• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Cueillettes familiales 8.70

Polymnie2

Maître Poète
#1

Cueillettes familiales 8.70


C’est près du soleil que se salent les « émaux sillons »
Qui font ressortir le suc en boule de cristal crépitant l’Âme
A devenir boule de feu frictionnant le microsillon !
Chante en chœur un parfum allégorique, sa flamme !


Sur mon pot-au-feu que la louche crayonne en festons,
Quand mes lèvres en pétales de rose rajoutent des aromates diaprés,
Je revois mon père le dimanche attiré par un parfum d’ail en veston *
Se précipiter à la cuisine, mettre son grain de sel en gestes beurrés.


Accourt la Reine des prés* : « Mais papa qu’est-ce que tu rajoutes là »?
« Rien ! Je hume les bonnes odeurs » ! Suit un chaste baiser sur la joue !
Je me régalais de tout voir, tout entendre en secret de lilas
Toute heureuse de partager l’ombre de gestes qui déjouent!


Quand ma mère faisait un cassoulet j’entendais tant et tant de fois
Mon père dire à maman : « C’est bon, je me régale !
Mais vois-tu, je ne retrouve pas ce goût d’autrefois
Ce suc que ma mère mettait dans ce plat manquerait à l’astragale !


Perles sur perles la rosée se fond mais revient,
Se prolonge avec le temps qui fuit, se renouvelle !
Porter à sa bouche les saveurs olfactives c’est faire un lien
Qu’un passé perpétuel cisèle et que le parfum révèle.


Polymnie2
 
Dernière édition:

legamin

Maître Poète
#2
Jolie nostalgie en cette belle poésie, on ne retrouve pas toujours le goût des choses parce que toutes les conditions ne sont pas réunies mais quand une odeur, un geste, un regard nous rappelle de délicieux souvenirs, il suffit de fermer les yeux et s'inviter pour quelques temps dans le passé.

Merci pour cette belle lecture
 

Polymnie2

Maître Poète
#3
Jolie nostalgie en cette belle poésie, on ne retrouve pas toujours le goût des choses parce que toutes les conditions ne sont pas réunies mais quand une odeur, un geste, un regard nous rappelle de délicieux souvenirs, il suffit de fermer les yeux et s'inviter pour quelques temps dans le passé.

Merci pour cette belle lecture
Oui, Legamin, enfermer, border de cils, le délice, pour mieux savourer, en mes yeux le halo de tous mes sens en fièvre!!
Est combien bon c'est instantané qui se renouvelle!!!

Merci à toi, bise poly
 
Dernière édition:

simlecteur

Maître Poète
#4
Superbe; images resurgissent et ces sentiments impalpables...'bonheur' quand on ressent une odeur qui nous est propre et familière.J'a' bien aimé.
Bises du mardi soir.