• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Et l'odeur de violette qui va chassant le jour (FR/EN)

#1
Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
Hier encore la fête, les nombreux petits-fours,
Le sel des cacahuètes et le son des tambours.


Aujourd'hui qu'elle est loin la joie de Mariette :
Quelques restes de pain sur la table - des miettes -
Et des grains de raisins que grignotent les guêpes,
Quand le rouge du vin nous fait perdre la tête.


Ils cliquettent les rires et grelottent les os ;
Il chuinte le sabir des cages dans ce zoo :
Mariette et Amir sont partis tout là-haut
Sans même prévenir : j'en ai froid dans le dos.


Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
Amir était poète, Mariette un amour.
Qui sait que la mort guette quand on a de l'humour ?


Hier, à la rivière, nous lancions des pierres,
Les canettes de bières et les traits de lumières
Éclairaient nos visages et plissaient nos regards :
Qui sait que les présages ressembl'nt aux nénuphars ?


Mariette portait ses jolies perles jaunes
Et son rire de Corte. Amir était un faune
Dont la longue crinière nous mettaient en chaleur.
Qu'ils étaient beaux et fiers : quand j'y pense je pleure


Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
C'est une étrange valse, une valse à trois temps,
Celle du temps qui passe et te chasse, entêtant.


Hier, ce jour, demain : étourdissant manège
Aux chevaux de bois dur où je pleurais enfant.
Osselets de mes mains, et mes pieds dans la neige :
Quelle est cette blessure où s'épuise mon sang ?


Mariette pleurait et riait à la fois,
Qu'Amir aux yeux dorés nous raconte l'émoi
De leur premier baiser sous un bel amandier.
Leurs visages apaisés nous ont incendiés.


Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour...

__________

And the violet smells in the new day forward

Look at the skeletons – they’re dancing in the yard –
And the violet smells in the new day forward.
Yesterday is so far, and the party is done;
Gone are the petits fours and the sound of the drums.

Today the wine is red and I push with my thumbs
Some leftovers of bread on the table, some crumbs.
Wasps are nibbling the grapes and the time can’t rewind:
How cold are the graves; I am losing my mind.

They’re clicking the laughters and clapping all the bones;
Their pidgins are swishers in cages of the zoos:
Mariette and Amir went all the way up there,
– Like an old souvenir – and it makes me shiver.

Look at the skeletons – they’re dancing in the yard –
And the violet smells in the new day forward.
Amir was a poet and Mariette a dove.
Who can tell that the death is watching out for love?

Yesterday the river saw us throwing some stones,
And drinking cans of beer. The sunlight and the glows
Of tiny water hints: we had to fold the eyes.
Who can tell that omens were these water lilies?

Mariette was wearing her pretty yellow pearls,
Her simple golden ring. The long mane and the curls
Of Amir, and his mood, were like hot butterflies
They were so young and proud: Why can't I stop my cries?

Look at the skeletons – they’re dancing in the yard –
And the violet smells in the new day forward.
Of what kind is this waltz, this triple meter dance,
This strange time with no source, which always starts and ends?

Yesterday - tomorrow - this day: a stunning ride
On horses of sorrow where I cried as a child.
Knucklebones of my hands, and my feet in the snow:
Of what kind are these wounds spoiling red my pillow?

Mariette cried and laughed - this all at the same time -,
As Amir depictured the story of their fine
And very first kisses under the almond tree.
Their sweet and calm faces have fired poetry.

Look at the skeletons – they’re dancing in the yard –
And the violet smells in the new day forward…
 
Dernière édition:
#9
Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
Hier encore la fête, les nombreux petits-fours,
Le sel des cacahuètes et le son des tambours.

Aujourd'hui qu'elle est loin la joie de Mariette :
Quelques restes de pain sur la table - des miettes -
Et des grains de raisins que grignotent les guêpes,
Quand le rouge du vin nous fait perdre la tête.

