• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.
#1
Ouistiti badaboum

Je suis le ouistiti,
La petite mascotte
Qui danse en redingote
Sur un mini-tapis.


Mes sauts et mes grimaces
Font rire les enfants
Pendant que les mamans
S’étonnent de ma crasse.


Petit calot de groom
Et autres clowneries,
J’amus’ la galerie
Avec mes badaboums.


Quelques pièces qui tintent
Dans la boîte en fer-blanc,
Et moi je fais semblant
D’adorer la contrainte


Du collier ras-du-cou
Et de la cordelette
Qui dessous les paillettes
Me servent de licou.


Ce soir quand cessera
L’orgue de Barbarie
De souffler à Paris
Mon rêve reprendra :


Mata Atlântica,
Nous rions dans les feuilles
De l’arbre qui accueille
Ton amour dans mes bras ;


Sur les rochers clapotent
La mer et son écume ;
Le soleil dans la brume
Est un disque qui flotte ;


Accrochée à mon dos
Notre infante dernière
Me semble si légère
Quand elle fait dodo.


Ô que tes mains sont douces,
Tout autant que ton front ;
Et demain nous irons
Retrouver cette mousse...


Je suis le ouistiti,
La petite mascotte
Qui danse en redingote
Sur un mini-tapis.


Qu’ai-je fait aux lambeaux
De l’ancienne forêt ?
Rêves évaporés,
Flammèches de flambeaux :


Reverrai-je ces jours
Où nous étions heureux ?
Sans regards curieux,
Sans prison pour séjour ?


Apprécies-tu toujours
La vie et ses reflets
Qui aujourd’hui m’effraient
Dans mes longs contre-jours ?


Mes sauts et mes grimaces
Font rire les enfants
Pendant que les mamans
S’étonnent de ma crasse.


Si le ciel est clément,
Nous n’aurons de demain
Que le froid du matin
Qui jamais ne nous ment.


Les semelles usées
De mon maître chanteur
Glisseront leur lenteur
À la fleur du pavé


Le vent dans les tuyaux
Chantera les cerises
Et ma mine expressive
Me tordra les boyaux :


Petit calot de groom
Et autres clowneries,
J’amus’ la galerie
Avec mes badaboums...


Aubépin des Ardrets
 
Dernière édition:

Vega46

Maître Poète
#2
Avec l’agilité du ouistiti vous avez jonglé avec les mots en retombant toujours sur vos pieds....
Bravo
Maurice
 
#3
Avec l’agilité du ouistiti vous avez jonglé avec les mots en retombant toujours sur vos pieds....
Bravo
Maurice
Merci, Vega46, pour votre gentille appréciation de ce texte dont je ne sais quoi trop penser mais qui réclamait de vivre ;-)
Va, petit texte, vit ta vie, et qu'elle te soit plus douce qu'amère ;-)
 

glycine

Maître Poète
#6
Je vois deux poèmes distincts... un léger empli de fantaisie... et un autre sentimental qui s'est judicieusement inséré...
Ce poème pourrait avoir pour thème "l'être et le paraître"... tel un clown qui fait son show et tombe le masque la représentation terminée...
Un poème joliment déroulé... et en le lisant bien, émouvant...
 
Dernière édition:
#8
Je vois deux poèmes distincts... un léger empli de fantaisie... et un autre sentimental qui s'est judicieusement inséré...
Ce poème pourrait avoir pour thème "l'être et le paraître"... tel un clown qui fait son show et tombe le masque la représentation terminée...
Un poème joliment déroulé... et en le lisant bien, émouvant...
Merci, glycine, pour cette analyse ;-)
La notion de l'exil alliée à celle du souvenir est également présente (c'est le rêve en italique de ce ouistiti évoluant avec les siens au sein des restes de ce qui formait la grande forêt littorale du Brésil), de même que celle du regard (enfance/adulte) ainsi que celle, plus évanescente, plus difficilement acceptable, aussi, à mes yeux, et malgré toutes les explications sociologiques, de la destinée, cette trajectoire individuelle qui voit tout un chacun traverser le monde à sa propre manière - des nantis aux plus démunis - dans l'impermanence des situations et des statuts (hier en famille dans la forêt brésilienne, aujourd'hui "badaboum" d'opérette sur le mauvais pavé)...
 

glycine

Maître Poète
#9
Merci, glycine, pour cette analyse ;-)
La notion de l'exil alliée à celle du souvenir est également présente (c'est le rêve en italique de ce ouistiti évoluant avec les siens au sein des restes de ce qui formait la grande forêt littorale du Brésil), de même que celle du regard (enfance/adulte) ainsi que celle, plus évanescente, plus difficilement acceptable, aussi, à mes yeux, et malgré toutes les explications sociologiques, de la destinée, cette trajectoire individuelle qui voit tout un chacun traverser le monde à sa propre manière - des nantis aux plus démunis - dans l'impermanence des situations et des statuts (hier en famille dans la forêt brésilienne, aujourd'hui "badaboum" d'opérette sur le mauvais pavé)...
"ce texte dont je ne sais quoi trop penser mais qui réclamait de vivre"
Après avoir lu votre explication détaillée, cette remarque me fait :)...
Ceci dit, le poème est bien plus profond que je le pensais... puisqu'il parle de déracinement...
et exprime la complexité de la vie en évoquant la destinée...
Merci Aubépin pour ces éclaircissements !
 
Dernière édition:
#10
"ce texte dont je ne sais quoi trop penser mais qui réclamait de vivre"
Après avoir lu votre explication détaillée, cette remarque me fait :)...
Ceci dit, le poème est bien plus profond que je le pensais... puisqu'il parle de déracinement...
et exprime la complexité de la vie en évoquant la destinée...
Merci Aubépin pour ces éclaircissements !
L'écume, quoiqu'on en dise, peut bien voler au vent, elle vient toujours des profondeurs. Elle est comme nos lumières : le point brillant masquant, en l'éclairant, l'opacité de ce monde que Ouistiti badaboum ne fait que traverser, comme nous ;-)
 

glycine

Maître Poète
#11
L'écume, quoiqu'on en dise, peut bien voler au vent, elle vient toujours des profondeurs. Elle est comme nos lumières : le point brillant masquant, en l'éclairant, l'opacité de ce monde que Ouistiti badaboum ne fait que traverser, comme nous ;-)
Une belle image... profonde et exprimée d'une manière poétique... mais bien triste...
J'ai bien aimé "masquant, en l'éclairant"...
 
Dernière édition:
#14
le calme et le bonheur en surface
la douleur en dedans ,
le contraste est marqué et émouvant

merci de ce beau partage
Oui, l'image est peut-être éculée du clown auguste qui fait rire la journée et pleure en s'endormant, mais même les images d'Épinal recèlent un fond de vérité. Certains disent d'ailleurs que si les comiques peuvent être mélancoliques, c'est sans doute parce qu'ils connaissent le secret du rire...
Merci, Tynablue, pour cette lecture ;-)