• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.
#1
Le Portrait

Au dehors le soleil écrase sous son feu
La ville et ses buildings qui nous importent peu :


Depuis trois jours que nous sommes dans cette chambre
Nous n’avons du sommeil connu que quelques ombres,
De celles qui succèdent aux éblouissements
De nos corps possédés par d’étranges serments.


Tu te lèves et tu sors quelques crayons de bois,
Un petit bloc de feuilles et tu dis : « Ne boug’ pas... »
Tes mines vont chercher, sur le papier bavard,
Tout ce que peuvent voir mes yeux dans ton regard.


Au milieu du grand lit, à peine recouvert
De quelques plis de draps, je perçois l’univers
Étonnant et troublant des regards qui se croisent,
Qui se scrutent, se jaugent, sans prononcer de phrases,
Cependant que les traits font naître le modèle
Tout autant que l’auteure ; comme le chant l’aède.


Je suis abandonné tout à tes yeux qui glissent
En légers crissements sur mon torse et qui tressent
Les contours de l’amant bercé par la vision
De ce sein de l’amante dessinant sa passion.


Ma pose est si lasci-ve que tu me dévores
Par touches successives, pendant que s’évapore
Mon esprit à tes cuisses et dans nos récents rêves,
Mais je ne bouge pas avant que tu n’achèves
Sur la page vivante le portrait de cet homme
Où tant tu te sens femme, qu’au lion la lionne.


Puis tu frottes les lignes pour trouver les volumes,
Et tes yeux se plissent, et je pense à ta lune :
Je suis exactement comme je te voyais
- Prête à boire à la source pour m’encore noyer -.


Lors la feuille s’échappe lentement de tes doigts
Tu délaisses la chaise, je m’approche de toi,
Et de nouveaux soleils suivis d’ombres furtives
Étourdissent nos corps que nos baisers ravivent.


Cette feuille au portrait, qu’est-elle devenue,
Qui me représentait et te mettait à nu ?


Aubépin des Ardrets
 
Dernière édition:

Prosateur

Maître Poète
#2
Un portrait dessiné de cette façon ne peut être que fidèle.Une toile peinte sur la chair avec la chair.Nul ne peut faire de surenchères sur un amour si cher.
Agréable poésie.Merci de la lecture.
Amitiés Prosateur
 

glycine

Maître Poète
#4
EXCELLENT !... Un poème fougueux qui éblouit du début à la fin...
Un beau jeu de regards enfiévrés, intenses et profonds...
J'aime bien "Le papier bavard", joliment trouvé...
J'adore le dernier vers...
Bravo pour ce chef-d'oeuvre !
Un "Coup de cœur"
 
Dernière édition:

prose16

Maître Poète
#10
Un portrait d'homme nu, vêtu de sa seule sensualité, ce n'est pas si courant, les modèles sont souvent femme....j'ai aimé ce bel échange entre les amants, un bel écrit original...
 
#11
EXCELLENT !... Un poème fougueux qui éblouit du début à la fin...
Un beau jeu de regards enfiévrés, intenses et profonds...
J'aime bien "Le papier bavard", joliment trouvé...
J'adore le dernier vers...
Bravo pour ce chef-d'oeuvre !
Un "Coup de cœur"
Merci, glycine, pour ces compliments sans doute immérités, mais qui ont néanmoins le mérite d'évoquer cet autre et surprenant éblouissement ("éblouit", dites-vous ;-) que peut aussi provoquer la lecture ;-)

Pour le "papier bavard" : à la réflexion, je crois que c'est l'essence même du papier que d'être toujours prêt à nous entretenir de ses bavardages.

Je vous remercie pour le dernier vers : le poème - hormis certaines et singulières circonstances en ayant fourni la trame - est tout entier tourné vers ce caractère intrinsèquement lié à toute création humaine; cet élément qui, en dépit de tout contexte, restitue inévitablement une part spéculaire de l'auteur.e dans l'oeuvre.

Cela m'a toujours fasciné.

Je crois que c'est aussi pour cela que je fréquente les sites de poésie : j'y retrouve tout autant l'air du temps que le savant entrelacs des personnalités qui s'y mêlent.
 
Dernière édition:

iboujo

Maître Poète
#12
J' eusse aimée être l'artiste pour crayonner l'amant
la, nu, sur lit aux ebats

Qui donc avait le crayon en mains ?
Les deux, je pense lol

L'alternative doit donner la Vie à ce portrait

Avec un tel embrasement des 2 cotes

Très beau Aubepin,
ça fait rêver !

3 jours ?
Quelle résistance dis voir !
La je blague
Jojo
 
#16
Un portrait d'homme nu, vêtu de sa seule sensualité, ce n'est pas si courant, les modèles sont souvent femme....j'ai aimé ce bel échange entre les amants, un bel écrit original...
Merci, prose16, pour cette lecture et votre réflexion. Des hommes nus, peints, dessinés, sculptés, esquissés, modelés par des femmes : la piste mérite sans doute d'être creusée tant elle promet d'en apprendre sur les femmes elles-mêmes ;-)
 
#17
J' eusse aimée être l'artiste pour crayonner l'amant
la, nu, sur lit aux ebats

Qui donc avait le crayon en mains ?
Les deux, je pense lol

L'alternative doit donner la Vie à ce portrait

Avec un tel embrasement des 2 cotes

Très beau Aubepin,
ça fait rêver !

3 jours ?
Quelle résistance dis voir !
La je blague
Jojo
Merci, iboujo, pour la lecture et le "J'eusse aimée" ;-)
Quant aux 3 jours : ce n'est pas une question de résistance, mais de tendresse, de partage, de lecture, de musique, de regards (il faudra un jour écrire sur ses regards les yeux dans les yeux qui révèlent d'un coup toute l'épaisseur "chronologique" d'une personnalité, de son enfance au présent) et ... d'éblouissements ;-)