• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Elle était dans les bras d’un autre tatoué

#1
Elle était dans les bras d’un autre tatoué

J’ai défoncé la porte et éclaté son cadre,
Alors son rire accorte et la plume du ladre
Se sont tus, perturbés, par mes yeux qui roulaient,
Mon sabre recourbé et mon air soupe au lait.

J’ai crié « Caramba ! » et fait claquer le fouet
- Elle était dans les bras d’un autre tatoué -
Mes éperons griffaient les lattes du plancher
- Elle se réchauffait contre un bel étranger -

J’ai tapé des talons, je les ai menacés
Avec un fusil long et quelques mots glacés :
« Ah te voilà ! Traîtresse ! Et toi, drôl’ de poète !
Debout ! Ou bien j’t’agresse et l’encrier j’le pète ! »


La belle avait fugué un soir après minuit ;
Il l’avait subjuguée de quelques vers réjouis.
Et j’étais resté seul devant ma page blanche.

Je m’étais lamenté dans quelques paradis
Artificiels, hanté par le salmigondis
De ce morne linceul, ruminant ma revanche.

Et voilà que soudain je retrouvais ma fée
Que de plus tendres mains encraient en longs feuillets :
J’aurais pu les tuer ou jouer de la ruse

Pour la récupérer et qu’ell’ soit avertie
De ne plus ulcérer mon clavier azerty
Mais à quoi bon ruer quand on aime sa muse ?

Doucement je posai mes armes et mon courroux
Pour métamorphoser mon être en p’tit toutou :
Ô muse ! Ô mon aimée ! Trompe-moi, infidèle !
Mais reviens animer mon âme sous tes ailes !

Aubépin des Ardrets
 
Dernière édition:

zuc

Le chat noir
Membre du personnel
#2
le dernier quatrain me fait songer à la chanson de Brassens "je m'suis fait tout petit"
 

prose16

Maître Poète
#3
Pour la récupérer et qu’ell’ soit avertie
De ne plus ulcérer mon clavier azerty
Mais à quoi bon ruer quand on aime sa muse ?
Quand l'ogre se fait chaton! ;)un écrit "enlevé", original et empreint d'humour pour traiter l'infidélité. Tout à fait d'accord avec le minet Zuc pour le dernier quatrain. Amicalement
 
#5
Quand l'ogre se fait chaton! ;)un écrit "enlevé", original et empreint d'humour pour traiter l'infidélité. Tout à fait d'accord avec le minet Zuc pour le dernier quatrain. Amicalement
Merci, prose16, pour ce gentil passage. J'ai modifié un peu le texte, car s'il s'agit d'infidélité, c'est avant tout à celle de la muse (de l'inspiration) que je faisais référence, vous savez cette infidélité, cette inconstance, qui fait que soudain le flot des mots se tarit quand d'autres semblent justement avoir la visite de cette muse qui nous a quitté ;-) J'espère que le texte est désormais plus clair ;-)
 

prose16

Maître Poète
#6
Merci, prose16, pour ce gentil passage. J'ai modifié un peu le texte, car s'il s'agit d'infidélité, c'est avant tout à celle de la muse (de l'inspiration) que je faisais référence, vous savez cette infidélité, cette inconstance, qui fait que soudain le flot des mots se tarit quand d'autres semblent justement avoir la visite de cette muse qui nous a quitté ;-) J'espère que le texte est désormais plus clair ;-)
Oui vous m'avez bien éclairé, mais je viens de relire le texte, tout y est l'encrier, la page blanche, le clavier azerty, la muse, bon sang mais c'est bien sûr!!!!:D:D
La relecture est souvent indispensable pour capter les détails qui font tout sur certains écrits...Merci et belle soirée...
 

Vega46

Maître Poète
#7
Sous les ailes du temps la muse a toujours inspiré le poète qui est devenu son ami, son amant, son confident...

« j’allais sous le ciel muse et j'étais ton féal » A Rimbaud

Comment ne pas penser à elle quand les mots formant les vers viennent à nous manquer ?.

L’imaginer soufflant un air charmeur à un autre poète peut nous mettre la tête à l’en...vers, exciter notre jalousie... qui retombe bien vite on l’aime tant...

J’écris, ou elle écrit... Je... est ma muse ?. Ça m’amuse !...

Amitiés poétiques

Maurice Marcouly
 
#9
Sous les ailes du temps la muse a toujours inspiré le poète qui est devenu son ami, son amant, son confident...

« j’allais sous le ciel muse et j'étais ton féal » A Rimbaud

Comment ne pas penser à elle quand les mots formant les vers viennent à nous manquer ?.

L’imaginer soufflant un air charmeur à un autre poète peut nous mettre la tête à l’en...vers, exciter notre jalousie... qui retombe bien vite on l’aime tant...

J’écris, ou elle écrit... Je... est ma muse ?. Ça m’amuse !...

Amitiés poétiques

Maurice Marcouly
Merci pour ce passage, Vega46. Vous avez parfaitement, je crois, résumé ce que peut être une muse : une douce compagne capricieuse et évanescente, infidèle et soudaine.