• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

L’HORLOGE

Polymnie2

Maître Poète
#1

L’HORLOGE

Tu es là ma princesse, en ta robe qui t’honore
En soleille le temps horaire en fond sonore.
Toute élancée, te gonfles pour mieux carillonner.
Tu es le chef d’œuvre de la passion née,
Egrenant les heures, les minutes secondées.
L’œil attentif à ta double porte gondée,
Fouille l’écho claironné de ton olifant,
Mystère du temps, en alto, tu défends.
Tu aiguilles le temps en croisant les bras,
Alors que doigts en croix notre chance sera.
Nous gardons l’écho d’un timbre vermeil
Quand tu nous appelles entre deux sommeils.
Tu es le calvaire de ceux qui attendent :
Que d’yeux ne voient que le temps latent.
Que d’oreilles ne sont plus minutées
Pour être à l’heure, et ne plus lutter !
Tu es le bonheur dans tous les espoirs,
Les claironnant, tu conjugues tes pouvoirs.
Heureux, souriants, douloureux ou tristes,
Avec précisions sur tous les registres,
Tu figures aux grands moments de la vie,
Témoin cadencé qui marche vers l’oubli.

Octobre 2001
Polymnie2, ce 12 avril 2019

Témoin cadencé qui marche vers l’oubli = rares sont les personnes
qui connaissent l’heure des grands moments de la vie

( de la naissance à la mort de certaines transactions)
 

kinkin

Maître Poète
#3
C'est vrai ce que tu dis Poly nous nous rappelons du jour d'un moment de notre vie mais l'heure je ma rappelle qu'hier a 21h30 c'était mon premier baiser avec la fille qui allait devenir ma femme et cela dure depuis trente quatre ans bravo Poly amicalement Kinkin
 

Polymnie2

Maître Poète
#6
C'est vrai ce que tu dis Poly nous nous rappelons du jour d'un moment de notre vie mais l'heure je ma rappelle qu'hier a 21h30 c'était mon premier baiser avec la fille qui allait devenir ma femme et cela dure depuis trente quatre ans bravo Poly amicalement Kinkin
Je te sais suffisamment recueilli
pour garder et retenir
les grands moments de la vie!
Et cette horloge autrefois
en toutes maisonnées
regardait les grands mères
tricoter leurs ouvrages!

Grand merci Kinkin, amitiés, Poly
 

Polymnie2

Maître Poète
#7
C'est le témoin qui donne beaucoup de précisions ,un témoin de nos meilleurs ,mauvais ,tristes ou agréables moments.
Merci pour ce partage .
Bises
Bonne journée
Nacy
Elle est indispensable, veillant
comme nous,
sans arrêt au point d'oublier son tic-tac
sonore!

Merci chère Nacy, bises Poly
 
Dernière édition:

glycine

Maître Poète
#8
Merci Poly pour ce poème d'une grande originalité...
L'horloge, la pendule, le réveil, la montre... que nous regardons sans cesse... pour connaître l'heure... pour nous rendre à un rendez-vous... pour une attente... pour un espoir... pour les grands moments de la vie... joyeux et tristes...
J'aime beaucoup : "Tu aiguilles le temps en croisant les bras"...
Un coup de cœur pour ce poème qui nous concerne tous... puisqu'il s'agit du temps qui passe...
Bravo et Bisous
 
Dernière édition:

Polymnie2

Maître Poète
#9
Merci Poly pour ce poème d'une grande originalité...
L'horloge, la pendule, le réveil, la montre... que nous regardons sans cesse... pour connaître l'heure... pour nous rendre à un rendez-vous... pour une attente... pour un espoir... pour les grands moments de la vie... joyeux et tristes...
J'aime beaucoup : "Tu aiguilles le temps en croisant les bras"...
Un coup de cœur pour ce poème qui nous concerne tous... puisqu'il s'agit du temps qui passe...
Bravo et Bisous
Grand Merci glycine pour ce tout!
J'avais repris ce texte pour entrer
dans le sentiment des occupations
et préoccupations, mais ne l'avais pas terminé!
'tels les rendez-vous amoureux
où l'aiguille semble paralysée!!!!!!!)

Donc ce premier jet!

Bises Poly
 
Dernière édition:

Vega46

Maître Poète
#11
L’horloge qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.

L’horloge des anges ici bas cadence le temps qui n’est sûrement qu’une illusion inventée par l’homme.

Ainsi nous sommes tous témoins d’une dérive dans l’espace celle qui nous rappelle nos origines célestes.

Poussière d’étoile nous sommes et resterons jusqu’à la nuit des temps, c’est à dire jusqu’à ce que l’univers s’éteigne définitivement car toutes vies est éphémère et éternelle en même temps.

