• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Encore un hymne à la poésie. 2

#1
Encore un hymne à la poésie.
Quelques brins de l'être.
2

Solitaire silence blanc
Troublé par le jet d'une plume
Qu'enfante ta lettre d'écume
De tout ton être sur son flanc ;

Quand sa lèvre sur le papier
Effleure ta moire anémone
Née à l'ombre de Persephone
Naît l'âme verte au drapier ;

Qu'est le front rose du zéphyr
Né d'hier avec une promesse
Comme sur le cœur d'une messe
De Faust par un vers de saphir ;

Noble écrin qu'en fut le vélin
Tout filigrane d'une étoile
En nos yeux brille et se dévoile
La beauté d'un futur de lin ;

Et c'est du fond d'un vieux cahier
D'écolier que l'on redécouvre
L'odeur d'une saison qui s'ouvre
Comme cent lettres de papier ;

Quelques brins d'être qu'il en fut
Seul le sentiment émerveille
Le conteur aux fleurs de merveille
Mais l'enfant a fait ce qu'il pût ;

Elle signe ce dont, si cher,
J'aime avant tout de ton automne
Cette couleur d'or monotone
Toujours née azur bleu du Cher ;

Quelques brins de lettres de blanc
Ô Trouble gerbe de l'écume
Enfante la lettre de plume
De tout ton être sur son flanc...

Daniel Beau le poète rêveur
12 octobre 2019
Inknotpad
Google Chrome
14:14
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Encore un hymne à la poésie.
Quelques brins de l'être.
2

Solitaire silence blanc
Troublé par le jet d'une plume
Qu'enfante ta lettre d'écume
De tout ton être sur son flanc ;

Quand sa lèvre sur le papier
Effleure ta moire anémone
Née à l'ombre de Persephone
Naît l'âme verte au drapier ;

Qu'est le front rose du zéphyr
Né d'hier avec une promesse
Comme sur le cœur d'une messe
De Faust par un vers de saphir ;

Noble écrin qu'en fut le vélin
Tout filigrane d'une étoile
En nos yeux brille et se dévoile
La beauté d'un futur de lin ;

Et c'est du fond d'un vieux cahier
D'écolier que l'on redécouvre
L'odeur d'une saison qui s'ouvre
Comme cent lettres de papier ;

Quelques brins d'être qu'il en fut
Seul le sentiment émerveille
Le conteur aux fleurs de merveille
Mais l'enfant a fait ce qu'il pût ;

Elle signe ce dont, si cher,
J'aime avant tout de ton automne
Cette couleur d'or monotone
Toujours née azur bleu du Cher ;

Quelques brins de lettres de blanc
Ô Trouble gerbe de l'écume
Enfante la lettre de plume
De tout ton être sur son flanc...

Daniel Beau le poète rêveur
12 octobre 2019
Inknotpad
Google Chrome
14:14
Une suite digne de la première partie. Y aura t'il une troisième particle ?
Merci Daniel de ce partage
Amicalement
Gaby