• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite.

#1
Le long du chemin qui menait vers l'étang, cochon marchait d'un pas décidé. Il était en nage et malgré sa résolution de courir, il s'était tenu à y aller d'un pas modéré. Les sacs qui contenaient de la bière et des poulets étaient extrêmement lourds et il était obligé de faire régulièrement des pauses.
La chatte Ainos n'était pas rentrée chez elle après avoir visité Chatdore. Elle était partie fureter à droite à gauche pour s'assurer que tout était normal. Elle avait un mauvais pressentiment et elle avait peur qu'il arrivât quelque chose à son chatmoureux.
Malgré qu'elle ne fut qu'un chat robot Android, elle était pourvue de tous ses sens et avait senti l'odeur du poulet qui était dans les cabas du cochon.
Elle le pistait de très loin grâce à ses yeux qui pouvaient zoomer par cent, même à un kilomètre de distance, elle le voyait parfaitement. Elle entendait aussi tout ce qu'il faisait. Assurément, elle aurait fait une adjointe parfaite pour Pépère le super-héros qui n'avait pas tous ces attributs sans la magie que sa maman fée lui avait léguée le temps qu'elle était sur terre.
Cochon, râlait après ses amis qui avaient vidé le réservoir pour mettre l'essence dans la barque.
- C'est incroyable quand même, ils ont dû en perdre, il y avait le plein et le turbo était à quarante bars de pression. C'est quand même bizarre, je me demande si Merguez n'en a pas mis partout, après tout avec un œil, il ne voit que la moitié de ce qui est devant lui. Je comprends maintenant pourquoi il ne répond pas aux messages, il ne voit que la moitié de l'écran et du clavier. Enrich arrête toi et fais un essai, tu verras bien.
L'homme s'arrêta et posa ses sacs au sol. Il sortit son téléphone de sa poche et ferma un œil et le regarda.
- Ça alors, j'ai des supers pouvoirs, j'ai un œil fermé et je vois tout en entier. Impressionnant, ce qui veut dire que si l'on m'enlevait une jambe, je pourrais toujours courir aussi vite, alors là, Merguez et Ragoût, vous avez un best-seller entre Cecilia qui a ses trois sœurs en elle et moi qui vois parfaitement avec un œil.
Qui arrive derrière moi, restons prudent et pas d'imprudence, ne nous faisons pas repéré. Mince, elle ralentit, qu'est-ce que c'est que cette voiture.
C'était un paysan de la commune avec sa Citroën c15 qui allait visiter ses champs et réparer une clôture en même temps.
- Bonjour gamin, tu es dans la marine, tu as perdu ton chalutier.
Cochon ne pouvait pas reculer et répondit à l'homme.
- Whesh, bonjour, non, je ne suis pas marin, je suis routier et j'ai un beau camion. Pourquoi tu me demandes ça ?
- Hé bien gamin, tu es bien familier. Bien, tu as un cirée jaune sur le dos alors je t'ai pris pour un marin pêcheur.
- Whesh pas du tout, je suis en vacances ici et je suis en panne d'essence un peu plus haut.
- Ha, c'est ta voiture là-bas, tu aurais dû mettre tes feux de détresse, c'est plus prudent.
- Je suis déjà en détresse respiratoire de marcher alors ça ira comme ça. Je suis en panne d'essence et je cherche une station.
- Hé bien mon gaillard ce n'est pas ici que tu vas trouver ça.
- Il y a un étang plus loin avec une barque à moteur donc il doit bien y avoir un essencier tout proche pour faire le plein, c'est évident.
- Hé bien gamin pas du tout, je connais l'endroit et l'essence, il la prend à Sancoins le propriétaire.
- Ça, c'est intéressant, comment font-ils pour déplacer l'étang dessous pour que la barque fasse le plein ?
