• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

La visite à l’ami

#1
La visite à l’ami

J’ai ramassé pour toi une cigale morte
- tu n’en as jamais vues - et placé quelques figues
Dans du papier de soie : elles sont belles et fortes
Comme les seins charnus qu’on aimait chez les filles.


30 ans déjà, 30 ans, que tu pens’s que je pens’
Et moi à toi et toi à moi : télépathie.
Tes enfants, mes enfants, nous les voyons qui dansent,
Comme nous autrefois : belles années parties.


Et nous voilà tous deux, que le temps a roulé
Comme les grains du sable sur la plage les vagues.
Je vois bien à nos yeux quelques larmes couler :
L’amitié est friable dans la vie qui zigzague.


Bras dessous, bras dessus, nous laissons nos familles
Se découvrir un peu et nous nous éloignons.
Elles n’ont jamais su nos années en guenilles,
Mais savent de nous deux l’étrange communion.


Il fait beau aujourd’hui et l’on voit dans la cour
Danser des particules dans les rais de lumière.
Les souvenirs enfouis reparaissent au jour
Comme une pellicule déroulée en lanière.


Tu m’emmènes aux serres où poussent des courgettes
Qu’aux feuilles éclaboussent de grands tapages jaunes :
Les fleurs où les abeilles allègrement se jettent ;
Comme toi que les rousses attiraient étant jeune.


Et puis nous nous tapons fort aux épaules, aux mains.
Accroupi, tu soulèves les feuilles d’un fraisier :
Le rouge et ses débords a tout le goût carmin
Des femmes dont les lèvr’s me brûlaient à Béziers.


Et nos deux regards savent tout ce qui nous relie :
Nous rions d’être ensemble, simplement, côte à côte,
Comme avant dans les gares qui menaient à Paris,
Comme avant dans la flambe, en toison d’Argonautes.


Nos lacets tout filés et nos semell’s râpées
Ne nous empêchaient pas de briller aux soirées,
Ni aussi d’empiler de belles échappées :
Qu’il est loin ce fracas qui fait lamour poivré.


Nous mangeons des framboises et nous nous rappelons
De tous ces nombreux soirs, quand les jours étaient longs,
Mais trop courts à nous yeux pour se jauger et rire,
Et se moquer des dieux sans oublier de lire.


En bas les enfants rient en nous voyant ainsi
Picorer sur les ronces la douceur de la vie.
Plus haut, dans la prairie, les femmes, ell’s aussi,
Se moquent en réponse, et cela nous ravit.


Aubépin des Ardrets
 
Dernière édition:

glycine

Maître Poète
#2
Quel charmant poème sur la vraie amitié... Votre ami ne peut qu'apprécier ce joli cadeau...
Une belle ambiance faite de complicité et d'émotion... Une sérénité se dégage à la lecture...
Bravo pour votre talent de conteur et surtout pour la richesse des descriptions offrant au lecteur un défilé d'images...
Un beau tableau amical et familial !
 

VikThor

Maître Poète
#3
Superbe poème où l'amitié,maintes fois glorifiée, s'unifie avec la famille. Pas souvent évoqué, surtout de si belle manière. Je vous vois, complices comme larrons en foire, vos deux familles déambulant dans vos pas sur le même chemin. Celui de l'amitié qu'ils poursuivront quand vous vous poserez plus tard. Bravo pour cette belle lecture
 
#5
Quel charmant poème sur la vraie amitié... Votre ami ne peut qu'apprécier ce joli cadeau...
Une belle ambiance faite de complicité et d'émotion... Une sérénité se dégage à la lecture...
Bravo pour votre talent de conteur et surtout pour la richesse des descriptions offrant au lecteur un défilé d'images...
Un beau tableau amical et familial !
Merci, glycine, pour ce gentil passage ;-)
 
#6
Superbe poème où l'amitié,maintes fois glorifiée, s'unifie avec la famille. Pas souvent évoqué, surtout de si belle manière. Je vous vois, complices comme larrons en foire, vos deux familles déambulant dans vos pas sur le même chemin. Celui de l'amitié qu'ils poursuivront quand vous vous poserez plus tard. Bravo pour cette belle lecture
Merci, VikThor ;-) Si l'amitié, la vraie, n'est pas souvent évoquée, c'est peut-être parce qu'elle est rare.
 

Vega46

Maître Poète
#11
Votre poème est magnifique d’autant plus prenant et beau que l’amitié se mérite elle est l’aboutissement de très longs moments de communion entre deux êtres...Je ne pense pas que ce sentiment naisse du hasard mais d’une destinée qui nous guide dans l’espace et dans le temps....

Vous parlez de télépathie je suis certain que nos esprits peuvent nous permettre de ne jamais rompre ce lien profond qui nous lie où que nous nous trouvions...