Je cherche pas à comprendre Poly je suis victime de mon cerveau poussiéreux depuis longtemps !.

Je t’embrasse et félicitations pour ton magnifique poème tu me diras il était temps !.

Momo
MLCCACTP
 
Dernière édition:

Polymnie2

Maître Poète
#12
Un très joli poème sur la notion du temps avec comme témoin l'horloge qui le
matérialise en quelque sorte.
Merci poly pur ce beau partage.
Merci à toi,
et oui il matérialise le temps! la preuve en est qu'une date sans l'heure
ne peut être acceptée par la police! seule l'heure justifie les moyens
au jour convenu!
Amitiés, Poly
 

Polymnie2

Maître Poète
#13
L’horloge qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.
L’horloge des anges ici bas cadence le temps qui n’est sûrement qu’une illusion inventée par l’homme.
Ainsi nous sommes tous témoins d’une dérive dans l’espace celle qui nous rappelle nos origines célestes.
Poussière d’étoile nous sommes et resterons jusqu’à la nuit des temps, c’est à dire jusqu’à ce que l’univers s’éteigne définitivement car toutes vies est éphémère et éternelle en même temps.

Je cherche pas à comprendre Poly je suis victime de mon cerveau poussiéreux depuis longtemps !.
Je t’embrasse et félicitations pour ton magnifique poème tu le diras il était temps !.

Momo
MLCCACTP
Exactement car en cet Eden l'heure n'existe pas
c'est un éternel pour tout!
De toute façon nous retournerons poussière
mais l'âme voyagera pourra être aussi errante!!!!!!!

Je t'embrasse, MLCCACTP Poly
 

steph76

Maître Poète
#15
L’horloge qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.

L’horloge des anges ici bas cadence le temps qui n’est sûrement qu’une illusion inventée par l’homme.

Ainsi nous sommes tous témoins d’une dérive dans l’espace celle qui nous rappelle nos origines célestes.

Poussière d’étoile nous sommes et resterons jusqu’à la nuit des temps, c’est à dire jusqu’à ce que l’univers s’éteigne définitivement car toutes vies est éphémère et éternelle en même temps.

Je cherche pas à comprendre Poly je suis victime de mon cerveau poussiéreux depuis longtemps !.

Je t’embrasse et félicitations pour ton magnifique poème tu le diras il était temps !.

Momo
MLCCACTP
Une bien belle réponse au poème de Poly.

L’horloge qui dit oui qui dit non, me fait penser Momo au poème du grand Jacques les vieux :

Les vieux ne se parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux

Même riches ils sont pauvres ils n'ont plus d'illusions et n'ont qu'un cœur pour deux

Chez eux ça sent le thym le propre la lavande et le verbe d'autan

Que l'on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps

Est-ce d'avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d'hier

Et d'avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières

Et s'ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d'argent

Qui ronronne au salon qui dit oui qui dit non qui dit je vous attends



Les vieux ne rêvent plus leurs livres s'ensommeillent leurs pianos sont fermés

Le petit chat est mort le muscat du dimanche ne les fait plus chanter

Les vieux ne bougent plus leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit

Du lit à la fenêtre puis du lit au fauteuil puis duis du lit au lit

Et s'ils sortent encore bras dessus bras dessous tout habillés de raide

C'est pour suivre au soleil l'enterrement d'un plus vieux l'enterrement d'une plus laide

Et le temps d'un sanglot oublier toute une heure la pendule d'argent

Qui ronronne au salon qui dit oui qui dit non et puis les attend



Les vieux ne meurent pas ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps

Ils se tiennent la main ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant

Et l'autre reste là le meilleur ou le pire le doux ou le sévère

Cela n'importe pas celui des deux qui reste se retrouve en enfer

Vous le verrez peut-être vous le verrez parfois en pluie et en chagrin

Traverser le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin

Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d'argent

Qui ronronne au salon qui dit oui qui dit non qui leur dit je t'attends

Qui ronronne au salon qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend

Jacques Brel, Les Vieux

Bien amicalement
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#19
un joli poème,
et bien que j'aime en amateur de vieilleries les pendules anciennes qu'elles marchent ou non,
je vie de l'air du temps surement mon côté poète, je n'ai jamais de montre au poigné, et vie pour ainsi dire au jour le jour ou presque,
les grands moment de la vie oui, pour moi se sont tous les instants même le boulot ou mon mal de dos "lol"
 

Polymnie2

Maître Poète
#20
Une bien belle réponse au poème de Poly.

L’horloge qui dit oui qui dit non, me fait penser Momo au poème du grand Jacques les vieux :

________

Je ne connaissais pas cette merveille
pourtant j'apprécie Brassens
Il entre dans les mots, fort
comme les "or mots"

Merci à toi pour cette attention,
Amicalement, Poly