- Holà, tu n'es pas d'ici toi ça se voit. Je pense que tu viens plutôt de mars, car tu n'as pas la lumière à tous les étages et la moitié des tiroirs sont vides. Je te laisse gamin, ce n'est pas tout ça, j'ai un travail à aller faire sur-le-champ.
L'homme redémarra sa voiture et partit à toute allure. Il pensait être tombé sur un fou.
- Ça, c'est la meilleure, s'il nous tombe des fous du ciel à présent, c'est complet. En plus habillé en marin comme ça dans un champ de tournesols, tu le moissonnes sans le voir.
- Hé bien, c'est quoi ce village. Il me dit qu'il a un truc à faire sur-le-champ et plutôt que de le faire, il s'en va. Il me parle des lumières de son véhicule puis de sa boîte à gants et s'en va. C'est un village de fous, c'est certain.
Ainos enregistra cette étrange conversation et l'envoya à Pépère. Elle décida de continuer de suivre cet homme au gilet jaune qui lui semblait suspect.
Le long de la voix express les gendarmes avaient rétabli la circulation et le brigadier était à présent dans le bon sens. La sœur suivait derrière et tous n'étaient pas loin d'arriver sur la commune de Saint-Pierre. Le brigadier avait informé la brigade de la présence de cochon sur la commune de résidence de Pépère. Celle-ci transmit ce nouvel élément à la chatdarmerie.
Le président n'arrêtait pas de se regarder le front dans le rétroviseur, et cela, agaçait le brigadier.
- Qu'avez-vous donc à vous regarder le front comme ça. Qu'est-ce qui ne vas pas encore.
- Hé bien, c'est que j'ai peur d'une rechute concernant mon cheveu hybride, car ce n'est pas normal que je n'aie pas vu que vous ayez fait demi-tour.
- C'est bien naturel, vous étiez collé dans votre téléphone. D'ailleurs, vous devriez voir le chirurgien qu'il vous enlève cette prothèse de la main.
- Ce n'est pas drôle monsieur le gendarme. Sachez que suite à l'ablation de ce cheveu, j'ai été arbitre et que j'ai des capacités oculaires hors du commun.
- Hé bien, quel est le problème avec votre transit ?
Vous êtes assez grossier pour un président de la République.
- Je n'ai pas dit de gros mots à ce que je sache monsieur le brigadier.
- Et les problèmes oculaires ? Je l'ai inventé peut-être.
- C'est un problème des yeux, vous n'entendez pas le français ?
- Chez moi un et un ça fait deux, alors nous disons un problème zyeutal, c'est quand même plus facile à entendre non. Mais quelle est cette histoire d'arbitrage ?
- Hé bien voilà, je vous ai dit que ma mère m'avait fait porter des lunettes de plongée. Ceci étant pour éviter la bigloucherie. Malgré tout, elle avait commis l'erreur de faire le blanc sur les lunettes d'une mauvaise manière. Si bien que d'un œil, je voyais le ciel et de l'autre le sol. C'est comme ça que j'ai développé une extraordinaire capacité oculaire, enfin zyeutal comme vous dites. J'ai été arbitre de tennis car j'ai la possibilité de suivre d'un œil la trajectoire de la bal et de l'autre continuer de regarder les deux joueurs car celui-ci a les capacité de faire des balayages à trois cents soixante degrés à une vitesse de deux cent quatre vingts kilomètres à l'heure tandis que l'autre suit la bal. Si un jour, je perds cette capacité, c'est que mon cheveu est en train de repousser.
- Hé bien, je n'avais pas tort, vous faites un drôle de président de la République.
Dans le fond du terrain du poète le Pépère était tout retourné de l'histoire de Voichat soit disant racontée par Chadore.
- Toc toc toc, que se passe-t-il ici, toc toc toc, je m'étais endormi, toc toc toc.
- Chatlut Pêcheur, hé bien nous sommes arrivés sur le terrain du traître qui ne paie rien pour attendre.
