• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.
#1


J’ai tant vos Pieds couverts

J’ai tant vos pieds couverts de baisers hors d’haleine
Que mes lèvres corsaires remontaient jusqu’à l’aine ;
J’ai tant su admirer vos pensées aiguisées
Qu’en esprit j’attirais comme l’aube rosée ;
Je vous ai tant aimé – jusqu’à, je crois, ramper –,
Et pourtant ces années,
le passé m’a trompé.

Je vous vois maintenant, à ma vue grimaçant,
Sans plus regards aimants, comme un poids harassant ;
Défunte admiration, encre usée de l’estampe,
Et décoloration de la vie sur nos tempes :
Comment puis-je cacher, ô mon ancienne amante,
Qu’en ces jours avancés,
le présent me tourmente ?

Qui saura vous aimer autant que nous le sûmes ?
Où mènent les allées de ce sombre bitume ?
Nous reverrai-je un jour, sous la porte cochère,
Au fond de cette cour, à partager nos chairs ?
Comment ce fait-ce que vos courbes si mouvantes
Brûlent tant mes yeux que
l’avenir m’épouvante ?

Aubépin des Ardrets, Île du Diable
----------
Le Passé m’a trompé,
Le Présent me tourmente,
L’Avenir m’épouvante.
Tatouage gravé sur le torse d'Aristide Le Forestier, bagnard de Cayenne.
Extrait de : Albert Londres, Au Bagne, Albin Michel, 1932 (source : wikisource, cliquer ici)
 

iboujo

Maître Poète
#2
Sublimal
je me régale comme si j'y étais

quelle belle plume
je parle de celle que tu as au bout des doigts mdr

et ce thème te va à ravir
ça sent le vécu .
.j'adore Aubépin
encore ...

bises jojo
 
#3
Sublimal
je me régale comme si j'y étais

quelle belle plume
je parle de celle que tu as au bout des doigts mdr

et ce thème te va à ravir
ça sent le vécu .
.j'adore Aubépin
encore ...

bises jojo
Merci, iboujo, pour la générosité de votre lecture et de votre commentaire (et de vos lectures de vos commentaires ainsi que de vos vers - quelle prolixité ! - sur ce site) ;-)