• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Je connais des îles lointaines

Samsara*

Maître Poète
#1

6a00d834515cae69e201b7c95f2485970b-600wi.jpg

Il pleut sur Malmousque
sur le Château d'If, sur les îles,
entre les maisons, dans les calanques,
et sur les costumes de bain
qui devaient sécher au balcon
à côté des géraniums.


Il pleut sur Malmousque ;
ça a commencé avant l'aube :
ce crépitement que ne fait pas le soleil.


Et c'est d'une tristesse assez délicieuse,
avec cette odeur de mer mouillée,
ce qu'on aurait dû faire et qu'on ne fera pas.


Tous projets abolis, dans la pauvre lumière
et la prison de l'eau du ciel,
naît une espèce de liberté intérieure
mollement désirée.


Louis Brauquier.​
 
Dernière édition:

Samsara*

Maître Poète
#8
Dépaysement assuré félicitations bon Samedi sur votre ile
Ton île est accueillante moi je préfère les iles flottantes bravo amicalement Kinkin
Je découvre l auteur, un style poétique qui me plaît.
Merci de l avoir mis en lumière
Bises
très joli partage , je ne connaissais pas cet auteur

Merci Coq Hardi, Kinkin, Philay et Luze d'être passé lire ce poème , il me vibre mon midi ... et tant de merveilleux souvenirs

Belle journée de Vous à l'Ensemble

Amicalement

Paule

malmousque-8.JPG
 
Dernière édition:
#10
Adorable Lola,

Moi non plus je n'ai pas le don de Louis Brauquier de savoir raconter avec autant de grâce et de simplicité !
Cependant je peux t'assurer que cette poésie est le reflet exact de ce qu'on peut ressentir à l'arrivée de la pluie sur ce quartier de bord de mer, et bien qu'étant Marseillaise chaque fois que je relis ces vers, j'ai l'impression d'apercevoir les îles et d'être sous la pluie, devant ce spectacle magique, les souvenirs défilent...

Mille mercis d'aimer

Bisous

Paule
 
Dernière édition:

Vega46

Maître Poète
#11
Excellent poète bon choix, merci pour le partage Paule .

Les grands poètes ont cette capacité à décrire avec précision et simplicité se sont de très grands cinéastes.

Flaubert écrit : « la lune, toute ronde et couleur de pourpre, se levait à ras de terre, au fond de la prairie. Elle montait vite entre les branches de peupliers, qui la cachaient de place en place, comme un rideau noir,troué.

Puis elle parut, élégante de blancheur, dans le ciel vide qu’elle éclairait, et alors, se ralentissant, elle laissa tomber sur la rivière une grande tâche, qui faisait une infinité d’étoiles et cette lueur d’argent semblait s’y tordre jusqu’au fond à la manière d’un serpent sans tête couvert d’écailles lumineuses »

Et il rajoute comme si une comparaison ne suffisait pas ”cela ressemblait aussi à quelque
monstrueux candélabre, d’où ruisselaient tout au long, des gouttes de diamants en fusion."

Il arrive même à rendre vivant le silence.

" Souvent quelque bête nocturne, hérisson ou belette, se mettant en chasse dérangeait les feuilles."

Ou : "on entendait par moment une pêche mûre qui tombait toute seule de l’espalier."

Je suis admiratif !.

Bonne soirée Paule
Amicalement
MLCCACTP
 

Samsara*

Maître Poète
#12
Excellent poète bon choix, merci pour le partage Paule .

Les grands poètes ont cette capacité à décrire avec précision et simplicité se sont de très grands cinéastes.

Flaubert écrit : « la lune, toute ronde et couleur de pourpre, se levait à ras de terre, au fond de la prairie. Elle montait vite entre les branches de peupliers, qui la cachaient de place en place, comme un rideau noir,troué.

Puis elle parut, élégante de blancheur, dans le ciel vide qu’elle éclairait, et alors, se ralentissant, elle laissa tomber sur la rivière une grande tâche, qui faisait une infinité d’étoiles et cette lueur d’argent semblait s’y tordre jusqu’au fond à la manière d’un serpent sans tête couvert d’écailles lumineuses »

Et il rajoute comme si une comparaison ne suffisait pas ”cela ressemblait aussi à quelque
monstrueux candélabre, d’où ruisselaient tout au long, des gouttes de diamants en fusion."

Il arrive même à rendre vivant le silence.

" Souvent quelque bête nocturne, hérisson ou belette, se mettant en chasse dérangeait les feuilles."

Ou : "on entendait par moment une pêche mûre qui tombait toute seule de l’espalier."

Je suis admiratif !.

Bonne soirée Paule
Amicalement
MLCCACTP
Bonsoir Momo,

Quelle merveilleuse réponse , Merci à l'infini ... j'Adore ...des gouttes de diamants en fusion ... quelle métaphore céleste !

Belle nuit

Amicalement

Paule

coucher-soleil-diamant-martinique-2017.jpg