• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le lavoir

#1


1549508470392.png
Le lavoir

Brille de mille feux se lève enfin l’aurore,
Défrise les beautés en ce site embaumé,
Eclate le calme et trémousse sonore
La voix du puissant coq poussant son chant aimé.

S’aiguise chaque fois l’alarme solitaire
Embrasse les humeurs de petits riens touchants
Quand frémissent les fleurs sur le gai de la terre
Et meurt le cri perçant qui se perd dans les champs.

Ces délices aujourd’hui gémissent la démence
Dit la lavandière émue sur le lavoir,
« C’était le temps heureux cette vie pleine immense

« Sommes deux sans adieux j’aime tant te revoir ».

Polymnie2, ce 7 février 2019
 
Dernière édition:

coqhardi

Maître Poète
#2
Le lavoir me rappelle que quand j'étais môme j'ai pris une tannée par ma mère car j'étais chiant félicitations pour ce retour en arrière
 

Philaly

Maître Poète
#4
Quel beau poème et comme il me parle au coeur.
Sais-tu que j'ai joué les "lavandières" lorsque j'étais gamine et que je vivais au Portugal.
On n'avait pas d'eau à la maison, et encore moins de machine à laver.
Fallait aller la chercher à la fontaine et le linge je le lavais au lavoir, où je retrouvais l'ambiance que tu décris....
Nostalgie...Saudade.....quand tu nous tiens,
Merci Poly pour ces flash back. Bisous
 
#7
Quel beau poème et comme il me parle au coeur.
Sais-tu que j'ai joué les "lavandières" lorsque j'étais gamine et que je vivais au Portugal.
On n'avait pas d'eau à la maison, et encore moins de machine à laver.
Fallait aller la chercher à la fontaine et le linge je le lavais au lavoir, où je retrouvais l'ambiance que tu décris....
Nostalgie...Saudade.....quand tu nous tiens,
Merci Poly pour ces flash back. Bisous
Et oui, Philaly c'était aussi un plaisir!
J'ai souvenir de ma belle mère qui faisait
sa lessive dehors, au jardin loin de l'habitation!
C'est mon beau père qui y amenait le linge!
Le lavoir ne servait plus à personne!

Ce charme, ce partage, s'est rhabillé de modernité!
On ne peut que s'en souvenir avec les émotions
en bouillon!!!!

Merci à toi, bises, Poly