• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le fanion.

#1
Le fanion.

Le printemps n'avait pas fini
De peindre le joli visage,
Que d'un joli charme infini
Elle flattait d'un regard sage
Se promenant sur les cheveux
Du ciel tombés comme des vœux,

Douce et fragile esquisse d'eau
À peine troublante en silence
Tu semblais, ô lente indolence
Au parfum secret de ta peau,

Et la saison d'un air plus fin
Finissait de peindre la plaine
Et le noble pistil surfin
De la fleur qu'efface ta peine
D'un geste aussi délicieux
Que ton regard harmonieux

Douce et fragile esquisse d'eau
Tu n'osais troubler le silence
Que le vent t'offrait en cadeau
En marchant avec vigilance,

Et j'ai vu, mon amour ce jour
L'odorante et souple démarche
D'un poème qui pour toujours
À ta beauté t'offrait la marche
D'un de ses vers par un rêveur
Écrit, contemplant ta saveur,

Et ce goût, ô lente indolence
Au nectar nacré de ta peau,
Retombait avec abondance
Sur l'ombre lente d'un drapeau,

J'ai cueilli la fleur si goûteuse
De ta peau sucrée avec soin
Par le vent et l'onde sableuse
De ton œil, dont j'avais besoin
Pour dire avec intention
Je t'aime sur mon fanion...

Daniel beau le poète rêveur
15 septembre 2020
Inknotpad
Google Chrome
08:46
 
#2
Le fanion.

Le printemps n'avait pas fini
De peindre le joli visage,
Que d'un joli charme infini
Elle flattait d'un regard sage
Se promenant sur les cheveux
Du ciel tombés comme des vœux,

Douce et fragile esquisse d'eau
À peine troublante en silence
Tu semblais, ô lente indolence
Au parfum secret de ta peau,

Et la saison d'un air plus fin
Finissait de peindre la plaine
Et le noble pistil surfin
De la fleur qu'efface ta peine
D'un geste aussi délicieux
Que ton regard harmonieux

Douce et fragile esquisse d'eau
Tu n'osais troubler le silence
Que le vent t'offrait en cadeau
En marchant avec vigilance,

Et j'ai vu, mon amour ce jour
L'odorante et souple démarche
D'un poème qui pour toujours
À ta beauté t'offrait la marche
D'un de ses vers par un rêveur
Écrit, contemplant ta saveur,

Et ce goût, ô lente indolence
Au nectar nacré de ta peau,
Retombait avec abondance
Sur l'ombre lente d'un drapeau,

J'ai cueilli la fleur si goûteuse
De ta peau sucrée avec soin
Par le vent et l'onde sableuse
De ton œil, dont j'avais besoin
Pour dire avec intention
Je t'aime sur mon fanion...

Daniel beau le poète rêveur
15 septembre 2020
Inknotpad
Google Chrome
08:46
Sans lassitude et avec plaisir j'ai lu et vous remercie pour ce partage
Amicalement

Gaby
 
#3
Quand la nature étire encore son velours
ne change rien en sa distribution
que sa douceur est douce chaleur
on ne peut que lui offrir le fanion!

Quoi de plus beau à offrir
que le ciel sur la terre
en ces temps où l'amour
doit refaire de sa rouille
un or précieux!

Merci à toi, bises, Poly