Le Pépère raconta tous les événements avant l'arrivée sur le terrain. Coin-coin était derrière son ami et Pépère lui relata l'article et relu cinq fois de suite ce passage.
( En plus des Nike très visible est apparu sur ces photos le ventre bedonnant du nouveau-né similaire à Pépère. De plus, le petit, pour manger rentre entièrement dans son assiette comme le fait Pépère. Enfin, la preuve ultime, le petit s'est vu offrir un morceau de blanc de poulet. Celui-ci était pour lui et autre petit appelé le monstre par Pépère qui en aurait extrêmement peur. Le nouveau-né a pris d'emblée les dessus et s'est servi de la moyenne compensée pour le partage.)
- Fle fle fle, tes Nike sont un peu sales, fle fle fle et ma gendarme va revenir pour donner à manger aux petites pattes vers ma mare, fle fle fle.
Mes Nike ne sont pas sales, c'est de l'intelligence qui a coulé dessus. Je vais te raconter l'histoire, mais avant laisse moi m'en remettre.
On me traite de gros ventru et de bedonnant. Ça s'est signé squelettor qui est jaloux de mes capacités intellectuelles qu'il n'aura jamais. En plus dire que j'ai peur d'un chaton alors que j'ai combattu les pires monstres. C'est un peu comme si tu disais qu'étiquette de bouteille berrichonne pour vinasse polonaise ait été à-jeun une fois dans l'année. Et puis dire que je triche à la moyenne compensée alors que je me lése les trois quart du temps, c'est une honte croyez moi. Pour me venger, je vais dire au harnais qu'il parte en vacances pour un mois. Je vais envoyer un SMS à la grotte des moines et réclamer un dédommagement d'un carton de saucissons que je partagerai avec vous.
Pendant que le Pépère parlait, un scarabée était monté sur son chat ventre. Il tendit la patte pour l'ouvrir et il eut la peur de sa vie. Il le fit tomber et partit en courant.
- Vite, suivez-moi, cet animal est un hybride Android qui contient un venin capable de terrasser un éléphant.
Toute la troupe le suivit jusqu'à l'hélicoptère juste à l'instant où le poète arrivait vers le chalet.
- Pépère, c'est toi, te voilà revenu, viens gamin, j'ai de la madeleine pour toi.
Encore disparu, ça, c'est bizarre. Je comprends s'était bien mon gros ventru que j'ai vu chez la vilaine en bas. Comment faut-il pour disparaître comme ça, c'est vraiment étrange.
Tous les animaux étaient dans l'hélicoptère et invisibles pour lui.
Bibou était resté au fond du terrain, car il n'avait rien vu et entendu. Il était à côté des caisses à poulets et c'est cette odeur qu'il ressentait depuis un moment, il vit l'insecte au sol.
- Whouaf, qui es-tu ?
- Je suis Dédé le scarabée et laisse moi te dire que ton copain bedonnant est sacrément peureux.
- Whouaf, je n'ai rien vu du tout.
- Il t'expliquera, moi, je vais au restaurant, je n'ai pas le temps.
Le scarabée disparu dans une des caisses à poulet par un minuscule trou d'aération qui était sur le côté.
- Toc toc toc, on l'a échappé belle, toc toc toc.
- Fle fle fle, que faisons nous, fle fle fle, nous allons voir ma gendarme poète, fle fle fle.
Je vais déposer, Sybage et Chatdore derrière la cabane à Cookie. Avant, je vais répondre à mon orteil alcoolisé au gin irakien en provenance de Lourdes
Pépère, c'est toi, te voilà revenu, viens gamin, j'ai de la madeleine pour toi, mais oui bien sûr, je vais te croire. Et le monstre au fond du terrain, le scarabunarium, salopard. Et toi, tu es encore plein espèce d'ivrogne. De la madeleine oui, c'est ça, des croquettes pourries remplies de cocaïne oui.
