• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Je n'ai jamais aimé autant les riches

jeanmibol

Maître Poète
#1
Ayant baigné dans la pauvreté digne
Et régné en temps que grand possédant
J’applaudis le dit petit accédant
A la hauteur égale à la ville de Digne

Qui peut avoir s’il veut pouvoir sur Foix
Une partie de Pamiers et d’Arnave
Avec tout le vin cuvant dans sa cave
Et cela va sans dire en une seule fois

Je me souviens d’un corps couvert de crasse
Que mes habits gris devaient supporter
Ainsi que les nez prêts à exporter
L’horreur de cette odeur à une pâle race.

Maintenant, je sens bon et me sens beau
Je me lave dans les fleuves d’amande
Et de miel blond et à dieu je demande
Si je peux entasser mon or dans mon tombeau.

Le dit petit a pris sa destinée
En mains qu’il mit sur les flancs bruts des monts
Et sa voix qui fait vibrer ses poumons
Crie que sa vie ravie n’est plus ratatinée.

Le voici gagneur et supérieur
Au pauvre qui a si peur d’être riche
Et gît tapi dans des tiges de friche
Mais mon œil lui cligne d’un air super rieur

Il ne sait pas la déesse richesse
Trompée par la clé tronquée du démon
Mais dans le du roi temple Salomon
Pouvaient y entrer plus que princesse ou duchesse

Le petit lui dit du premier barreau
J’ai grimpé en haut de la belle échelle
Pendant que ta langue amère lèche elle
Le miel que l’abeille a laissé sur le carreau

C’est vrai après tout que dix Billy Gates
Ont de malsains grains dans au moins un rein
Autant que moi qui concours sur le Rhin
Et qui ai remporté quelques douze régates.

Rien ne fait un tout, tout est fait de rien
Mais je suis content d’avoir fait fortune
Et je me fais fort d’entasser la thune
Aussi loin que porte le regard du terrien

Aussi haut qu’elle touche une aile d’aigle
Prenant en rasant dix pièces d’orgueil
Tordues par son bec crochu et son œil
Vise des blés d’or et choisit un champ de seigle

Puis d’un cri vif va vite les lâcher
Saisies par le dit petit « je suis riche ! »
S’écrie-t-il parmi dix tiges en friche
Et j’ai la volonté de ne pas les gâcher.

Plante-les, pensé-je en ta suffisance
Et il y naîtra – qui sait ? – des blés d’or
Convoités par l’œil d’acier du condor
(Si je suis en accord avec la médisance.)

Et si rien ne vient cultive les arts
(Peinture, sculpture, ou même écriture)
Pour enduire d’un doigt de confiture
Sans te l’interdire la queue bleue des lézards.
 
Dernière édition:

zuc

Administrator
Membre du personnel
#2
n'ayant jamais été riche mon com' ne pourrait être qu'erroné
bien sur je pourrait vous parler de richesse intérieur
vous dire que je ne cherche pas la richesse et la gloire
mais si l'une ou l'autre passe à ma portée je ne crois pas que je cracherai dessus
je ne peut que dire quel beau poème tout en rimes riches il y en a peut être quelques pauvres je n'ai pas vérifier
surement des parvenues;)
 

Matthale

Administrator
Membre du personnel
#3
Pour trouver sa richesse intérieure.
La faire grandir. Très beau poème, merci.

Amitiés, Matthale