L’amour éternel le vrai le pur celui dont on ne peut se détacher qui ne sera jamais entaché de rousseurs amères se trouve dans ce mariage des âmes.

Une suite d’images très belles agrémentent ce poème que j’ai lu à plusieurs reprises tout est dit...

Une pensée m’a marqué un peu plus que les autres ..."En bas les enfants rient en nous voyant ainsi picorer sur les ronces les douceurs de la vie".
Cela ne peut-être qu’une image d’un homme mûr !..

Vous avez beaucoup de chance Aubépin d’avoir rencontré l’amitié !.


Vos vers ont charmé mes yeux et leur mélodie a parlé directement à mon âme sa langue divine !...

Un vrai coup de cœur pour moi et un des plus beaux poèmes que j’ai lu sur Créa....

Maurice Marcouly
 
Dernière édition:

Polymnie2

Maître Poète
#12
Votre poème est magnifique d’autant plus prenant et beau que l’amitié se mérite elle est l’aboutissement de très longs moments de communion entre deux êtres...Je ne pense pas que ce sentiment naisse du hasard mais d’une destinée qui nous guide dans l’espace et dans le temps....

Vous parlez de télépathie je suis certain que nos esprits peuvent nous permettre de ne jamais rompre ce lien profond qui nous lie où que nous nous trouvions...

L’amour éternel le vrai le pur celui dont on ne peut se détacher qui ne sera jamais entaché de rousseurs amères se trouve dans ce mariage des âmes.

Une suite d’images très belles agrémentent ce poème que j’ai lu à plusieurs reprises tout est dit...

Une pensée m’a marqué un peu plus que les autres ..."En bas les enfants rient en nous voyant ainsi picorer sur les ronces les douceurs de la vie".
Cela ne peut-être qu’une image d’un homme mûr !..

Vos vers ont charmé mes yeux et leur mélodie a parlé directement à mon âme sa langue divine !...

Maurice Marcouly
Quelle justesse déborde sur ton texte! "l'impossible est possible"
un de mes derniers textes avec un autre titre précédent celui-ci
du fait que je titre en dernier ressort, je ne les garde pas en mémoire!

Merci à toi, Bises Poly
 

iboujo

Maître Poète
#14
Une complicité * à la Vie ,à la Mort*

Tu déroulés le fil de vos deux destins avec merveille
En ajoutant ce sucre ,
Femmes de votre jeunesse,pendant que l'ami te montre les fruits de son jardin

Son quotidien devenu

pourtant il.y à de * l'extraordinaire*
*Qui sort de l' ordinaire * ethymologiquement parlant
j'entends bien Aubépin

Je quitte toujours ravie de tes vers
La,émue et enchantée
Il.y à de la magie de conteur chez toi

Bon weekend pascal
Bises jojo
 
#16
Votre poème est magnifique d’autant plus prenant et beau que l’amitié se mérite elle est l’aboutissement de très longs moments de communion entre deux êtres...Je ne pense pas que ce sentiment naisse du hasard mais d’une destinée qui nous guide dans l’espace et dans le temps....

Vous parlez de télépathie je suis certain que nos esprits peuvent nous permettre de ne jamais rompre ce lien profond qui nous lie où que nous nous trouvions...

L’amour éternel le vrai le pur celui dont on ne peut se détacher qui ne sera jamais entaché de rousseurs amères se trouve dans ce mariage des âmes.

Une suite d’images très belles agrémentent ce poème que j’ai lu à plusieurs reprises tout est dit...

Une pensée m’a marqué un peu plus que les autres ..."En bas les enfants rient en nous voyant ainsi picorer sur les ronces les douceurs de la vie".
Cela ne peut-être qu’une image d’un homme mûr !..

Vous avez beaucoup de chance Aubépin d’avoir rencontré l’amitié !.


Vos vers ont charmé mes yeux et leur mélodie a parlé directement à mon âme sa langue divine !...

Un vrai coup de cœur pour moi et un des plus beaux poèmes que j’ai lu sur Créa....

Maurice Marcouly
Merci, Vega46, pour cette lecture et ce partage des résonances qu'elle semble avoir éveillées en vous ;-)

mûr, mûre, adj. :
Caractère de ceux
qui, sur des ronces,
picorent la douceur
de la vie ;-)
 
#18
Une complicité * à la Vie ,à la Mort*

Tu déroulés le fil de vos deux destins avec merveille
En ajoutant ce sucre ,
Femmes de votre jeunesse,pendant que l'ami te montre les fruits de son jardin

Son quotidien devenu

pourtant il.y à de * l'extraordinaire*
*Qui sort de l' ordinaire * ethymologiquement parlant
j'entends bien Aubépin

Je quitte toujours ravie de tes vers
La,émue et enchantée
Il.y à de la magie de conteur chez toi

Bon weekend pascal
Bises jojo
Merci, iboujo, pour ces gentils mots ;-)