Le Pépère déposa Sybage et Chadore dans l'allée pour ne pas trop s'approcher de cookie et s'envola.
- Dit moi mon copain, c'est quoi le scarabunarium ?
- Toc toc toc, qu'est-ce que c'est que ce monstre, toc toc toc.
- Fle fle fle, en tout cas ce n'est pas dangereux pour le pain des oiseaux, fle fle fle.
- Ne m'en parle pas mon copain, c'est un monstre mutant que mon déshydratée du verre de champagne pour Ricard Indonésien m'a fait fabriquer pour qu'il dévore les résidus de produits chimiques de la vigne nucléaire destinée à Josiane pour faire du vin. Malheureusement, le monstre mangeait les ceps et j'ai dû arroser le raisin avec du napalm pour les éradiquer. Du coup ne sachant pas si le raisin était toujours bon à manger, mon soûlard m'a demandé un service. Quand je pense que maintenant, il me traite de gros ventru de bedonnant et autres insultes extrêmement blessantes.
- Toc toc toc, qu'as-tu fait du raisin, toc toc toc, tu ne l'as pas donné à Josiane, toc toc toc.
- Fle fle fle j'espère que ce n'est pas dangereux pour les petites pattes fle fle fle.
- Oui, quel était ce service Pépère ?
- Hé bien, je me suis déguisé en marchant de raisin. J'ai été au marcher de Lourdes pour en vendre. Ainsi mon brontosaure végétarien mangeur de côte de porc marseillaise au Ricard en aura écho par sa soûlarde qui est toujours là-bas. En même temps, je me suis assuré qu'elle envoyait mes saucissons et la poste est fermée pour raison de puces. Elle est passée à mon étal ne m'a pas reconnu et je lui en ai vendu le double sous prétexte de promotion, chat chat chat.

Attach8793_20190913_112558.jpg received_1110878839302416.jpeg Screenshot_20190913_182635.jpg Screenshot_20190913_182657.jpg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Le long du chemin qui menait vers l'étang, cochon marchait d'un pas décidé. Il était en nage et malgré sa résolution de courir, il s'était tenu à y aller d'un pas modéré. Les sacs qui contenaient de la bière et des poulets étaient extrêmement lourds et il était obligé de faire régulièrement des pauses.
La chatte Ainos n'était pas rentrée chez elle après avoir visité Chatdore. Elle était partie fureter à droite à gauche pour s'assurer que tout était normal. Elle avait un mauvais pressentiment et elle avait peur qu'il arrivât quelque chose à son chatmoureux.
Malgré qu'elle ne fut qu'un chat robot Android, elle était pourvue de tous ses sens et avait senti l'odeur du poulet qui était dans les cabas du cochon.
Elle le pistait de très loin grâce à ses yeux qui pouvaient zoomer par cent, même à un kilomètre de distance, elle le voyait parfaitement. Elle entendait aussi tout ce qu'il faisait. Assurément, elle aurait fait une adjointe parfaite pour Pépère le super-héros qui n'avait pas tous ces attributs sans la magie que sa maman fée lui avait léguée le temps qu'elle était sur terre.
Cochon, râlait après ses amis qui avaient vidé le réservoir pour mettre l'essence dans la barque.
- C'est incroyable quand même, ils ont dû en perdre, il y avait le plein et le turbo était à quarante bars de pression. C'est quand même bizarre, je me demande si Merguez n'en a pas mis partout, après tout avec un œil, il ne voit que la moitié de ce qui est devant lui. Je comprends maintenant pourquoi il ne répond pas aux messages, il ne voit que la moitié de l'écran et du clavier. Enrich arrête toi et fais un essai, tu verras bien.
L'homme s'arrêta et posa ses sacs au sol. Il sortit son téléphone de sa poche et ferma un œil et le regarda.
