• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Résultat du concours page vote : est-il possible d'échapper au temps :

quel est celui que vous préférez ?

  • TEXTE 1

    Votes: 1 8.3%
  • TEXTE 2

    Votes: 1 8.3%
  • TEXTE 3

    Votes: 3 25.0%
  • TEXTE 4

    Votes: 7 58.3%

  • Total de votants
    12
  • Sondage fermé .

LUZE

Maître Poète
#1
**
voici les quatre textes participant au vote de septembre


voter en
cochant dans le sondage le numéro de
Celui qui pour vous répond le mieux aux contraintes du concours
ou qui vous semble le meilleur des quatre

(rappel des consignes, prose entrecoupée de quatrains, sans métrique imposée, ni alternance F/M , rimes croisées abab)

il n'est évidemment pas autorisé de voter pour son propre texte
(c'est vérifiable )


*******************


1 Perte de temps ELUARD 1 VOTE

Perte de temps, perte de vitesse, car pris de vitesse, car pris par le temps.
Le temps qui nous impose son temps.
En tant que temps, les heures passent, le temps passe…..
Le temps passe, le temps passé ne fait plus partie du passé mais du présent, car le temps passé se vit au temps présent, mais grâce au temps passé.
Ainsi au temps présent nous vivons notre temps passé, nous vivons notre passé.
Temps perdu est notre temps présent ; car ce que nous vivons, c’est notre temps passé !
Un temps passé jadis qui sera vécu au présent, vécu au temps présent.
Tout dépend du temps passé, tout dépend du passé.
Le passé qui guide notre vie au présent et au temps présent.
Le temps passé bien que faisant partie du passé, sera du temps présent et fera partie de celui-ci.
Le temps passé nous impose notre temps présent.
Présent, temps présent et quel temps présent ?
Passé, temps passé et quel temps passé ? Tout est présent, tout est
passé, un passé sans présent et un présent sans passé.
Passe, passe ô ! Passé perdu ! Passe et laisse place au présent.
Passe, passe ô ! Passé perdu ! Car tu n’es plus présent en mon esprit.
Et au présent je n’ai plus aucune envie d’être présent.
J’aimerai y être absent, comme j’ai toujours été absent de tous les
discours.


Au temps, l’homme échappe,
Il s’accroche comme un crabe,
Le temps le rattrape,
Il arrive à peine à prononcer une syllabe.


Il est pris à la trappe,
Il est à la recherche d’une échappatoire,
Comme on détient une grappe,
Il est suspendu au purgatoire.


On est tous fous de le croire, de croire en lui,
Lui qui s’enfuit, lui qui nous défie,
Lui qui tue l’ennui,
Lui qui se réjouit de nous faire boire le verre jusqu’à la lie.


De nous voir nous accrocher à la vie,
Il nous quitte, nous délaisse et nous dépasse,
Il s’en va, alors on le prie et on le supplie,
Pour nous laisser devant cette impasse.


Pour échapper au temps, encore faut-il arrêter le temps, pouvoir le ralentir ou l’accélérer…Peut-être dans les rêves, être un doux-rêveur, être Maître du temps et de notre destin.
Or le temps préside à notre destinée, n’est-ce pas ma belle Dulcinée?



***************************


2 Ne rien perdre perdure la vie en échappatoire heureux! POLYMNIE 2 1 VOTE

C’est fou, prenant comme un savant recul, j’entends qu’à « l’or loge » ointe un jour hors temps dans les mots, froment en bref fascicule où cartes s’inclinent en sachant prédire fort : ‘Ecris ! Ecris’! S’étalant têtues scandent un frais printemps
« dès l’or d’émaux » extrapolés reçus se mettent à valser sur vers sans médire !
Trouver trésor temps, offrant majuscule en pensée de lierre, frondeur de l’inné, mettre en col de cygne une âme sur plume où ver-moulu se dessine avec raison, sur feuille glacée, par chemin gaufré, lâche en jours, leurs nuits, sans heurts câlinés ! Comme rides sur minois ! Sont-elles pleur ou sourire ? Germe en
floraison !


Saisir un instant, un moment, une heure uniquement sur almanach « par fête », c’est fleurir l’instant constant jalonné d’une aura sucre où miel est vrai bonheur, errant léger, rapide
ainsi l’éclair va-et-vient leurre en secondes parfaites! Un tout en rayons illumine, illustre un « ce » pendant d’un pur amour, l’honneur !


