• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.
#1
Et le goût de la terre des baisers hivernaux

Dans les filets pygmées qui peuplent mes forêts,
Mes pensées périmées s’agitent à l’orée
De ces trous de lumière où meurent les échos
Et le goût de la terre des baisers hivernaux.

Le carmin des amours a rosi puis blanchi,
Comme au fond d’une cour l’éclat des ancolies ;
Et les graines toxiques ont germé puis fleuri
Aux lèvres anthracites, comme une féerie :

Flots d’ordures et de fiel charriant les rancunes
D’existences partielles qui ne virent que la lune ;
Onomatopées dures qui bleuissent nos larmes.

Éléphant barrissant transpercé de sagaies,
Sous les coups fléchissant de formules daguées,
Je suis comme l’augure qui voit rompus nos charmes.


Aubépin des Ardrets
 
#2
Et le goût de la terre des baisers hivernaux

Dans les filets pygmées qui peuplent mes forêts,
Mes pensées périmées s’agitent à l’orée
De ces trous de lumière où meurent les échos
Et le goût de la terre des baisers hivernaux.

Le carmin des amours a rosi puis blanchi,
Comme au fond d’une cour l’éclat des ancolies ;
Et les graines toxiques ont germé puis fleuri
Aux lèvres anthracites, comme une féerie :

Flots d’ordures et de fiel charriant les rancunes
D’existences partielles qui ne virent que la lune ;
Onomatopées dures qui bleuissent nos larmes.

Éléphant barrissant transpercé de sagaies,
Sous les coups fléchissant de formules daguées,
Je suis comme l’augure qui voit rompus nos charmes.

Aubépin des Ardrets
C'est beau "Onomatopées dures qui bleuissent nos larmes". ..
 
#3
C'est beau "Onomatopées dures qui bleuissent nos larmes". ..
Merci, lepoetedelune. Un vers venu de nul part : qu'ils sont étranges ces fils qui se trament en nous, sans que nous sachions et qui un jour, soudain, se présentent à nos lèvres. Créapoèmes et d'autres sites en sont truffés : j'en remercie tous leurs auteurs ;-)