• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite. 09 janvier.

#1
Le long du canal, Chouânne réfléchissait de quelle manière elle pouvait récupérer l'hélicoptère à Pépère et ramener un œil sur terre. Leïlânne lui avait envoyé de ses nouvelles et elle serait de retour d'ici trois jours. Grâce à la science des médecins de Xyron, le virus qu'elle avait incubé était totalement éliminé de son corps. Par contre les traitements l'avaient énormément fatiguée et elle devait se reposer avant de reprendre l'espace. Chouânne avait peur que les créatures de Charnïa ne se rendent compte qu'un œil n'était pas celui qu'il pensait et que le pauvre chat ait à en pâtir. Sans compter que des représailles pouvaient aussi être possibles contre les habitants de la terre. Même si, elle savait ce peuple pacifique, par le passé, il avait guerroyé avec d'autres planètes pour extraire des blocs de granite qu'il n'avait pas sur sa planète. En marchant elle vit au loin Fripouille qui se Promenait avec Elchatponne et vint à eux.
- Bonjour Fripouille, tu t'es trouvé un nouvel ami ?
- Oui madame la fée, c'est Elchatponne, il a sauvé le père Noël d'un attentat. Les gendarmes l'ont vivement remercié et il va être décoré par le Premier ministre en même temps que Pépère.
La fée réfléchissait toujours et elle se dit qu'elle pourrait peut-être prendre avec elle ces deux chats pour aller sur Charnïa délivrer un œil et récupérer l'hélicoptère à Pépère. Fripouille présenta la fée à son ami et celui-ci était content de la connaître autant qu'il le fut d'être redevenu honnête. Chouânne prit la décision de leur en parler.
- Dites moi, mes loulous, j'aurais un service à vous demander. Voilà, j'avais besoin de Pépère pour délivrer un chat prisonnier sur une lointaine planète. Malheureusement, il est à Paris pour résoudre la crise des nez rouges. Sauriez-vous d'accord de m'accompagner pour m'aider. Je vous emmènerai dans ma soucoupe qui va aussi vite que la lumière. Vous aurez à manger à volonté et nous partirions dès ce soir. Je dois juste faire mon rapport et l'envoyer sur Mercure et laisser les directives à mon amie Liettuje qui m'accompagne et qui est aussi une fée. Si vous êtes prêts nous pouvons partir d'ici une demi-heure.
- Chouette, ça me changera d'ici, qu'en penses-tu Elchatponne.
- Oh oui Fripouille, je veux juste regarder la scène du baiser dans ma siamoise love avant de partir, tu es d'accord. Répondit Elchatponne et Fripouille ajouta, bien sûr mon copain.
C'est ainsi qu'une demi-heure plus tard Chouânne sillonnait l'univers en direct de Charnïa avec Fripouille et Elchatponne qui continuait de regarder ma siamoise love sur les écrans de contrôle de la soucoupe.
Le poète était revenu, le long du canal promenait Bibou et il fut surpris de voir des calicots venter son chat Pépère. Il se disait, ce coup-ci, c'est sûr, je suis victime d'hallucinations visuelles. Bibou était entré dans le champ où il y avait la soucoupe de Liettuje. Il voyait la soucoupe et regarda son maître d'un air de dire, qu'est-ce que c'est que cet objet. L'homme ne voyant pas l'engin tira Bibou de ses rêveries et lui fit reprendre le chemin de halage. Il passa non loin de la zone que le Pépère avait polluée de son caca quelques jours auparavant et se boucha le nez. L'odeur était tellement tenace que même l'herbe en avait jaunie. Il regarda l'heure et ne comprenait pas ce qui se passait. Il était onze heures trente quand il était parti et il était toujours la même heure.
Son chat pendant ce temps faisait son show devant l'auditoire dans la cellule du commissariat. François avait repris le repas et sa dent arrachée ne semblait pas trop le gêner. Carla avait eu très peur durant l'arrachage de celle-ci et pour s'en remettre elle avait bu trois bouteilles de Dom Pérignon. Elle était en train de danser sur la table et le Doc tapait sur le derrière des bouteilles vides pour battre le rythme. Le Pépère regardant l'assemblée dit tout haut.
- Cela me fait penser à la minette à Richelieu que j'ai sauvé de la dépression. Ce qui m'a valu d'être sacré Charelieu Roi de France.
