• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Conte d'hiver

#1
Conte d'hiver

En cette nuit glaciale, un sapin courageux
S'enfuit de son logis, une grande clairière
Au sein de la forêt. Dans le décor neigeux,
Il semblait tout menu, quittant sa pouponnière.

Il voulait explorer la campagne alentour.
Sans reprendre son souffle, il atteignit très vite
Un petit bourg placide, au centre des labours.
Des lumières d'argent illuminaient le site.

Le cœur gonflé de joie, il parvint aux foyers,
Mais ce qu'il aperçut le remplit d'épouvante.
Derrière les carreaux, ses semblables altiers
Étaient environnés d'une foule bruyante.

Recouverts d'ornements, fixés cruellement,
Dans l'affreuse chaleur des chaumières en fête,
Les souverains des bois étouffaient lentement.
L'arbrisseau se sauva, regrettant son enquête.

Il rejoignit enfin le paternel abri,
Et ses larmes coulaient en traversant la plaine.
Tout rempli de tristesse, il avait bien compris,
En ce jour de Noël, la dureté humaine.
 
#5
Une très belle réflexion
Le bonheur des uns
Le malheur des autres
anémone
Merci infiniment pour votre vision emplie de compassion.

Si l'on approfondit le message transmis par ce poème, on pensera peut-être aux propos de J.-M. Le Clézio, prix Nobel de Littérature : "Elle (Greta Thunberg) dit que nous – les adultes, les responsables, les acteurs de notre monde égoïste et rapace –, nous n’avons rien fait, et que les enfants du futur nous demanderont des comptes […] Elle parle pour elle, pour sa génération, mais aussi pour ses enfants à naître, et au-delà des humains, pour notre Terre tout entière, dans sa précieuse et fragile beauté. Écoutons-la. Entendons-la. Il est peut-être encore temps."

:)
 
#9
Conte d'hiver

En cette nuit glaciale, un sapin courageux
S'enfuit de son logis, une grande clairière
Au sein de la forêt. Dans le décor neigeux,
Il semblait tout menu, quittant sa pouponnière.

Il voulait explorer la campagne alentour.
Sans reprendre son souffle, il atteignit très vite
Un petit bourg placide, au centre des labours.
Des lumières d'argent illuminaient le site.

Le cœur gonflé de joie, il parvint aux foyers,
Mais ce qu'il aperçut le remplit d'épouvante.
Derrière les carreaux, ses semblables altiers
Étaient environnés d'une foule bruyante.

Recouverts d'ornements, fixés cruellement,
Dans l'affreuse chaleur des chaumières en fête,
Les souverains des bois étouffaient lentement.
L'arbrisseau se sauva, regrettant son enquête.

Il rejoignit enfin le paternel abri,
Et ses larmes coulaient en traversant la plaine.
Tout rempli de tristesse, il avait bien compris,
En ce jour de Noël, la dureté humaine.

J'aime beaucoup ce conte _ une dure réalité en vous lisant à en être émue! Bravo Thomas
Un poème à méditer _ merci de ce beau partage
Douce nuit
Amitiés
Isabelle NLO8.jpg
 
#10
etre un sapin en décembre c'est comme être une dinde a la thanksgiving

ou bien un agneau pour Paques , on court à sa perte !!

bravo pour ton poème très beau !
Merci beaucoup, au-delà, c'est l'égoïsme et la goinfrerie humaine qui sont dénoncés dans ce conte (philosophique).

Gare à la déforestation, à la pollution, à la surconsommation, nous le payons déjà, nos enfants en souffriront encore plus.

La beauté de la planète ne sera plus qu'un souvenir. Déjà, les champs d'éoliennes en donnent une petite idée. Adieu les beaux paysages ruraux et la mer à perte de vue...

:(
 
#12
Le sapin n'a pas envie de finir dans la cheminée...normal il s'est sauvé.
Joli conte de Noël, que j'apprécie grandement. Bravo!
Espérant que ce commentaire reste par rapport à mes précédents....lol.
 
#13
Merci de partager votre ressenti

"Espérant que ce commentaire reste par rapport à mes précédents....lol." : que voulez-vous dire ? Merci de préciser.

Bonne journée

:)
 
Dernière édition:
#14
Merci de partager votre ressenti

"Espérant que ce commentaire reste par rapport à mes précédents....lol." : que voulez-vous dire ? Merci de préciser.

Bonne journée

:)
Il me semblait d'avoir déjà laissé des commentaires qui ont malhereusement disparu, sûrement un oubli de ma part, sans appuyer sur mon clavier "envoyer", qu'importe...... Bonne journée.
 

thesmile

Maître Poète
#16
:) C'est un conte portant une certaine tristesse, très bien écrit, merci pour le voyage d'esprit :)
Et pourtant, nous avons bien de quoi faire pour éviter de couper un trop grand nombre de sapins chaque année pour le garder pour la plupart un mois, mais la plupart les abandonne sans même les "protéger" alors leur faire prendre conscience de la gravité de la tuerie végétale, court toujours :)
Merci bien pour la découverte et le bon moment de lecture Thomas, belle soirée!
 

