• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le Bûcher du brahmane

#1
Interprétation lue : ICI

Le Bûcher du brahmane

Il est à Bombay un endroit
Où l’on débite du petit bois
On y porte sur des bambous
Tous les cadavres des Hindous

C’est le champ d’incinération
Où sont érigés des bûchers
Pour les corps nus et grimaçants
Qu’on y a posés puis cachés

Têtes parées de jolies fleurs
Des hommes y sont à demi-nus
Ils hurlent mais jamais ne pleurent
Dans la fumée qui monte aux nues

Des enfants jettent à la mer
Des crânes et des ossements
Un brahmane brûle, incandescent

Armé d’une massue de fer
Son fils lui fend d’un coup le crâne
Pour qu’ainsi puisse s’échapper l’âme

Aubépin des Ardrets
__________
* Interprétation lue aimablement proposée par Marinette
 
Dernière édition:
#2
Le Bûcher du brahmane

Il est à Bombay un endroit
Où l’on débite du petit bois
On y porte sur des bambous
Tous les cadavres des Hindous


C’est le champ d’incinération
Où sont érigés des bûchers
Pour les corps nus et grimaçants
Qu’on y a posés puis cachés


Têtes parées de jolies fleurs
Des hommes y sont à demi-nus
Ils hurlent mais jamais ne pleurent
Dans la fumée qui monte aux nues


Des enfants jettent à la mer
Des crânes et des ossements
Un brahmane brûle, incandescent


Armé d’une massue de fer
Son fils lui fend d’un coup le crâne
Pour qu’ainsi puisse s’échapper l’âme


Aubépin des Ardrets
Je ne dirai pas que j'aime car trop cruel à mon goût
Ceci dit bien écrit. Donc oui j'aime l'écriture
Amitiés Aubépin
Gaby la sentimentale
 

Vega46

Maître Poète
#3
On s’éloigne de notre culture !...même si on commence à s’en approcher, la crémation qui n’existait pas dans notre pays il y a à peine cinquante années et que rejettent les ecclésiastiques devient vraiment à la mode !. Enfin, on n’a pas encore vu une urne contenant les cendres d’un défunt à l’intérieur d’une église lors d’un office religieux à ma connaissance.
Les hindous ont des coutumes assez barbares à mon goût !.
Amitiés poétiques
Momo
MLCCACTP
 
Dernière édition:
#4
Je ne dirai pas que j'aime car trop cruel à mon goût
Ceci dit bien écrit. Donc oui j'aime l'écriture
Amitiés Aubépin
Gaby la sentimentale
Merci, Sentimentale, pour cette lecture. J'ignore si tout cela est plus cruel que la mort elle-même. J'avoue également ignorer si tout cela se passe vraiment comme cela - je devrait dire "se passait", car ce petit poème a été suscité par la lecture, hier, de quelques pages de l'ouvrage du voyageur français Louis Rousselet : L'Inde des Rajahs : voyage dans l'Inde centrale et dans les présidences de Bombay et du Bengale, publié en ... 1875, et que je trouve passionnante. D'autres poèmes s'en inspireront peut-être ;-)
 
#5
On s’éloigne de notre culture !...même si on commence à s’en approcher, la crémation qui n’existait pas dans notre pays il y a à peine cinquante années et que rejettent les ecclésiastiques devient vraiment à la mode !. Enfin, on n’a pas encore vu une urne contenant les cendres d’un défunt à l’intérieur d’une église lors d’un office religieux à ma connaissance.
Les hindous ont des coutumes assez barbares à mon goût !.
Amitiés poétiques
Momo
MLCCACTP
Merci, Vega46, pour ce passage. Oui, une sorte de grand écart culturel, parce que l'observation d'autrui nous en apprend souvent énormément sur nous-mêmes (vous savez, Rimbaud, "je est un autre"). Vous employez le mot "barbare" de la même manière que les Grecs (je laisse ici la parole à l'anthropologue Claude Lévi-Strauss) : « [Il est] probable que le mot barbare se réfère étymologiquement à la confusion et à l’inarticulation du chant des oiseaux, opposées [...] au langage humain », de la même manière que « sauvage, qui veut dire ‘de la forêt’, évoque aussi un genre de vie animal, par opposition à la culture humaine. Dans les deux cas, on refuse d’admettre le fait même de la diversité culturelle ; on préfère rejeter hors de la culture, dans la nature, tout ce qui ne se conforme pas à la norme sous laquelle on vit. » Bref, ce que nous ne comprenons pas, nous le rejetons dans la nature, dans le sauvage, dans l'animalité, dans la "barbarie" au sens étymologique du terme : des chants d'oiseaux multiples qui nous sont incompréhensibles ;-)
 
#6
Merci, Sentimentale, pour cette lecture. J'ignore si tout cela est plus cruel que la mort elle-même. J'avoue également ignorer si tout cela se passe vraiment comme cela - je devrait dire "se passait", car ce petit poème a été suscité par la lecture, hier, de quelques pages de l'ouvrage du voyageur français Louis Rousselet : L'Inde des Rajahs : voyage dans l'Inde centrale et dans les présidences de Bombay et du Bengale, publié en ... 1875, et que je trouve passionnante. D'autres poèmes s'en inspireront peut-être ;-)
Quelques recherches me permettent de confirmer que, à Bénarès du moins, sur les bords du Gange, les crémations se déroulent bien toujours de la sorte, ou à peu près.
 
#7
Il y a aussi les us et coutumes du temps
un "brut" savoir
sans pour nous traduire leurs écritures
traduction souvent imparfaite!!
Différence entre esprit et gestes

Armé d’une massue de fer
Son fils lui fend d’un coup le crâne
Pour qu’ainsi puisse s’échapper l’âme


Ceci se comprend
car leur amour est très bien mimé!
l'âme, Esprit, quitte le corps!

ils veulent la libérer de suite!
la sauver du feu!!!!

Un tout fort intéressant
Merci Aubépin des Ardets,

Amitiés, Poly
 

Vega46

Maître Poète
#8
Il y a aussi les us et coutumes du temps
un "brut" savoir
sans pour nous traduire leurs écritures
traduction souvent imparfaite!!
Différence entre esprit et gestes

Armé d’une massue de fer
Son fils lui fend d’un coup le crâne
Pour qu’ainsi puisse s’échapper l’âme


Ceci se comprend
car leur amour est très bien mimé!
l'âme, Esprit, quitte le corps!

ils veulent la libérer de suite!
la sauver du feu!!!!

Un tout fort intéressant
Merci Aubépin des Ardets,

Amitiés, Poly
C’est une bonne analyse chère Poly
Momo
MLCCACTP
 
#9
Il y a aussi les us et coutumes du temps
un "brut" savoir
sans pour nous traduire leurs écritures
traduction souvent imparfaite!!
Différence entre esprit et gestes

Armé d’une massue de fer
Son fils lui fend d’un coup le crâne
Pour qu’ainsi puisse s’échapper l’âme


Ceci se comprend
car leur amour est très bien mimé!
l'âme, Esprit, quitte le corps!

ils veulent la libérer de suite!
la sauver du feu!!!!

Un tout fort intéressant
Merci Aubépin des Ardets,

Amitiés, Poly
Oui, Polymnie2, c'est cela , je crois : en brisant le crâne, le fils libère le défunt du cycle des réincarnations. Merci d'avoir lu ce texte ;-) Je poursuis, quant à moi, la lecture de Rousselet (qui est très certainement dépassé, mais je le lis en ayant parfaitement conscience de la distance historique qui sépare son livre de l'époque contemporaine).