- Ha bon fit l'un d'un policier et comment cela s'est déroulé.
- Laissez-moi vous l'expliquer. Voilà, j'ai connu Richelieu lors d'une mission où il avait été accusé à tort du vol d'une brosse à dents pour poule de Tanzanie. Oui, les poules de Tanzanie avaient des dents et mangeaient des cailloux. Leurs œufs étaient incassables et servaient de projectile. Richelieu en avait un élevage personnel et le leader price du coin était victime de vols réguliers de brosses à dents pour poule de Tanzanie. Le pauvre qui était coliqueux chronique allait là-bas tous les jours pour acheter du papier hygiénique. J'ai fait mon enquête et trouver les responsables. Le problème, c'est qu'il avait une superbe minette qui était devenue dépressive pendant son incarcération. Le Roi Louis treize avait essayé de la consoler en lui faisant écouter du Florent Palui. La pauvre chatte pour se venger lui avait griffé le visage et il fut hospitalisé en attendant une opération de chirurgie esthétique que j'aie d'ailleurs réalisée plus tard, je vous l'expliquerai. Donc, j'ai enquêté sur le vol des brosses à dents. L'élevage de poules de Tanzanie demandait beaucoup d'attention et leurs dents devaient être brossées deux fois par jour. J'ai donc interrogé tous les soigneurs sans trouver d'indice. Non loin, il y avait un restaurant tenu par Jean Pierre Coffre. J'avais remarqué que le bougre allait au magasin victime des vols tous les jours et j'ai enquêté de ce côté-là. C'est ainsi que je l'ai démasqué. Il volait les brosses à dents pour les revendre et ainsi payé une amende qu'il avait eue lors d'un contrôle fiscal. J'ai pu démontrer à la justice qu'il était innocent et une fois rentré chez lui la chatte a guéri et pour me remercier, j'ai été sacré Charelieu et ensuite sacré Roi de France en attendant d'opérer Louis treize. Voilà l'histoire qu'elle est vraie.
Nicolas le regarda et lui dit, Pépère raconte nous l'opération...

received_1158101681011044.jpeg received_416568445781206.jpeg received_943397325855667.jpeg received_350525469117446.jpeg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Le long du canal, Chouânne réfléchissait de quelle manière elle pouvait récupérer l'hélicoptère à Pépère et ramener un œil sur terre. Leïlânne lui avait envoyé de ses nouvelles et elle serait de retour d'ici trois jours. Grâce à la science des médecins de Xyron, le virus qu'elle avait incubé était totalement éliminé de son corps. Par contre les traitements l'avaient énormément fatiguée et elle devait se reposer avant de reprendre l'espace. Chouânne avait peur que les créatures de Charnïa ne se rendent compte qu'un œil n'était pas celui qu'il pensait et que le pauvre chat ait à en pâtir. Sans compter que des représailles pouvaient aussi être possibles contre les habitants de la terre. Même si, elle savait ce peuple pacifique, par le passé, il avait guerroyé avec d'autres planètes pour extraire des blocs de granite qu'il n'avait pas sur sa planète. En marchant elle vit au loin Fripouille qui se Promenait avec Elchatponne et vint à eux.
- Bonjour Fripouille, tu t'es trouvé un nouvel ami ?
- Oui madame la fée, c'est Elchatponne, il a sauvé le père Noël d'un attentat. Les gendarmes l'ont vivement remercié et il va être décoré par le Premier ministre en même temps que Pépère.
La fée réfléchissait toujours et elle se dit qu'elle pourrait peut-être prendre avec elle ces deux chats pour aller sur Charnïa délivrer un œil et récupérer l'hélicoptère à Pépère. Fripouille présenta la fée à son ami et celui-ci était content de la connaître autant qu'il le fut d'être redevenu honnête. Chouânne prit la décision de leur en parler.
- Dites moi, mes loulous, j'aurais un service à vous demander. Voilà, j'avais besoin de Pépère pour délivrer un chat prisonnier sur une lointaine planète. Malheureusement, il est à Paris pour résoudre la crise des nez rouges. Sauriez-vous d'accord de m'accompagner pour m'aider. Je vous emmènerai dans ma soucoupe qui va aussi vite que la lumière. Vous aurez à manger à volonté et nous partirions dès ce soir. Je dois juste faire mon rapport et l'envoyer sur Mercure et laisser les directives à mon amie Liettuje qui m'accompagne et qui est aussi une fée. Si vous êtes prêts nous pouvons partir d'ici une demi-heure.
