• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Parmi les Oliviers, Migrants de la Roya (acrostiche)

#1

Sinawi Medine, pour le Monde

Parmi les Oliviers, Migrants de la Roya (acrostiche)

C ’est l’histoire d’un type qui aide des migrants
É chappés de l’Afrique, Érythrée ou Soudan :
D es gens comme vous et moi, des mecs et puis des femmes,
R éfugiés en Roya, qui montent dans son van.
I l trouve des enfants entre les oliviers :
C ’est mignon des enfants, faut pas les oublier.

H eureusement pour lui, ce type a des soutiens,
E t ces gens qui disent oui savent tendre la main :
R espect à l’avocate Françoise Cotta,
R espect aussi à Nathalie Masseglia.
O n se sent solidaire de ce qu’il accomplit :
U ne aide humanitaire ne peut être un délit.

Aubépin des Ardrets
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#2
juste un petit com' car nos mots peuvent paraitre dérisoires heureusement qu'il y a des gens comme ça,
bravo bel acrostiche
 
#3
juste un petit com' car nos mots peuvent paraitre dérisoires heureusement qu'il y a des gens comme ça,
bravo bel acrostiche
Oui, zuc, des gens qui peuvent regarder leurs enfants et se regarder droit dans les yeux au mirroir chaque matin que fait la vie. C'est le modeste hommage que je voulais rendre, mais qui est sans doute important aussi, car les signes de soutien aussi sont essentiels.
 

glycine

Maître Poète
#4
Un superbe dernier vers : "Une aide humanitaire ne peut être un délit"
Bravo pour cet acrostiche... Un bel hommage !
J'apporte ma modeste contribution...

Les migrants

Ils sont partis fuyant
Leur beau pays en guerre
Hommes, femmes et enfants
Espérant la lumière


Le sentiment de paix
Qu'ils avaient tous souhaité
Leur laisse un goût salé
Noircissant leurs pensées


Car ils ont rencontré
Au cours de leur voyage
D'autres réalités
La misère, le parcage


Heureusement certains
Peuvent encore rêver
En saisissant les mains
Tendues pour les aider


D'autres se voient contraints
D'enrichir des passeurs
Leur promettant demain
Un avenir meilleur


Embarqués clandestins
Sur bateaux de fortune
Qui brisent leur destin
Sous le soleil, la lune


La mer engloutira
Des centaines de corps
Quel terrible constat
Fuir la mort pour la mort



4 juin 2016
 
Dernière édition:
#5
Un superbe dernier vers : "Une aide humanitaire ne peut être un délit"
Bravo pour cet acrostiche... Un bel hommage !
J'apporte ma modeste contribution...

Les migrants

Ils sont partis fuyant
Leur beau pays en guerre
Hommes, femmes et enfants
Espérant la lumière


Le sentiment de paix
Qu'ils avaient tous souhaité
Leur laisse un goût salé
Noircissant leurs pensées


Car ils ont rencontré
Au cours de leur voyage
D'autres réalités
La misère, le parcage


Heureusement certains
Peuvent encore rêver
En saisissant les mains
Tendues pour les aider


D'autres se voient contraints
D'enrichir des passeurs
Leur promettant demain
Un avenir meilleur


Embarqués clandestins
Sur bateaux de fortune
Qui brisent leur destin
Sous le soleil, la lune


La mer engloutira
Des centaines de corps
Quel terrible constat
Fuir la mort pour la mort



4 juin 2016
Merci, glycine, pour cette nouvelle vie donnée à ce texte sur/pour Cédric Herrou ;-) Merci également pour ce texte partagé.

Nous ne sommes pas dupes, en effet : nos textes ne sont qu'une modeste contribution, un infime soutien, tout juste un exercice de compréhension face aux trajectoires essentiellement dramatiques qui peuplent les mouvements migratoires actuels.

J'ai, me semble-t-il, écrit deux autres textes (autant dire rien et sûrement pas assez) sur ce mouvement collectif de destinées individuelles (Chant de dernière Fuite et Visions étouffées, Lettre d’Allemagne (Abdullah et Imad)).

La récente découverte de 6 migrants dans la cuve à fioul (la cuve à fioul !) d'un camion (ICI) et le comportement de certains individus à leur égard sont éloquents... Sans parler, malheureusement, de ce dont nous ne sommes même pas au courant ou de ce qui relève pour nous de l'inimaginable...
 
Dernière édition:
#7
L'acrostiche et le commentaires sont très beauX mai le fond est empreint de tristesse.
Merci de vos partage.
Amicalement
Gaby la sentimentale
Oui, vous avez raison Sentimentale, mais il faut dire que, hormis la droiture morale de quelques uns vis-à-vis de ceux que l'on appelle les "migrants" (des enfants, des femmes et des hommes comme vous et moi...), le thème n'est, de fait, pas des plus joyeux...