Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web.
Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.

  • Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Magic

#1
Magic

« Roulez, roulez, petits bolides ! »
« Barbapas ! » « Pommes d’amour ! »
« Croquez la vie ! » « Soyez livides ! »

« Poussez pas trop ! » « Chacun son tour ! »

Flashs et néons, techno paillettes,
Dans ma loge en pantoufles rose
J’active toutes les manettes
Dans le micro je dis ma prose :


« Allez, ça swingue dans les shorts !
Ceux qui crient fort : un tour gratuit ! »
Et ma chenille téléporte
Tout un tas de biographies :


Enzo qui crie un peu trop fort,
Malgré les bleus d’hier au soir
Que son père a fait sur son corps ;
Il a même un œil au beurre noir


Aminata et Mohammed
Se sont collés l’un contre l’autre
Sous le feu des lumières LED ;
Amoureux, anciens internautes


Julien avec sa fille Emma
Un peu l’moral dans les chaussettes
Premier week-end depuis un mois
Après l’divorce faut faire la fête !


Li Na et Wen, venues de Chine
Pour étudier des manuscrits
De Georges Perec et Racine,
Et qui sont prises d’un fou rire


Marie-Claudine aux cheveux blancs
Dans les bras de son beau routier
Quand il fait halte à Montauban
Elle sort ses plus jolis bustiers


Un chien qu’aboie près de Janine
- Ils sont toujours là ces deux-là -
Ils dorm’nt dans une ancienne usine
Par terr’ sur un vieux matelas


« Allez, allez ! On lève les bras !
Plus ça va vite, plus ça décoiffe !
Kissékiki, kissékiva
Faire exploser le phonographe ? »


Pépito mon petit bichon
Bouge à mes pieds, dans son panier.
Dans le manèg’ monte le son :
Toutes les vies veulent gagner


Je lance un coup de soufflerie
Je fais hurler quelques sirènes
Afin que jamais l’on n’oublie
La chnill’ ‘Magic’ et sa foraine


Aubépin des Ardrets
 
#4
Des en veux-tu? en voilà!
c'était soit disant l'heureux!
L'époque des surprises parties!!!!!!

On est pris dans le cercle vicieux
la descente aux enfers!

Merci à toi, amitiés, Poly
 
Dernière édition:

Agatha

Maître Poète
#6
c'est la roue de la vie lilà samsara
chaque personnage est une partie du monde
l'enfant des cités
le couple
la manégeuse
le bichon
et tout ce monde tourne incessamment sur la planète
avec ses rêves son moment de chaleur dans une vie si difficile
je n'ai jamais aimé cela
mais danser fait la même chose
faire tourner le bal et revenir dans sa prison
merci Aubépin je vais faire tourner mes rêves .
 

Agatha

Maître Poète
#7
dadi dadi zé peur ze suis contente que tu soyes la

vien dans le craint fantome j"aime pas les manège qui tourne et les cri

une barbapapa sitplé ze vien zané à la foire

je veu pa srentrer à la cave ya des rats

aminata elle est fatigué moi ossi

je cravaille bien ,à lécole jé eu dix en dictée

qaund je sera grande je ferai m"cresse et poete

mais là jé pasle temps ya les petis je voudré une poup&e ou un nounours

deamin ils veront que j'a été à la fete sinon il me traites de pobre de nègre de tout

mersi bocou dadi ou cest ta maison !

jé froi je faim cache moi
 
#11
Des en veux-tu? en voilà!
c'était soit disant l'heureux!
L'époque des surprises parties!!!!!!

On est pris dans le cercle vicieux
la descente aux enfers!

Merci à toi, amitiés, Poly
Merci, Polymnie2. Oui, c'est cela la chenille : une sorte de cercle vicieux, un mouvement circulaire (comme c'est presque toujours le cas dans les manèges de fête foraine : on croit s'évader, mais on reviens toujours au même endroit ;-)
 
#13
c'est la roue de la vie lilà samsara
chaque personnage est une partie du monde
l'enfant des cités
le couple
la manégeuse
le bichon
et tout ce monde tourne incessamment sur la planète
avec ses rêves son moment de chaleur dans une vie si difficile
je n'ai jamais aimé cela
mais danser fait la même chose
faire tourner le bal et revenir dans sa prison
merci Aubépin je vais faire tourner mes rêves .
Oui, Agatha, la danse et les manège partagent la giration et l'étourdissement à part égale ; mais dans le manège, la mécanique nous soumet à la force centrifuge, alors que dans la danse, c'est nous qui sommes le centre, raison pour laquelle je préfère la danse ;-)

dadi dadi zé peur ze suis contente que tu soyes la

vien dans le craint fantome j"aime pas les manège qui tourne et les cri

une barbapapa sitplé ze vien zané à la foire

je veu pa srentrer à la cave ya des rats

aminata elle est fatigué moi ossi

je cravaille bien ,à lécole jé eu dix en dictée

qaund je sera grande je ferai m"cresse et poete

mais là jé pasle temps ya les petis je voudré une poup&e ou un nounours

deamin ils veront que j'a été à la fete sinon il me traites de pobre de nègre de tout

mersi bocou dadi ou cest ta maison !

jé froi je faim cache moi
Merci, Agatha, pour la générosité de ce commentaire et l'émouvante surprise de la lecture ;-)