Le jour le plus long deviendrait l’éternel !
On ne peut échapper au temps, c’est vie donnée, détricotons nos instants d’un certain hier fait de chair, scandé en secondes au pas de lierre, « or donné » tressant le jour, la nuit, faits de « mets-sages » en chaire ! Lune et soleil mettent en marche nuptiale croissant effaçant le temps-même et coure l’initial Infini ! Lâcher tous moments serait perdre mémoire « croix-sang »


Rendre l’homme inexpert sans l’horloge infinie que la Nature agitait avec distinction ; remonter « traits passés » ferait taire tous cerveaux, plus de passé, plus d’avenir sans extinction pour l’éternel présent à la tête sans niveau ! C’est tuer l’essentiel regard imperméable et faire de l’être un robot sans aucun repaire et l’esprit, sans âme deviendrait rien d’agréable. Des semaines en mois les ans deviendraient, un ciel hors pair !
*********************



3 Le temps LURON1er 3 VOTES

Il y a tant et tant de temps qu'en ces instants de vacances, il nous faut commenter " Est-il possible d'échapper au temps". Comme les coureurs du tour de France, cela pourrait être la définition des échappées qui souhaitent que les minutes augmentent avec le peloton.
Mais le temps des uns n’est pas le temps des autres, comme dans un dicton, chacun voit midi à sa porte.
Et si le votre s’arrête, celui des autres continu.
Oh ! Temps suspend ton vol !
Quand les différences de vitesse,
Des engins aériens qui nous survolent,
Modifient la nature entre lent et presse.


Echapper à l’averse où au soleil, ne peut se faire à l’échelle humaine quand se déplaçant d’un lieu à un autre.
Oh ! Temps ! Mais t’es haut !
Tes nuages froids et chauds débonnaires,
Pour gêner les pronostics météo,
Se rencontrent en éclairs et tonnerre.


Eros ou cupidon essayent de durer le plus longtemps, mais quelques fois s’échappent.
L’habitude des relations entre lui et sa belle
Vient une grande perte de tempérament,
Quand cet amour devient ritournelle,
Défini ainsi que le temps perd amant.


Comment expliquer la durée entre plusieurs dates en minutes, secondes, heures, jours, mois, années où siècles quand dans un cycle étendu varie d’une période, d’un instant où d’une saison ?


**********************


4 Un truc m'échappe... ZUC 7 VOTES

Comme le bachelier qui toute l'année aurait trimé, planché sur sa copie, fier ou non de ses résultats s’alanguit à la chaleur, au soleil, savoure le temps libre qui lui reste d'un été trop vite consumé,
avant que d'être rattrapé par la sombre réalité, du temps qui passe inexorablement, un interlude dans la course des étoiles, la terre perdue dans l'univers continue de tourner.
Le brouhaha monte en écho de nos vicissitudes abyssales, cédant ainsi aux plaisirs de la belle saison, aux barbecues, aux apéros, aux amis, à la baignade, aux farnientes, guettant l'orage salvateur, quand dehors la canicule pareil au gel ultime semble figer, stopper le temps, écrasant le monde.


Moi installé à l'ombre dans ma chambre, l’œil distrait derrière mon écran, je me prête au jeu d'un concours poétique, mes cellules grises fonctionnant au ralenti « bien que toute unité de vitesse soit relative à une unité de temps et de distance ou de quantité».
Je ne peux vous dire le flot de mes pensées, mais je sais qu'il me faudra bien tout un été, pour vous pondre le fruit estival qui mûrit dans ma tête au rythme du temps qui passe, et qui résume à lui seul le sujet, qui au-delà du délai de réflexion connaît une date buttoir, où la seul réponse simple et rapide serai de répondre non,
mais ne serait ce pas une façon d'y échapper, encore que ! Il faudra bien mettre un point final à ce délire sidéral et neuronal, pour que je vous livre enfin ma prose et mes vers qui ne font que combler l'espace d'un moment, le trou béant des jours où je n'ai rien d'autre à faire.


Quand, philosophe d'un jour se fait le poète,
Le temps s'échappe vers un point non défini,
Où s'envole au ciel le rire d'une mouette,
L'esprit se pare d'humour en catimini,


Le philosophe disserte, le politicien oriente, le scientifique défini, le professeur explique.
L'élève les yeux rivés sur l'horloge attend la sonnerie, le poète rêveur sublime le temps, cette infime particule insaisissable qui se renouvelle aussi vite qu'elle ne meurt.


Je m'imagine assis sur le seuil d'un rocher,
Surplombant la mer, je contemple l'horizon,
Où les vagues vont et viennent sans décrocher,
Imprimant le temps comme une infinie prison,


Mon regard ne peut se détacher, mes idées sombrent, mes yeux se ferment. Je médite un instant, un siècle, une heure, qui sait ?
Le temps n'existe plus, noyé dans les remous de la pensée et pourtant c'est bien de lui que je parle,
auquel je songe,



Sous un soleil de plomb où tout semble arrêté,
Comme seul marqueur de temps, le chant des cigales,
Me rappelle à mes souvenirs le bel été,
Épris dans la ronde des saisons inégales,


Inégaux, comme ce moi d'hier, ce moi d'aujourd'hui, et mon moi futur, celui que j'étais à vingt ans brûlant la chandelle par les deux bouts, vivant à cent à l'heure, n'ignorant certes pas qu'un jour je serai vieux, mais c'était si loin, et je fonçais, fonçais, fonçais…
Le temps n’existe que parce que l'on existe, il nous échappera vraiment le jour où la vie nous échappera, ce jour où je ne serai plus…Et pourtant les saisons continueront à s'enchaîner, les poètes à versifier, et le temps à s'égrainer.