- Ça alors, j'ai des supers pouvoirs, j'ai un œil fermé et je vois tout en entier. Impressionnant, ce qui veut dire que si l'on m'enlevait une jambe, je pourrais toujours courir aussi vite, alors là, Merguez et Ragoût, vous avez un best-seller entre Cecilia qui a ses trois sœurs en elle et moi qui vois parfaitement avec un œil.
Qui arrive derrière moi, restons prudent et pas d'imprudence, ne nous faisons pas repéré. Mince, elle ralentit, qu'est-ce que c'est que cette voiture.
C'était un paysan de la commune avec sa Citroën c15 qui allait visiter ses champs et réparer une clôture en même temps.
- Bonjour gamin, tu es dans la marine, tu as perdu ton chalutier.
Cochon ne pouvait pas reculer et répondit à l'homme.
- Whesh, bonjour, non, je ne suis pas marin, je suis routier et j'ai un beau camion. Pourquoi tu me demandes ça ?
- Hé bien gamin, tu es bien familier. Bien, tu as un cirée jaune sur le dos alors je t'ai pris pour un marin pêcheur.
- Whesh pas du tout, je suis en vacances ici et je suis en panne d'essence un peu plus haut.
- Ha, c'est ta voiture là-bas, tu aurais dû mettre tes feux de détresse, c'est plus prudent.
- Je suis déjà en détresse respiratoire de marcher alors ça ira comme ça. Je suis en panne d'essence et je cherche une station.
- Hé bien mon gaillard ce n'est pas ici que tu vas trouver ça.
- Il y a un étang plus loin avec une barque à moteur donc il doit bien y avoir un essencier tout proche pour faire le plein, c'est évident.
- Hé bien gamin pas du tout, je connais l'endroit et l'essence, il la prend à Sancoins le propriétaire.
- Ça, c'est intéressant, comment font-ils pour déplacer l'étang dessous pour que la barque fasse le plein ?
- Holà, tu n'es pas d'ici toi ça se voit. Je pense que tu viens plutôt de mars, car tu n'as pas la lumière à tous les étages et la moitié des tiroirs sont vides. Je te laisse gamin, ce n'est pas tout ça, j'ai un travail à aller faire sur-le-champ.
L'homme redémarra sa voiture et partit à toute allure. Il pensait être tombé sur un fou.
- Ça, c'est la meilleure, s'il nous tombe des fous du ciel à présent, c'est complet. En plus habillé en marin comme ça dans un champ de tournesols, tu le moissonnes sans le voir.
- Hé bien, c'est quoi ce village. Il me dit qu'il a un truc à faire sur-le-champ et plutôt que de le faire, il s'en va. Il me parle des lumières de son véhicule puis de sa boîte à gants et s'en va. C'est un village de fous, c'est certain.
Ainos enregistra cette étrange conversation et l'envoya à Pépère. Elle décida de continuer de suivre cet homme au gilet jaune qui lui semblait suspect.
Le long de la voix express les gendarmes avaient rétabli la circulation et le brigadier était à présent dans le bon sens. La sœur suivait derrière et tous n'étaient pas loin d'arriver sur la commune de Saint-Pierre. Le brigadier avait informé la brigade de la présence de cochon sur la commune de résidence de Pépère. Celle-ci transmit ce nouvel élément à la chatdarmerie.
Le président n'arrêtait pas de se regarder le front dans le rétroviseur, et cela, agaçait le brigadier.
- Qu'avez-vous donc à vous regarder le front comme ça. Qu'est-ce qui ne vas pas encore.
- Hé bien, c'est que j'ai peur d'une rechute concernant mon cheveu hybride, car ce n'est pas normal que je n'aie pas vu que vous ayez fait demi-tour.
- C'est bien naturel, vous étiez collé dans votre téléphone. D'ailleurs, vous devriez voir le chirurgien qu'il vous enlève cette prothèse de la main.
- Ce n'est pas drôle monsieur le gendarme. Sachez que suite à l'ablation de ce cheveu, j'ai été arbitre et que j'ai des capacités oculaires hors du commun.
