• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le poids des mots

#1
Pour me jaser hier, t’as enfilé
Tes bottes de chantier, toutes poussiéreuses.
J’ai entendu, craintive, l’assaut guerrier
Je me suis crispée sous la froideur de l’acier

J’aurais aimé qu’on se parle
À l’abri des tempêtes, des regards
Que nos sacs, trop pleins, de silence tenace,
Se vident au sablier d’un temps plus clément.

J’ai accusé le poids de tes mots
Comme un boxeur en plein combat
Faut-il se battre, pour s’écouter
Pleurer, se dire et se tendre la main?

Pour me jaser, hier, tu t’es armé
Dans mes quartiers, je me suis retranchée
Faut-il sous les bombes, dégainer les mots
Je voulais juste te parler de ma vie.

J’aurais aimé qu’on se parle
À l’abri des tempêtes, des regards
Que de nos yeux, quelques secondes,
On s’regarde et que l'on puisse se dire

Qu’on puisse se dire toutes nos erreurs
Se comprendre et s'étreindre un instant
Pour tout rafistoler d’un câlin impromptu
Qu’on se dise je t’aime, sans haine, ni tort
 

kinkin

Maître Poète
#2
Quand c'est cassé c'est cassé je ne suis pas trop d'accord pour le rafistolage après c'est mon avis bravo amicalement KInkin
 

prose16

Maître Poète
#3
Il est triste et plutôt poignant ton écrit...le dialogue intérrompu depuis trop longtemps est quasi impossible, et les non-dits d'avant sont devenus mortels...comment rafistoler quand on ne s'est jamais compris? c'est compliqué...en tout cas ton texte m'a touchée...
 
#4
Oui, c'est ce que j'ai voulu faire ressortir dans ce poème, tout ces non- dits sont une petite bombe en puissance et quand elle explose, pas facile de tout rafistoler, parfois même impossible. Merci Prose16 et Kinkin