Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web.
Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.

  • Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Grand mère

#1
Elle a les cheveux grisonnants,
Elle a les cheveux blancs,
Elle a toujours ce sourire charmant
Qui chasse tous les tourments.
Elle a le visage finement ridé
Qui n'est pas fait pour déplaire.
Au déclin de sa vie,
Elle a toujours dans ses petits yeux bridés
La couleur azur du ciel,
Les étoiles de la nuit,
Le regard rempli de douceur.
A chaque battement de paupières
S'échappe la chaleur de son cœur.
Elle a gardé la tendresse
Du rose des paumes de ses mains
Quand tendrement, elle distribue des caresses.
Ses tendres bisous ont gardé leur saveur sucrée
Le battement des ailes d'un papillon,
Malgré le temps qui s'écoule
Au fil de l'eau du ruisseau des ans.
Malgré les douleurs qui torturent ses bras,
Elle a toujours les mêmes roulis d'amour
Pour cajoler, faire fuir chagrins , mauvaises pensées.
De sa voix un peu éraillée
Sortent les notes apaisantes
D'une barcarolle aux mots argentés.
Elle, c'est la grand mère,
L'espoir de tous nos rêves d'amour et de tendresse
Sur les flots de l'océan du bonheur
Quand on est en proie à la douleur,
A travers le brouillard des larmes,
Donne des moments meilleurs,
La douce chaleur du feu de son amour.
grand mere.jpg
 

GABY73

Maître Poète
#8
Elle a les cheveux grisonnants,
Elle a les cheveux blancs,
Elle a toujours ce sourire charmant
Qui chasse tous les tourments.
Elle a le visage finement ridé
Qui n'est pas fait pour déplaire.
Au déclin de sa vie,
Elle a toujours dans ses petits yeux bridés
La couleur azur du ciel,
Les étoiles de la nuit,
Le regard rempli de douceur.
A chaque battement de paupières
S'échappe la chaleur de son cœur.
Elle a gardé la tendresse
Du rose des paumes de ses mains
Quand tendrement, elle distribue des caresses.
Ses tendres bisous ont gardé leur saveur sucrée
Le battement des ailes d'un papillon,
Malgré le temps qui s'écoule
Au fil de l'eau du ruisseau des ans.
Malgré les douleurs qui torturent ses bras,
Elle a toujours les mêmes roulis d'amour
Pour cajoler, faire fuir chagrins , mauvaises pensées.
De sa voix un peu éraillée
Sortent les notes apaisantes
D'une barcarolle aux mots argentés.
Elle, c'est la grand mère,
L'espoir de tous nos rêves d'amour et de tendresse
Sur les flots de l'océan du bonheur
Quand on est en proie à la douleur,
A travers le brouillard des larmes,
Donne des moments meilleurs,
La douce chaleur du feu de son amour.
Afficher la pièce jointe 34872
J'aime beaucoup car tu évoqués là de si merveilleux douvenirs
Merci Véronique
Gaby