• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Dilemme vital...

#1

Hors concours
( 26 mots imposés commençant par A )




Dilemme vital...


" Ai-je en moi la fibre aaronide et suis-je digne de sa mémoire coulant à flot en mon aorte ?
Parfois, elle vient en rêve m'abasourdir, m’insuffler une nouvelle façon de penser,
Je sens l'accolade d'un Dieu immémorable effleurer mon épaule, j'entends la cohorte
Des peuples qui approuvèrent l'admission de ses préceptes de moralité, et dont ils semblent à présent se détourner..."


Aérienne racine des hommes venue d'un ciel encore vierge, par un grand amour fécondée ,
Il suffisait d'un affinage des cœurs pour vivre ensemble, mais le veau d'or avait à jamais leurs âmes, entaché...
Ils auraient dû s'agenouiller plutôt que de défier l'offrande sacrée des tables de lois pour leur entente, l'agencer,
Moïse avec ahurissement découvrit un peuple qui venait de perdre sa dignité, vénérant l'infâme et la cupidité...


Un vent aigre soufflait sur les tribus, sa peine était incommensurable devant la trahison de son frère...
La toile de la terre promise était ajourée, flottait sur l'azur telle bannière lacérée, son cœur s'était voilé de deuil,
Sa foi était inébranlable, mais celle de son peuple aussi fragile que des akènes plumeux...constatation amère...
Le chemin ouvert avait un tracé beaucoup plus alambiqué, l'enseignement subtil avait généré l'écueil...


Les prêches fraternelles devaient améliorer le comportement des hommes en quête de vérité, effacer l'angoisse...
" En moi subsiste cette grande espérance venue d'ailleurs, celle qui, prophétisée était sensée rassurer, voire apaiser..."
Car la manne aqueuse appelée Jourdain, se fit enfin plus belle que l'or fondu sans que Dieu ne se froisse...
La terre promise apparut aux croyants impénitents, épuisés tels athlètes, ayant droit, de bonheur, exploser...


Comme on aseptise un champ, ils commencèrent à araser les épis du mal d'un lourd passé d'esclaves...
Le soleil caressa ma main qui brisa le verre de la chance et je prononçai ces mots : plus jamais çà ! awa !
Une avalanche de prières s’éleva sous la voûte céleste, une aubaine, pas de neige en cette verdoyante enclave.
" Un réveil sonne, me ramène vers une réalité axée sur le matérialisme... Adieu à mon rêve, patatras ! "

*
 
Dernière édition:

iboujo

Maître Poète
#3
Une belle histoire Lys , bien menée
je sens en toi une femme de Foi

belle interprétation d'un tableau biblique
bises jj