• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite. 08 novembre

#1
Leïlanne de sa soucoupe surveillait les activités d'Elchatpone. Elle ne savait pas encore ce qu'allait faire le chat bandit, donc elle resta dans l'attente de prendre le contrôle de la situation un peu plus tard. Elle était très fatiguée et jeta un coup d'œil sur le champ de la jument à la recherche de Pépère, mais ses paupières étaient lourdes et elle coupa ses écrans pour aller dormir, elle n'en pouvait plus. Dans la cabane, Cookie n'en revenait pas de ce que venait de leur annoncer Momo et ne savait plus quoi faire. Elle avait peur à présent, car ces hommes ne semblaient pas bienveillants à l'encontre des animaux. Chatdore n'était pas non plus spécialement rassuré et il s'excusa de rentrer chez lui. Il était pressé de regarder les informations pour voir s'ils ne parlaient pas de ce que préparaient ces hommes. Momo aussi avait très peur même pour son maître et les autres animaux de la maison. Comme par magie, une voix se fit entendre dans la cabane.
- Bonjour les amis, ne vous inquiétez pas, il ne vous arrivera rien.
- Hiii, qui est là, hiii sûrement le bandit sur le toit, hiii, vite qu'on le chasse hiii.
- Non rassurez-vous ce n'est que moi, Chouânne, je vous parle depuis l'espace par un procédé qu'il serait difficile de vous expliquer. Actuellement veille sur vous la fée Leïlanne qui n'est pas très loin d'ici. Moi, je rentre de mission et dois faire mon rapport à mes supérieurs avant de reprendre l'espace pour une autre planète avant vous, malheureusement. Surtout, pas, d'inquiétude, il y a aussi une autre fée avec elle, Liettuje. Vous pouvez vous rendormir sereinement. Déjà, je neutralise les caméras qu'ils ont posées sur votre cabane et je brouille leurs émissions radios et satellites. Avant qu'ils ne trouvent l'origine du problème, vous avez largement le temps de vous reposer. Bonne nuit mes chers amis, je coupe la communication.
Momo qui était toujours dans l'entrée dit aux autres.
- Comme, il est plaisant de voir qu'un protecteur veille sur nous. Je m'en vais vous laisser dormir et rejoindre ma demeure afin de voir si tout se passe bien en ses murs. Je vous souhaite la pareille que notre bonne fée Chouânne qui vient de tenir son éloge.
Lucie et Cookie, qui étaient rassurées, se couchèrent sur le lit de paille tandis que Momo disparut à travers la brume matinale. Derrière les Américains, étaient totalement dépourvus de moyens de communication et ils s'en étaient déjà rendu compte. C'était l'affolement général et personne ne pensait aux animaux à ce moment-là. C'était ce que voulait Chouânne et elle avait déjà réussi sa mission. Au-dessus des tente un curieux animal volait à tire d'ailes, complètement perdu dans la brume.
- Fle fle fle, mais où suis-je, je ne vois rien dans ce brouillard. Fle fle fle, si seulement, je n'étais pas myope, fle fle fle, les autres vont s'inquiéter.
Le pauvre Coin-coin n'ayant pas osé dire aux autres qu'il voyait mal avait pris les airs et s'était égaré dans la brume. Pendant ce temps-là, dans le chemin, la voiture était toujours enfoncée dans la boue. Sœur Mathilde avait fini par s'endormir. Lolo lui scrutait le ciel à la recherche éventuelle du retour de Coin-coin qui était déjà parti depuis un moment. Il regarda Pêcheur et lui dit.
- Je me demande ce que fait Coin-coin, j'espère qu'il n'y lui ait rien arrivé.
- Toc toc toc, je pense qu'il s'est perdu, toc toc toc, il a un problème de vue, toc toc toc, je l'ai remarqué. Il ferait bien de consulter un yeuxtier toc toc toc. J'espère qu'il a trouvé Pépère toc toc toc.
L'animal lui était toujours dans sa voiture avec turbo et celui-ci n'en revenait pas de son histoire de cul-sec et regardant Pépère il lui dit.
- C'est quand même un peu drôle ton histoire de cul-sec. Tu es sûr que l'homme devant vient de là-bas ?
- Bien sûr, il fait partie de la bande des choux-fleurs. Il s'est fait opérer depuis ce jugement, mais j'en suis quasiment sûr mon loulou.
- La bande des choux-fleurs, c'est quoi ça ? Et d'ailleurs comment, tu as su et vu pour le tribunal, alors que tu étais ici, Pépère ?
- Laisse-moi t'expliquer mon loulou et tu vas comprendre. Voilà un jour, j'arrive devant le gourbi de mon crayon japonais taillé à la serpe Israëlienne et je l'ai trouvé le nez dans son dossier tribunal. Il n'en parlait pas et quand, il appelait sa comparse pour en parler, il s'arrangeait pour fermer son gourbi et parlait à voix basse, pour que je n'écoute pas. Alors, j'ai eu une super idée. En face de chez sa comparse qui loge dans les appartements de la gendarmerie, il y a un cèdre. Je me suis déguisé en oiseau pour la surveiller. J'imitais l'oiseau pour la diversion. Elle a quand même eu des doute et elle lui a dit au téléphone. C'est étrange cet oiseau quand, j'allume mon téléphone, il s'arrête de chanter. Forcement pour écouter, j'étais obligé de me taire. Donc c'est comme ça que, j'ai appris l'histoire et que, j'ai assisté à la préparation du repas qui les a transformé en choux-fleurs.
- Comment ça un repas ? Raconte-moi mon copain.
- Hé bien voilà mon loulou, après avoir été gracié, ils ont décidé avec sa comparse d'inviter toute la bande du tribunal de cul-sec pour un dîner. Elle lui a dit, je vais faire une soupe aux potirons. Lui, il lui dit, ça tombe bien, j'en ai dans mon petit jardin. Je précise que ce jardin, est sur un monceau de déchets radioactifs. Oui, c'est moi qui aie creusé le trou en plein cagnard en étant nourri de cailloux, bref. Donc, il part là-bas et cueille des navets. Oui, à cause des radiations, ils sont plus gros que des potirons. Il lui amène avec les autres légumes irradiés et elle fait sa soupe. J'ai tout vu de l'arbre et l'oiseau qui chantait, c'était moi qui rigolais. Donc tous sont venus au dîner que, je ne précise pas qu'il s'y est bu des centaines de litres de vin, bref. Le lendemain, ils se sont tous réveillés avec des oreilles gigantesques. D'ailleurs, mon soûlard, qui était sur le balcon, s'est retrouvé dans les nuages à cause du vent qui s'était pris dans ses oreilles. Un voisin a appelé les pompiers et il ont tous finis aux urgences. Ils se sont tous vu êtres amputés des oreilles avant d'être greffé de vrais oreilles. Voilà mon loulou, tu sais le fin mot maintenant.





Screenshot_20181108_185618.jpg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Ha ha ha le yeutier. Il faudra que j'aile voir afin qutiliser me soigne afin que je vois mieux.
Amicalement et à demain pour un nouvel épisode
Gaby