de jouvence,
Quel mât dresse la voile gonflée d’illusion ?
Quand le marbre froid s’abat, telle souffrance,
La demeure au repos soupire, plume en réclusion.


LILASYS

Afficher la pièce jointe 18669

Bonjour Lola,

Une poésie qui serre le coeur

Moi j'aimerais que Luron 1er apaise d'un pastiche cette tristesse ...

Tendres pensées


Amitiés

Paule
 

lilasys

Maître Poète
#8
? je n'aime pas la tristesse et je ne peux y joindre mon humour ?
Je comprends mais personne ne te pousse à faire un pastiche ....Tu sais bien que mes textes sont à 90% tristes ....Alors pourquoi ce soudain revirement?
La liberté est de faire de cet écrit mortuaire un sympathique pastiche pour ceux qui apprécient ton humour, toi mon ami ....
On ne peut comprendre quand on vit pas cette situation mais on peut pasticher de toutes les couleurs avec ta vision du bonheur et de l'humour ....Que j'apprécie beaucoup ......
Dans ce cas tu aurais pu t"abstenir de faire savoir que tu ne peux joindre ton humour à ma tristesse et pourtant c'est un fond de commerce qui marche très bien ! Joindre le mal et le bien fait que le texte parait moins lugubre .....Y as-tu au moins songer un moment?
Je t'interdis rien Maître des mots pour des maux ......
 

lilasys

Maître Poète
#9
Bonjour Lola,

Une poésie qui serre le coeur

Moi j'aimerais que Luron 1er apaise d'un pastiche cette tristesse ...

Tendres pensées


Amitiés

Paule
Merci Paule pour ce commentaire qui me fait tant plaisir avec en cadeau mon Audrey Hepburn .....C'est la cerise sur le gâteau !
Il n'y a pas de maux assez forts pour qu'ils ne méritent un pastiche .....Mais Luron reviendra sur sa décision .....Je le vaux bien
Merci Paule et bonne après midi (sous le soleil) Bisous
 

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#10
Je comprends mais personne ne te pousse à faire un pastiche ....Tu sais bien que mes textes sont à 90% tristes ....Alors pourquoi ce soudain revirement?
La liberté est de faire de cet écrit mortuaire un sympathique pastiche pour ceux qui apprécient ton humour, toi mon ami ....
On ne peut comprendre quand on vit pas cette situation mais on peut pasticher de toutes les couleurs avec ta vision du bonheur et de l'humour ....Que j'apprécie beaucoup ......
Dans ce cas tu aurais pu t"abstenir de faire savoir que tu ne peux joindre ton humour à ma tristesse et pourtant c'est un fond de commerce qui marche très bien ! Joindre le mal et le bien fait que le texte parait moins lugubre .....Y as-tu au moins songer un moment?
Je t'interdis rien Maître des mots pour des maux ......
J'y ai songer,mais par manque de temps difficile de rechercher les mots providentiels qui donneraient un peu d'humour.
 
#11
C'est un poème qui me touche , il est triste mais il est aussi une part de notre vie que l'on ne peut ignorer !
Le lire a haute voix lui rend encore plus de hauteur ! sublime !
Merci pour ce ténébreux partage
Amitiés
Marc
Je suis ravie Marc pour ton appréciation .....Exactement ça fait partie de la vie et qui veut ignorer ces moments là n'a pas encore vécu cette tristesse ....L'inspiration est propre à chacun ....Oui le lire à haute voix donne un sens plus profond, plus fort!!
Gros bisous Marc et merci beaucoup
 
#12
J'ai pris un coup de barre derrière la tête mais je viens de me releverb pour t'écrire,
Un écrit triste et touchant à la fois.
Bravo et bisous
Fred
Un coup de barre ? Il fallait pas .....Ce texte est triste mais fort en réalités .....C'est ainsi que je le vois et que je le vis du moins ...Il faut rester sur les maux sans en faire un enfer .....Quand les hommes vivront d'amour ; il sauront lire ce que je veux dire .....
Merci de ton passage et ta pointe d'humour (attention la nuque !! C'est fatal...)
Bisous Fred et merci
 
#14
Un p'tit coup de Raymond (Barre) Lola ? Ça c'était pour l'humour du dimanche matin pour te décrocher un rictus ? Un sourire ? Un rire ? J'espère :)

Moi je sais plus quoi te dire sur ta poésie, je sais je vais me répéter mais c'est superbement bien écrit, tristement bien écrit.

Bisous
 

lilasys

Maître Poète
#15
Un p'tit coup de Raymond (Barre) Lola ? Ça c'était pour l'humour du dimanche matin pour te décrocher un rictus ? Un sourire ? Un rire ? J'espère :)

Moi je sais plus quoi te dire sur ta poésie, je sais je vais me répéter mais c'est superbement bien écrit, tristement bien écrit.

Bisous
Merci Marie, tu exagères, j'écris avec mon coeur mais hélas c'est trop souvent triste .....J'ai pourtant des textes d'humour mais ils passent trop vite et on a pas le temps de rire
Merci pour ton immense gentillesse .......Surtout prends soin de toi
Et prends la vie à bras le corps ...Fonce !! Je voudrais te savoir heureuse avec ""lui"" Ben lui celui qui vient ou viendra .....Sourire
Gros bisous de mémé