- Hé bien, quel est le problème avec votre transit ?
Vous êtes assez grossier pour un président de la République.
- Je n'ai pas dit de gros mots à ce que je sache monsieur le brigadier.
- Et les problèmes oculaires ? Je l'ai inventé peut-être.
- C'est un problème des yeux, vous n'entendez pas le français ?
- Chez moi un et un ça fait deux, alors nous disons un problème zyeutal, c'est quand même plus facile à entendre non. Mais quelle est cette histoire d'arbitrage ?
- Hé bien voilà, je vous ai dit que ma mère m'avait fait porter des lunettes de plongée. Ceci étant pour éviter la bigloucherie. Malgré tout, elle avait commis l'erreur de faire le blanc sur les lunettes d'une mauvaise manière. Si bien que d'un œil, je voyais le ciel et de l'autre le sol. C'est comme ça que j'ai développé une extraordinaire capacité oculaire, enfin zyeutal comme vous dites. J'ai été arbitre de tennis car j'ai la possibilité de suivre d'un œil la trajectoire de la bal et de l'autre continuer de regarder les deux joueurs car celui-ci a les capacité de faire des balayages à trois cents soixante degrés à une vitesse de deux cent quatre vingts kilomètres à l'heure tandis que l'autre suit la bal. Si un jour, je perds cette capacité, c'est que mon cheveu est en train de repousser.
- Hé bien, je n'avais pas tort, vous faites un drôle de président de la République.
Dans le fond du terrain du poète le Pépère était tout retourné de l'histoire de Voichat soit disant racontée par Chadore.
- Toc toc toc, que se passe-t-il ici, toc toc toc, je m'étais endormi, toc toc toc.
- Chatlut Pêcheur, hé bien nous sommes arrivés sur le terrain du traître qui ne paie rien pour attendre.
Le Pépère raconta tous les événements avant l'arrivée sur le terrain. Coin-coin était derrière son ami et Pépère lui relata l'article et relu cinq fois de suite ce passage.
( En plus des Nike très visible est apparu sur ces photos le ventre bedonnant du nouveau-né similaire à Pépère. De plus, le petit, pour manger rentre entièrement dans son assiette comme le fait Pépère. Enfin, la preuve ultime, le petit s'est vu offrir un morceau de blanc de poulet. Celui-ci était pour lui et autre petit appelé le monstre par Pépère qui en aurait extrêmement peur. Le nouveau-né a pris d'emblée les dessus et s'est servi de la moyenne compensée pour le partage.)
- Fle fle fle, tes Nike sont un peu sales, fle fle fle et ma gendarme va revenir pour donner à manger aux petites pattes vers ma mare, fle fle fle.
Mes Nike ne sont pas sales, c'est de l'intelligence qui a coulé dessus. Je vais te raconter l'histoire, mais avant laisse moi m'en remettre.
On me traite de gros ventru et de bedonnant. Ça s'est signé squelettor qui est jaloux de mes capacités intellectuelles qu'il n'aura jamais. En plus dire que j'ai peur d'un chaton alors que j'ai combattu les pires monstres. C'est un peu comme si tu disais qu'étiquette de bouteille berrichonne pour vinasse polonaise ait été à-jeun une fois dans l'année. Et puis dire que je triche à la moyenne compensée alors que je me lése les trois quart du temps, c'est une honte croyez moi. Pour me venger, je vais dire au harnais qu'il parte en vacances pour un mois. Je vais envoyer un SMS à la grotte des moines et réclamer un dédommagement d'un carton de saucissons que je partagerai avec vous.
Pendant que le Pépère parlait, un scarabée était monté sur son chat ventre. Il tendit la patte pour l'ouvrir et il eut la peur de sa vie. Il le fit tomber et partit en courant.
- Vite, suivez-moi, cet animal est un hybride Android qui contient un venin capable de terrasser un éléphant.
