• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Paresse inconditionnelle ...

Lyseron7

Maître Poète
#1
Hors concours (en octo syllabes)



Paresse inconditionnelle ...


Je suis née ainsi, sans raison.
Chez moi la paresse est ancrée,
Quelque soit le temps, la saison,
Fainéante suis consacrée...


Quand tout s'effondre autour de moi,
Que famille, amis me sermonnent,
Hélas ! n'éprouve aucun émoi.
Qu'ils aboient ou bien claironnent !


Affublée d'un joli peignoir,
Je me traîne de gauche à droite,
M'agiter serait éteignoir,
Réagir, erreur maladroite...


Je suis bien, ne demande rien,
N'intervenez pas dans ma vie,
Pour certains je suis tel vaurien,
Mais de changer, n'est nulle envie...


*
 
Dernière édition:

Raymond3

Maître Poète
#5
Beau poème, j'aime l'image du paresseux, rencontré souvent dans la jungle Amazonienne, dans son flegme habituel dommage, car il est la proie facile du jaguar.

Merci du partage Lys
Amicalement Raymond
 

Guy-Guy

Poète libéré
#10
Je suis née ainsi, sans raison.
Chez moi la paresse est ancrée,
Quelque soit le temps, la saison,
Fainéante suis consacrée...


Vers toi te délivre et te suffisons
éméché, ivre de toutes saisons et
Il fallait s'apprivoiser et nous consacrons
virulente la soirée, tu n'as lâché te consacrons ....



Quand tout s'effondre autour de moi,
Que famille, amis me sermonnent,
Hélas ! n'éprouve aucun, autour d'émoi.
Qu'ils aboient ou bien claironnent !
 

Astrov

Maître Poète
#11
Paresseux je suis, et ami des chats, ce qui va bien ensemble.

Je propose une grande manif des paresseux, avec des banderoles et pancartes: "Laissez-nous buller en paix !
 

MaatTyshe

Poète libéré
#13
Hors concours (en octo syllabes)



Paresse inconditionnelle ...


Je suis née ainsi, sans raison.
Chez moi la paresse est ancrée,
Quelque soit le temps, la saison,
Fainéante suis consacrée...


Quand tout s'effondre autour de moi,
Que famille, amis me sermonnent,
Hélas ! n'éprouve aucun émoi.
Qu'ils aboient ou bien claironnent !


Affublée d'un joli peignoir,
Je me traîne de gauche à droite,
M'agiter serait éteignoir,
Réagir, erreur maladroite...


Je suis bien, ne demande rien,
N'intervenez pas dans ma vie,
Pour certains je suis tel vaurien,
Mais de changer, n'est nulle envie...


*
sympa