• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le printemps sèmera l'automne.

#1
Le printemps sèmera l'automne.

Les arbres galants s'aiment-ils
L'automne, rougissant leurs têtes
Se defeuillent, dès que les fêtes
Approchent, mais que sèment-ils ;

S'envolent éprises du vent
Comme les pétales des neiges
Les abeilles des branches beiges
Ces bels ors célébrant l'avent ;

Mais les arbres sont, le sais-tu
Mon amour, si beaux en décembre
Quand sous les cendres d'un novembre
Le bois amolli s'en est tu ;

Coule le vin aux troncs gelés
Cet opium que les cheminées
Crachent en fleurs acheminées
Des sépales verts crénelés ;

L'hiver est un tendre farceur
Qui tend d'air malin sa sébile
Pour cueillir la feuille flébile,
S'en est tu, le mars, ô passeur ;

Sainte s'est tue avril fleurit
Passe le gel, la charmeraie
Bourgeonne sur la roseraie
Et mai d'absinthe refleurit ;

S'aiment-ils alors tous ses bois
Qui de leur thym frais en arôme
Parfument l'oiseau et son home
D'un prémisse au teint de sainbois ;

Sèment-ils l'automne au printemps
Et le corail doux de la fraise
Où bien la cendre sous la braise
Décembre où l'amour prend son temps ,

Coule le vin aux troncs gelés
Comme les pétales des neiges,
Les abeilles des branches beiges,
Des sépales verts crénélés ;

Les arbres galants, Sèment-ils
Les feuilles, pendant que les fêtes
D'automne rougissent leurs têtes
Si proches, ô mais s'aiment-ils ;

Daniel Beau le poète rêveur
12 août 2019
Inknotpad
Google Chrome
18:55
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Le printemps sèmera l'automne.

Les arbres galants s'aiment-ils
L'automne, rougissant leurs têtes
Se defeuillent, dès que les fêtes
Approchent, mais que sèment-ils ;

S'envolent éprises du vent
Comme les pétales des neiges
Les abeilles des branches beiges
Ces bels ors célébrant l'avent ;

Mais les arbres sont, le sais-tu
Mon amour, si beaux en décembre
Quand sous les cendres d'un novembre
Le bois amolli s'en est tu ;

Coule le vin aux troncs gelés
Cet opium que les cheminées
Crachent en fleurs acheminées
Des sépales verts crénelés ;

L'hiver est un tendre farceur
Qui tend d'air malin sa sébile
Pour cueillir la feuille flébile,
S'en est tu, le mars, ô passeur ;

Sainte s'est tue avril fleurit
Passe le gel, la charmeraie
Bourgeonne sur la roseraie
Et mai d'absinthe refleurit ;

S'aiment-ils alors tous ses bois
Qui de leur thym frais en arôme
Parfument l'oiseau et son home
D'un prémisse au teint de sainbois ;

Sèment-ils l'automne au printemps
Et le corail doux de la fraise
Où bien la cendre sous la braise
Décembre où l'amour prend son temps ,

Coule le vin aux troncs gelés
Comme les pétales des neiges,
Les abeilles des branches beiges,
Des sépales verts crénélés ;

Les arbres galants, Sèment-ils
Les feuilles, pendant que les fêtes
D'automne rougissent leurs têtes
Si proches, ô mais s'aiment-ils ;

Daniel Beau le poète rêveur
12 août 2019
Inknotpad
Google Chrome
18:55
Très beau et bien écrit mais est ce normal que des quatrains soient en double ?
Amicalement
Gaby