• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

J'ai vu rouge .....

lilasys

Maître Poète
#1
J'ai vu rouge ( du poète Hamilcar01)

Monsieur le juge, je plaide coupable et ne réclame aucune clémence
Ce que j'ai fait était détestable, j'attends dés lors votre sentence
Que je vous rappelle les faits, que vous en appréciez les circonstances
Non point pour les diminuer mais juste pour les mettre en évidence

Cela se passait voilà plus d'un an, déjà, quelque part sur l'avenue Marly
Elle sortait, fatiguée, de son boulot, je me rendais, joyeux, à une party
Je lui ai dit bonjour, simplement, sans trop y penser, un reste de politesse
Que les gens oublient souvent, quand ils ne pensent qu'on les agresse

Elle m'a regardé, son visage triste s'est illuminé et elle m'a souri
Je ne sais ce qui s'est passé à ce moment mais cela a changé ma vie
J'ai vu son regard radieux, mon sang n'a fait qu'un tour et m'a remué le cœur
J'en ai oublié mes amis et j'ai proposé de la raccompagner à sa demeure

Un peu réticente, au début, elle craignait pour la différence de couleur
Je n'en avais rien à faire de ces conneries, je voulais faire son bonheur
On a passé trois mois, magiques, je ne vous dis, à vivre à cent à l'heure
Malgré notre pauvre logis, les factures et les visites de mon contrôleur

Le bonheur de première même si, à vrai dire, je manquais de classe
Je me démerdais un peu dans quelques boulots, les mains dans la graisse
On pouvait s'en sortir, car on le voulait, sans violence, de guerre lasse
Mais voilà qu'un jour trois voyous dans la rue l'accostent et l'agressent

Blousons noirs, croix gammées, défenseurs de la race pure
Sur mon amour ils se sont acharnés ces trois misérables ordures
Sur le trottoir l'ont tabassée et l'ont laissée toute ensanglantée
Les passants, les yeux fermés, sont passés sans voir l'assassinée

La justice n'a rien fait, a vite bâclé l'enquête et a clos le dossier
J'ai senti une rage folle monter en moi me transformant en justicier
J'ai patiemment recueilli les faits, je n'ai arrêté de les traquer
Jour et nuit, comme une obsession, ses meurtriers je voulais retrouver

Je les ai enfin rattrapés un jour et j'ai voulu savoir pourquoi
Ils avaient ainsi, dans cette rue, tué mon amour de sang froid
Ils ont ri, Monsieur le juge, ils ont ri et dit : Tu n'as pas compris ?
Cette garce était noire de peau et dans notre monde ce n'est pas permis !

J'ai vu rouge, Monsieur le juge, je vous jure, j'ai vu rouge et j'ai tiré
J'ai tiré toute ma colère et ma rage contre ces rebuts de société
Je ne suis pas bien mieux qu'eux qui ont tué ma ravissante reine
Je ne suis pas bien mieux qu'eux d'avoir laissé parler ma haine

Vous pouvez faire ce que vous voulez, votre justice m'indiffère,
Je suis né sous une étoile filante et je n'avais qu'elle sur terre
Vous êtes là, pensif, à vous demander si je mérite de vivre encore
Cela fait presque un an que, dans cette rue, avec elle, je suis mort

© Hami

Je partage avec vous cette terrible histoire qui prend les tripes , il est dommage qu'un texte pareil dorme au fond d'un tiroir ...lola

imagesghjjkvbhjjkkl.jpg
 

gouina

Maître Poète
#3
Il est des cas où l'on se fait justice soi- même sans regret comme ce Monsieur qui se voyait déjà mort après qu'on a assassiné l'étoile qui le faisait vivre.
Merci pour ce magnifique partage