• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

D’Orange ou d’Abricot

#21
D’Orange ou d’Abricot

Tout au cœur de l’Ardèche, des pêches et des chèvres,
Je découvrais les foins qu’on coupait à la faux,
Et j’apprenais la traite que mes mains un peu frêles
Exerçaient avec soins sur des pis couleur fauve.


Pour la première fois j’entendais les cigales,
Buvais du lait caprin et goûtais du gros pain.
Je léchais sur mes doigts la confiture étale
D’orange ou d’abricot qu’on tirait de bocaux.


Les hommes et les femmes avaient d’épaisses mains,
Sur la table, la toile cirée et ses lapins
Semblaient chasser les mouches qui collaient au ruban.


Et les matins venaient où j’observais le feu
Qui prenait au fourneau sous mes coups de soufflet.
J’ai encor dans la bouche le goût de tout ce temps.


Aubépin des Ardrets
Nous avons exactement les mêmes souvenirs en Ardèche Aubépin
Amicalement
Sentimentale
 

Vega46

Maître Poète
#22
Bravo Aubépin c’est un beau poème qui brosse un tableau que j’ai connu au détail près mais dans mon département le Lot.

J’habitais pas très loin de la voie ferrée qui relie Capdenac Gare à Cahors, je voyais passer les locomotives à vapeur et lorsque je montais dans l’autorail où son wagon au centre se trouvait un poêle à bois qui faisait office de chauffage central!.

Le vieux cheval Pompon était lui le tracteur de la toute petite ferme...sa puissance d’un cheval suffisait amplement, je me souviens d’être revenu très souvent sur son dos à l’écurie.

C’était une brave bête!.
Quatre vaches lui tenaient compagnie!.

Nos campagnes étaient très bien entretenues et l’entraide entre voisins était courante même si parfois un peu de jalousie ternissait cette belle entente.

Les soirées près de la cheminée où on avait chaud devant et froid derrière et mon grand père qui nous racontait la guerre de 14 18....souvent le même épisode!.

Ah! c’était le bon te temps....
1CE021DE-4C0E-408E-8A59-FCC6E83969A5.png
Bonne soirée
Momo le clochard céleste au cerveau poussiéreux te salue.
 

Vega46

Maître Poète
#23
Que de beaux souvenirs tu nous offres et se rappellent à nous!
J'ai passé 10 jours à Réquista, j'avais 10 ans!
J'en ai gardé de ces images bonnes à vivre!
A part le fromage fait maison, que je n'aimais pas, mais
que je ne disais pas et on m'en servait chaque jour croyant que je l'aimais!!!!!!

Grand merci pour ce beau partage, Polymnie2
Réquista c’est ma région Poly!.
 
Dernière édition:
#26
Bravo Aubépin c’est un beau poème qui brosse un tableau que j’ai connu au détail près mais dans mon département le Lot.

J’habitais pas très loin de la voie ferrée qui relie Capdenac Gare à Cahors, je voyais passer les locomotives à vapeur et lorsque je montais dans l’autorail où son wagon au centre se trouvait un poêle à bois qui faisait office de chauffage central!.

Le vieux cheval Pompon était lui le tracteur de la toute petite ferme...sa puissance d’un cheval suffisait amplement, je me souviens d’être revenu très souvent sur son dos à l’écurie.

C’était une brave bête!.
Quatre vaches lui tenaient compagnie!.

Nos campagnes étaient très bien entretenues et l’entraide entre voisins était courante même si parfois un peu de jalousie ternissait cette belle entente.

Les soirées près de la cheminée où on avait chaud devant et froid derrière et mon grand père qui nous racontait la guerre de 14 18....souvent le même épisode!.

Ah! c’était le bon te temps....
Afficher la pièce jointe 20354
Bonne soirée
Momo le clochard céleste au cerveau poussiéreux te salue.
Merci, Vega46, pour ces souvenirs partagés. Comme pour Sentimentale, je serais curieux et ravi d'en lire plus sous votre plume au sujet de ces jeunes années campagnardes ;-)
 
Dernière édition:
#29
De beaux souvenirs dans ces vers en partage

mais quelles idées bizarres dans les commentaires , rire
Merci, Luze, pour cette lecture ;-) Oui, les commentaires étaient un peu partis en vrille, sans doute pour d'obscures et drôles de raisons si promptes à habiter nos esprits, mais qui font indubitablement une grande partie du sel de la vie ;-) J'y avais, je le confesse, sans doute un peu contribué avec mes deux premiers textes postés sur le site (le premier était une histoire de perruque et de lunettes fumées et l'autre une réflexion sur la douceur des figues ;-)