• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Dans ce jardin

jeanmibol

Maître Poète
#1
Dans ce jardin si beau de salades, de fleurs,
De thym, de groseilliers, de poireaux, de rhubarbe,
N’a pas été semé le gros grain des malheurs
Et j’ai vu sur papa croître une bien drue barbe.

Maman donnait à boire à ces êtres vivants
Quand la pluie n’était pas disposée à le faire
En penchant l’arrosoir sur l’un et les suivants
Avec le sain désir de bien les satisfaire.

Très souvent, mes parents étaient au milieu d’eux
Et leur prodiguaient des soins en grattant la terre
Ou en la retournant ; ils s’y mettaient à deux
Avec entrain et la force du caractère.

Et quand ils quittaient les lieux, fatigués, heureux,
Ils raclaient leurs sabots sur la tige ferreuse,
Avec soin ; je trouvais qu’ils étaient valeureux
D’avoir éprouvé leur colonne douloureuse.

C’est qu’ils avaient atteint déjà un âge où l’on
Préfère s’affaler dans un fauteuil, à lire,
A cultiver le far niente à Toulon
Qui - une fois poussé - se fait par tous élire.

J‘admirais mes vieux qui cueillaient les bigarreaux,
Récoltaient des paniers de haricot vert tendre ;
Je les guettais parfois derrière les carreaux
Et ils riaient mais je ne pouvais les entendre.

Un jour, ils sont rentrés avec une verveine,
Une tomate, deux laitues et trois radis
En s’écriant « fiston, on a bien de la veine
D’avoir de bons amis dans notre paradis ! »

Aujourd’hui, Marie-Louise et Alexandre sont
Allés voir si les vers font leur travail en terre
Accueillis par une racine de cresson
Qu’une pluie bienveillante et fine désaltère.
 

Margho

Maître Poète
#2
Dans ce jardin si beau de salades, de fleurs,
De thym, de groseilliers, de poireaux, de rhubarbe,
N’a pas été semé le gros grain des malheurs
Et j’ai vu sur papa croître une bien drue barbe.

Maman donnait à boire à ces êtres vivants
Quand la pluie n’était pas disposée à le faire
En penchant l’arrosoir sur l’un et les suivants
Avec le sain désir de bien les satisfaire.

Très souvent, mes parents étaient au milieu d’eux
Et leur prodiguaient des soins en grattant la terre
Ou en la retournant ; ils s’y mettaient à deux
Avec entrain et la force du caractère.

Et quand ils quittaient les lieux, fatigués, heureux,
Ils raclaient leurs sabots sur la tige ferreuse,
Avec soin ; je trouvais qu’ils étaient valeureux
D’avoir éprouvé leur colonne douloureuse.

C’est qu’ils avaient atteint déjà un âge où l’on
Préfère s’affaler dans un fauteuil, à lire,
A cultiver le far niente à Toulon
Qui - une fois poussé - se fait par tous élire.

J‘admirais mes vieux qui cueillaient les bigarreaux,
Récoltaient des paniers de haricot vert tendre ;
Je les guettais parfois derrière les carreaux
Et ils riaient mais je ne pouvais les entendre.

Un jour, ils sont rentrés avec une verveine,
Une tomate, deux laitues et trois radis
En s’écriant « fiston, on a bien de la veine
D’avoir de bons amis dans notre paradis ! »

Aujourd’hui, Marie-Louise et Alexandre sont
Allés voir si les vers font leur travail en terre
Accueillis par une racine de cresson
Qu’une pluie bienveillante et fine désaltère.
Touchant. Belle idée, merci à vous