Ils cliquettent les rires et grelottent les os ;
Il chuinte le sabir des cages dans ce zoo :
Mariette et Amir sont partis tout là-haut
Sans même prévenir : j'en ai froid dans le dos.

Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
Amir était poète, Mariette un amour.
Qui sait que la mort guette quand on a de l'humour ?

Hier, à la rivière, nous lancions des pierres,
Les canettes de bières et les traits de lumières
Éclairaient nos visages et plissaient nos regards :
Qui sait que les présages ressembl'nt aux nénuphars ?

Mariette portait ses jolies perles jaunes
Et son rire de Corte. Amir était un faune
Dont la longue crinière nous mettaient en chaleur.
Qu'ils étaient beaux et fiers : quand j'y pense je pleure

Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
C'est une étrange valse, une valse à trois temps,
Celle du temps qui passe et te chasse, entêtant.

Hier, ce jour, demain : étourdissant manège
Aux chevaux de bois dur où je pleurais enfant.
Osselets de mes mains, et mes pieds dans la neige :
Quelle est cette blessure où s'épuise mon sang ?

Mariette pleurait et riait à la fois,
Qu'Amir aux yeux dorés nous raconte l'émoi
De leur premier baiser sous un bel amandier.
Leurs visages apaisés nous ont incendiés.

Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour...


Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
Hier encore la fête, les nombreux petits-fours,
Le sel des cacahuètes et le son des tambours.

Aujourd'hui qu'elle est loin la joie de Mariette :
Quelques restes de pain sur la table - des miettes -
Et des grains de raisins que grignotent les guêpes,
Quand le rouge du vin nous fait perdre la tête.

Ils cliquettent les rires et grelottent les os ;
Il chuinte le sabir des cages dans ce zoo :
Mariette et Amir sont partis tout là-haut
Sans même prévenir : j'en ai froid dans le dos.

Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
Amir était poète, Mariette un amour.
Qui sait que la mort guette quand on a de l'humour ?

Hier, à la rivière, nous lancions des pierres,
Les canettes de bières et les traits de lumières
Éclairaient nos visages et plissaient nos regards :
Qui sait que les présages ressembl'nt aux nénuphars ?

Mariette portait ses jolies perles jaunes
Et son rire de Corte. Amir était un faune
Dont la longue crinière nous mettaient en chaleur.
Qu'ils étaient beaux et fiers : quand j'y pense je pleure

Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour.
C'est une étrange valse, une valse à trois temps,
Celle du temps qui passe et te chasse, entêtant.

Hier, ce jour, demain : étourdissant manège
Aux chevaux de bois dur où je pleurais enfant.
Osselets de mes mains, et mes pieds dans la neige :
Quelle est cette blessure où s'épuise mon sang ?

Mariette pleurait et riait à la fois,
Qu'Amir aux yeux dorés nous raconte l'émoi
De leur premier baiser sous un bel amandier.
Leurs visages apaisés nous ont incendiés.

Regarde les squelettes qui dansent dans la cour
Et l'odeur de violette qui va chassant le jour...
[FON

Bravo ! J'ai beaucoup aimé parcourir ces vers comme on suit un feuilleton. Pas de lassitude, un rythme soutenu, des détails qu'on visualise sans peine.
Merci pour ce voyage.
Amicalement,
Eléa-Myrtille
 
#17
Bravo ! J'ai beaucoup aimé parcourir ces vers comme on suit un feuilleton. Pas de lassitude, un rythme soutenu, des détails qu'on visualise sans peine.
Merci pour ce voyage.
Amicalement,
Eléa-Myrtille
Merci ! Les détails sont importants, nous sommes tellement petits.
Si vous aimez les feuilletons, j'ai commencé une série ("Paris sera toujours Paris") que je publie ici, sur un autre site et sur mon blog Au gré de l'onde (avec illustration musicale) !
 
Dernière édition: