• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Misère social...

#1
Adieux,
Adieux cette vie cupide d'ignorance
Il se batte pour protéger nos soit disant enfances
Mais il ferai rien , même pour une naissance
Au fond toute mes condoléances
Adieux votre réjouissance
Adieux mes espérances

Adieux,
Adieux ces employés de bureaux,
Adieux votre colonie ,
Cette lobotomie
De toute façon vous péterai un câble, victime d'amnésie
Vous vous retrouverez tous derrière les barreaux
Sa changera pas beaucoup des bureaux

Adieux,
Adieux ces foutue romantiques
Avec vos fleur, et vos cirques
Adieux, de toute façon vous tromperez votre femme
Vous vous voyez dans l'arène en Rome antique
Vous lui dirai que c'est la reine pour pas quelle pique
Adieux, madame de toute façon pour lui vous êtes qu'une boutique

Adieux,
Adieux tout c'est bourge
Qui détiennent la moitié des richesse du globe
Vous vous prenez pour des nobles
Mais vous êtes tous ignobles
J'ai envie de vous pendre par la gorge
De toute façon il nous voit encore a bouffé de l'orge

Adieux,
Adieux ces pseudo féministes engagé
A force de criée des absurdité
J'arrive plus a m'entendre penser
Adieux vous qui défender une cause juste pour pouvoir frimer
J'en ai marre de vous et de votre stupidité
A dire que la réalité n'est q'un légende inventée

Adieux,
Adieux ces matcho
Complétement facho
Qui font les beau
Quand ils sont pas solo
Ils sont tous accro
A des idées pourri comme idéo

Adieux,
Adieux ces filles qui ont
Qu'une résolution
De ce faire tout le quartier, a la main bouteille de bourbon
De toute façon
Leurs jupes courtes en disent long
Enfin, c'est pas ce qu'elle diront

Adieux,
Adieux ces professeurs défoncé
Votre vie est raté
Vous n'arriver même pas a vous gérer
Comment compter vous nous éduquer
La seul idée que vous nous transmeté
C'est de jamais dire jamais

Adieux,
Adieux ces politiques avides
Avides de pouvoir, si vide
Si vide , impossible de croire
Croire , si croire au pouvoir
Le pouvoir , une arme telle un poignard
Un poignard, cupide , de l'art

Adieux,
Adieux les pantins manipulé
Controler par les société
Obliger d'acheter , de consommer
Qui ne voit pas plus loin que le bout de leur nez
Ils peuvent rien y changer
Ils diront ça pour être moins coincé

Adieux ! Adieux tout le monde !
Les jeunes qui prennent les vieux pour les cons
Et les vieux qui font tous pour l'être
ces faux ami caché par un sourire narquois
Ces gens qui font les idots pour être populaire
Ces gens populaire pour une paire de chaussures
Ces artistes que l'on oublie
Ces no-life, c'est mère, c'est frère

En bref toute la totalité j'ai enfin trouvé une solution pour remédier a mon mal être ! Sa semblait si simple faut le reconnaître !


Alors... Je presse la gâchette...





(Je précise que ce n'est qu'un poème donc pas d'inquiétude ! ^^)