Toute la troupe le suivit jusqu'à l'hélicoptère juste à l'instant où le poète arrivait vers le chalet.
- Pépère, c'est toi, te voilà revenu, viens gamin, j'ai de la madeleine pour toi.
Encore disparu, ça, c'est bizarre. Je comprends s'était bien mon gros ventru que j'ai vu chez la vilaine en bas. Comment faut-il pour disparaître comme ça, c'est vraiment étrange.
Tous les animaux étaient dans l'hélicoptère et invisibles pour lui.
Bibou était resté au fond du terrain, car il n'avait rien vu et entendu. Il était à côté des caisses à poulets et c'est cette odeur qu'il ressentait depuis un moment, il vit l'insecte au sol.
- Whouaf, qui es-tu ?
- Je suis Dédé le scarabée et laisse moi te dire que ton copain bedonnant est sacrément peureux.
- Whouaf, je n'ai rien vu du tout.
- Il t'expliquera, moi, je vais au restaurant, je n'ai pas le temps.
Le scarabée disparu dans une des caisses à poulet par un minuscule trou d'aération qui était sur le côté.
- Toc toc toc, on l'a échappé belle, toc toc toc.
- Fle fle fle, que faisons nous, fle fle fle, nous allons voir ma gendarme poète, fle fle fle.
Je vais déposer, Sybage et Chatdore derrière la cabane à Cookie. Avant, je vais répondre à mon orteil alcoolisé au gin irakien en provenance de Lourdes
Pépère, c'est toi, te voilà revenu, viens gamin, j'ai de la madeleine pour toi, mais oui bien sûr, je vais te croire. Et le monstre au fond du terrain, le scarabunarium, salopard. Et toi, tu es encore plein espèce d'ivrogne. De la madeleine oui, c'est ça, des croquettes pourries remplies de cocaïne oui.
Le Pépère déposa Sybage et Chadore dans l'allée pour ne pas trop s'approcher de cookie et s'envola.
- Dit moi mon copain, c'est quoi le scarabunarium ?
- Toc toc toc, qu'est-ce que c'est que ce monstre, toc toc toc.
- Fle fle fle, en tout cas ce n'est pas dangereux pour le pain des oiseaux, fle fle fle.
- Ne m'en parle pas mon copain, c'est un monstre mutant que mon déshydratée du verre de champagne pour Ricard Indonésien m'a fait fabriquer pour qu'il dévore les résidus de produits chimiques de la vigne nucléaire destinée à Josiane pour faire du vin. Malheureusement, le monstre mangeait les ceps et j'ai dû arroser le raisin avec du napalm pour les éradiquer. Du coup ne sachant pas si le raisin était toujours bon à manger, mon soûlard m'a demandé un service. Quand je pense que maintenant, il me traite de gros ventru de bedonnant et autres insultes extrêmement blessantes.
- Toc toc toc, qu'as-tu fait du raisin, toc toc toc, tu ne l'as pas donné à Josiane, toc toc toc.
- Fle fle fle j'espère que ce n'est pas dangereux pour les petites pattes fle fle fle.
- Oui, quel était ce service Pépère ?
- Hé bien, je me suis déguisé en marchant de raisin. J'ai été au marcher de Lourdes pour en vendre. Ainsi mon brontosaure végétarien mangeur de côte de porc marseillaise au Ricard en aura écho par sa soûlarde qui est toujours là-bas. En même temps, je me suis assuré qu'elle envoyait mes saucissons et la poste est fermée pour raison de puces. Elle est passée à mon étal ne m'a pas reconnu et je lui en ai vendu le double sous prétexte de promotion, chat chat chat.

Afficher la pièce jointe 24427 Afficher la pièce jointe 24428 Afficher la pièce jointe 24429 Afficher la pièce jointe 24430
J'ai adoré cet épisode de problème zieutal et bigloucherie.
Amicalement
Gaby