• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

D'une fille à sa mère..d'une mère à son fils...

iboujo

Maître Poète
#1
Mon tout petit moineau,que tu as du souffrir
Si seule, isolée,dans ta grande maison
Tu attendais en vain du printemps,la floraison
La pluie tombait à ne plus en finir.

Jour aprés jour,tu te sentais plus mal
Jamais tu n'as voulu me déranger
Tu es restée là,sans gémir,sans bouger
Pour affronter la mort,en combat inégal.

Certaines journées ont du te sembler vides
A espérer un toc toc amical
Pauvre maman,j'ai du te faire mal
A habiter si loin, égoiste, candide.

Quand le mal venait,je sais quelle terreur
Tu as du ressentir,pauvrette abandonnée
A rester là par terre,sans pouvoir te lever
Quelle angoisse a du te serrer le coeur.

Et ce dernier jour,que t -es-t il arrivé ?
Je vois encore des choses qui me hantent encore
Des choses qui disaient la détresse d'un corps
Qui arrive à sa fin sans pouvoir esquiver.

Je te vois t'accrocher dans un ultime effort
Tu regagnes ton lit, ton supréme refuge
Tu t'effondres ,et attends le Grand Juge
Epuisée,résignée à accepter la mort.

Je pense que ta fin fut délivrance
Tu ne luttais plus,trop lasse de la vie
Plus d'espoir,tu n'avais plus d'envies
Tu avais besoin de longues vacances.

Tu as laisser la bougie s'assoupir
La flamme vacillante s'est éteinte à jamais
Elle arrete la torture qui te meurtrissait
Mon tout petit moineau,que tu as du souffrir
 
Dernière édition:

route66

Nouveau poète
#2
Ton poème est bouleversant, plein d'émotion
des regrets de ne pas avoir été
là à ce moment, je sais c'est dur !! Et l'enfant
au loin te manque aussi !! Jocelyne, malgrè
les distances l'Amour est toujours présent !!
Je t'embrasse fort,
Blanche
 
#4
Poignant texte que je découvre, point de mot me parait à la hauteur assez fort pour soutenir un tel poids alors de mon coeur reçois tout de même l'attention. Dans ce silence pesant quelques lettres cependant se courant après tels de petits êtres qui s'amusent s'enchevêtre, font la fête pour que se poursuive la vie des êtres chers des amis au moins dans nos têtes.
(Voté.)
 
#5
Je n'ai pas encore vécu cette tristesse et je me sens tout en larmes en vous lisant. Un moment que l'on redoute mais pour celle qui s'en va, il est vraisemblable qu'il n'y ait

"... Plus d'espoir, tu n'avais plus d'envies"

Je relirai souvent car il sera dans mes favoris.

Pierre
 

iboujo

Maître Poète
#6
Beau ressenti MisterNone.......Quand la fille devient la mère de sa mère........quand la mère de son fils ressent la meme chose que la fille pour sa mère !!!!!voila ce que cela donne......... J.
 

Nouria

Nouveau poète
#7
j'y suis très sensible donc touchant touchée un texte parmi tant d'autre de toi qui me boulverse, une belle plume merci de ce partage bisous Nouria
 

lyseron

Moderator
Membre du personnel
#8
Je comprends très bien ce que tu as dû ressentir pour l'avoir vécu aussi avec mon père...il y des passages difficiles....grosses bises affectueuses.....+v...lys
 

isa90

Maître Poète
#11
des mots simples et ce petit " moineau " si fragile , qui a besoin d'etre proteger, tellement de ressentis dans ton poeme.
boulversant.
tendres bisous
isa