- Chouette, ça me changera d'ici, qu'en penses-tu Elchatponne.
- Oh oui Fripouille, je veux juste regarder la scène du baiser dans ma siamoise love avant de partir, tu es d'accord. Répondit Elchatponne et Fripouille ajouta, bien sûr mon copain.
C'est ainsi qu'une demi-heure plus tard Chouânne sillonnait l'univers en direct de Charnïa avec Fripouille et Elchatponne qui continuait de regarder ma siamoise love sur les écrans de contrôle de la soucoupe.
Le poète était revenu, le long du canal promenait Bibou et il fut surpris de voir des calicots venter son chat Pépère. Il se disait, ce coup-ci, c'est sûr, je suis victime d'hallucinations visuelles. Bibou était entré dans le champ où il y avait la soucoupe de Liettuje. Il voyait la soucoupe et regarda son maître d'un air de dire, qu'est-ce que c'est que cet objet. L'homme ne voyant pas l'engin tira Bibou de ses rêveries et lui fit reprendre le chemin de halage. Il passa non loin de la zone que le Pépère avait polluée de son caca quelques jours auparavant et se boucha le nez. L'odeur était tellement tenace que même l'herbe en avait jaunie. Il regarda l'heure et ne comprenait pas ce qui se passait. Il était onze heures trente quand il était parti et il était toujours la même heure.
Son chat pendant ce temps faisait son show devant l'auditoire dans la cellule du commissariat. François avait repris le repas et sa dent arrachée ne semblait pas trop le gêner. Carla avait eu très peur durant l'arrachage de celle-ci et pour s'en remettre elle avait bu trois bouteilles de Dom Pérignon. Elle était en train de danser sur la table et le Doc tapait sur le derrière des bouteilles vides pour battre le rythme. Le Pépère regardant l'assemblée dit tout haut.
- Cela me fait penser à la minette à Richelieu que j'ai sauvé de la dépression. Ce qui m'a valu d'être sacré Charelieu Roi de France.
- Ha bon fit l'un d'un policier et comment cela s'est déroulé.
- Laissez-moi vous l'expliquer. Voilà, j'ai connu Richelieu lors d'une mission où il avait été accusé à tort du vol d'une brosse à dents pour poule de Tanzanie. Oui, les poules de Tanzanie avaient des dents et mangeaient des cailloux. Leurs œufs étaient incassables et servaient de projectile. Richelieu en avait un élevage personnel et le leader price du coin était victime de vols réguliers de brosses à dents pour poule de Tanzanie. Le pauvre qui était coliqueux chronique allait là-bas tous les jours pour acheter du papier hygiénique. J'ai fait mon enquête et trouver les responsables. Le problème, c'est qu'il avait une superbe minette qui était devenue dépressive pendant son incarcération. Le Roi Louis treize avait essayé de la consoler en lui faisant écouter du Florent Palui. La pauvre chatte pour se venger lui avait griffé le visage et il fut hospitalisé en attendant une opération de chirurgie esthétique que j'aie d'ailleurs réalisée plus tard, je vous l'expliquerai. Donc, j'ai enquêté sur le vol des brosses à dents. L'élevage de poules de Tanzanie demandait beaucoup d'attention et leurs dents devaient être brossées deux fois par jour. J'ai donc interrogé tous les soigneurs sans trouver d'indice. Non loin, il y avait un restaurant tenu par Jean Pierre Coffre. J'avais remarqué que le bougre allait au magasin victime des vols tous les jours et j'ai enquêté de ce côté-là. C'est ainsi que je l'ai démasqué. Il volait les brosses à dents pour les revendre et ainsi payé une amende qu'il avait eue lors d'un contrôle fiscal. J'ai pu démontrer à la justice qu'il était innocent et une fois rentré chez lui la chatte a guéri et pour me remercier, j'ai été sacré Charelieu et ensuite sacré Roi de France en attendant d'opérer Louis treize. Voilà l'histoire qu'elle est vraie.
Nicolas le regarda et lui dit, Pépère raconte nous l'opération...

Afficher la pièce jointe 21334 Afficher la pièce jointe 21335 Afficher la pièce jointe 21336 Afficher la pièce jointe 21337
Toujours très inventif pépère par votre plume Daniel
Amicalement
Gaby qui attend la suite impatiemment