Tic-tac, tic-tac fait la pendule du salon,
A vos marques, voici l'heure de la rentrée,
Déposez shorts et tongs, mettez un pantalon ,
Demain présentez vous à la terre éventrée.








**********************
 
Dernière édition par un modérateur:

zuc

Administrator
Membre du personnel
#5
bonjour Luze,
je vois que c'est toi qui à mis en ligne sur nouvelle page le vote des textes du CC, je suppose que Lumière à du rencontrer des soucis techniques,

j'ai juste modifier l'intitulé des 2 pages pour les distinguer au premier coup d'œil en ajoutant devant "page vote" et "discussion CC"
et mis en discussion importante la page des votes pour quelle reste en tête dans le forum
 

glycine

Maître Poète
#6
Sur le post de Murielle, il est dit qu'on peut voter pour 2 poèmes...
Vu que sur ce post ce n'est pas mentionné, est-ce toujours le cas ?
Merci pour la réponse
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#12
j'ai voté peut être pas pour celui le plus dans les règles mais qui m'a plu ,
mais dans l'ancienne formule, tous les poèmes étaient notés avaient droit aux commentaires et explications de la part du jury,
parfois comprises ou incomprises, cette fois il n'y a que 4 concurrents, mais à l'avenir j'ai peur qu'un poème qui ne recevrait pas de vote soit porteur d'une plus grande incompréhension, voir d'une frustration, ou d'un découragement
 
#13
j'ai voté peut être pas pour celui le plus dans les règles mais qui m'a plu ,
mais dans l'ancienne formule, tous les poèmes étaient notés avaient droit aux commentaires et explications de la part du jury,
parfois comprises ou incomprises, cette fois il n'y a que 4 concurrents, mais à l'avenir j'ai peur qu'un poème qui ne recevrait pas de vote soit porteur d'une plus grande incompréhension, voir d'une frustration, ou d'un découragement
Bonjour Zuc,

Je te rejoins d'une certaine manière dans tes propos judicieux, si la nouvelle formule offre aux membres intéressés la possibilité d'exprimer leur choix, en revanche lors de la publication des résultats, manqueront comme c'était le cas avec ll'ancienne forumule les conseils techniques riches d'enseignement, y compris pour les lecteurs désireux de progresser par le biais des concours ...

Je dis bravo aux quatre participants , parce que coller aux contraintes n'était pas facile, ce qui explique peut - être la faible participation.

Belle journée de Toi à l'Ensemble

Amicalement

Paule
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#14
Bonjour Zuc,

Je te rejoins d'une certaine manière dans tes propos judicieux, si la nouvelle formule offre aux membres intéressés la possibilité d'exprimer leur choix, en revanche lors de la publication des résultats, manqueront comme c'était le cas avec ll'ancienne forumule les conseils techniques riches d'enseignement, y compris pour les lecteurs désireux de progresser par le biais des concours ...

Je dis bravo aux quatre participants , parce que coller aux contraintes n'était pas facile, ce qui explique peut - être la faible participation.

Belle journée de Toi à l'Ensemble

Amicalement

Paule
après j'espère qu'une fois les résultats connus, les membres commentent les poèmes, et expriment leurs choix, mais manquera certainement le côté critique justifié, la critique constructive, car on ne veux pas blesser par des propos qui pourraient être mal interprétés, ni paraitre prétentieux en donnant son avis sur un sujet auquel on n'aurait même pas participé,

l'idéal si nos deux organisatrices arrivent à trouver le nb nécessaire de jurys à chaque CC serai une associations des 2 les médailles + le choix des créapoètes
 

LUZE

Maître Poète
#16
Bonjour Zuc,

Je te rejoins d'une certaine manière dans tes propos judicieux, si la nouvelle formule offre aux membres intéressés la possibilité d'exprimer leur choix, en revanche lors de la publication des résultats, manqueront comme c'était le cas avec ll'ancienne forumule les conseils techniques riches d'enseignement, y compris pour les lecteurs désireux de progresser par le biais des concours ...

Je dis bravo aux quatre participants , parce que coller aux contraintes n'était pas facile, ce qui explique peut - être la faible participation.

Belle journée de Toi à l'Ensemble

Amicalement

Paule
je réponds à toi et à ZUC , faire des remarques sur de la prose libre et des quatrains sans contraintes me parait très difficile , on peut faire des remarques sur des textes suivant les directives données mais sur de la prose ….