Thomas111

Maître Poète
#17
:) C'est un conte portant une certaine tristesse, très bien écrit, merci pour le voyage d'esprit :)
Et pourtant, nous avons bien de quoi faire pour éviter de couper un trop grand nombre de sapins chaque année pour le garder pour la plupart un mois, mais la plupart les abandonne sans même les "protéger" alors leur faire prendre conscience de la gravité de la tuerie végétale, court toujours :)
Merci bien pour la découverte et le bon moment de lecture Thomas, belle soirée!
Merci à vous pour ces sages paroles.

Avec tous mes vœux pour la nouvelle année,

:)
 

Polymnie2

Maître Poète
#18
Tu vas au creuset de la cause
touchant le cœur du sapin!
Ô sensibilité comme fleur éclose
transmet la chaleur dès matin!

Tu me fais penser à un certain mois
de janvier ou février d'un début 2007 je crois!
Où trois de mes sapins, vieux de 40 ans,
se sont abattus les uns après les autres
entourés de neige et d'un
vent les aidant!
Alors qu'une demi-heure avant,
je prenais mon bol du petit déjeuner,
admirative d'une neige qui inondait
le sol feutré!

J'ai scié tous leurs bras, ne laissant qu'une arête
à chaque coup de scie, en sang giclais la sève
sur la lame et mes doigts recevaient la larme!
Ô pénible souvenir de cette vie qui criait sous
son étroit corps sage!

À la fin de la semaine, un monsieur est venu
troncer ces corps inertes!
voyant ma sensibilité touchée, il me dit :
"N'ayez crainte madame! je ne suis pas un profiteur
ces tronçons vont chauffer des êtres qui n'ont pas
de bois, je leur offre pour leur cheminée!

J'avais fait une longue prose sur le sujet,
ne la trouvant plus, six mois après, claire encore
en ma mémoire, je l'ai refaite en miroir!

Décidément, le sort en est jeté car sur l'année
2017, sur nouvel ordinateur, ce dossier n'était
pas enregistré ! j'avais gardé la mémoire et la
tour pour que mon fils adoptif finisse de
l'enregistrer!
Hélàs, des mains indélicates au mois de juillet
m'ont pris tour et mémoire!!!

Il y a tellement de temps passé depuis, que je
me sens petite pour retracer et repeindre
cette vie de "pain"!
Comment ne pas comprendre ce qu'est
et représente a nature où depuis des années
je l'appelle : "Natur'hurle"!

Merci Thomas avec mes amitiés, Poly
 

Thomas111

Maître Poète
#19
Tu vas au creuset de la cause
touchant le cœur du sapin!
Ô sensibilité comme fleur éclose
transmet la chaleur dès matin!

Tu me fais penser à un certain mois
de janvier ou février d'un début 2007 je crois!
Où trois de mes sapins, vieux de 40 ans,
se sont abattus les uns après les autres
entourés de neige et d'un
vent les aidant!
Alors qu'une demi-heure avant,
je prenais mon bol du petit déjeuner,
admirative d'une neige qui inondait
le sol feutré!

J'ai scié tous leurs bras, ne laissant qu'une arête
à chaque coup de scie, en sang giclais la sève
sur la lame et mes doigts recevaient la larme!
Ô pénible souvenir de cette vie qui criait sous
son étroit corps sage!

À la fin de la semaine, un monsieur est venu
troncer ces corps inertes!
voyant ma sensibilité touchée, il me dit :
"N'ayez crainte madame! je ne suis pas un profiteur
ces tronçons vont chauffer des êtres qui n'ont pas
de bois, je leur offre pour leur cheminée!

J'avais fait une longue prose sur le sujet,
ne la trouvant plus, six mois après, claire encore
en ma mémoire, je l'ai refaite en miroir!

Décidément, le sort en est jeté car sur l'année
2017, sur nouvel ordinateur, ce dossier n'était
pas enregistré ! j'avais gardé la mémoire et la
tour pour que mon fils adoptif finisse de
l'enregistrer!
Hélàs, des mains indélicates au mois de juillet
m'ont pris tour et mémoire!!!

Il y a tellement de temps passé depuis, que je
me sens petite pour retracer et repeindre
cette vie de "pain"!
Comment ne pas comprendre ce qu'est
et représente a nature où depuis des années
je l'appelle : "Natur'hurle"!

Merci Thomas avec mes amitiés, Poly
Merci à vous pour ces souvenirs touchants qui manifestent sensibilité, compassion et désarroi.

Il faut espérer que 2020 soit une année plus clémente pour vous que 2017.

Bonne journée,

:)