• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Commentaire, comment taire, qu'on m'enterre, sur le chômage

zuc

Administrator
Membre du personnel
#1
je le poste dans mort car il s'agit bien d'une mort en soi

Commentaire, comment taire, qu'on m'enterre, sur le chômage,

Ce que je vais dire va peut être vous faire bondir, surprendre,
Le poète à dit la vérité il doit être exécuté, il faut le pendre, me pendre,
Ou vous penserez tout simplement : il est fou « Afflelou »,
Qu'a t'il donc à crier au loup, et tempi si mes vers ne valent pas un clou,

Je vais vous parler de politique, quetic-quetic,
c'est mon tic et mes toc, je pourrais bien finir à l'asile, j'en connais la tactique tic, tic, tic,
C'est pour que ça ressemble à un poème que je met des rimes,
C'est ça la politique, j'habille mon forfait pour masquer le crime,
Puisque demain il faudra jusqu'à la fin que je trime,
Si j'écris encore en vers libre c'est que je suis un vermisseau,
Parmi tous ces vers rampant, voyez vous tous ces sots ?

Prolo où est ton orgueil, où est ta fierté ?
Français où est votre liberté ?

Je ne baisserai pas mon froc,
Si ce n'est pour leurs montrer mon « Q »
Que le grand crique me croque,
si demain l'état comble le trou de la sécu,

Vous êtes vous demandez qu'adviendra t'il de nos caisses de solidarités ?
Chômage, retraite, quand l'état seul vous mettra devant de fausses réalités !
Pour quelques miettes de pains en plus au fond du panier ,
Qu'ils nous ferons payer c'est sur jusqu'au dernier, y'a pas à nier,

Sur nos droits qui vont fondre,
Les belles prairies qu'ils vont tondre,
Ce n'est pas pour vous, moutons qui faites bhé-bhé,
Comme par le passé c'est par dizaine qu'ils vous faudra faire des bébé,
pour subvenir au foyer et payer un jour votre retraite,
Retraite, traître, paraître, admettre, peut être ?
Car ils croiserons, pollution, sida, maladies, guerres, attentas, prison, chômage,

Le mot est lâché, ha ! Le bel orage, ha ! Le bel adage,
La grande peur, la sinistrose du salarié,
Sur votre sort comme à la loterie je pourrai parier,
L'arme fatale du capital, le chantage à l'emploi,
L’aubaine des gouvernements complices de leurs lois,
Et comme le roseau le peuple toujours se ploie,
Ce mot qui justifie tout,
Et nous mangeons notre pâtée comme de bon gros toutous
Chez « casto » tu trouves de tous,
Outils et matériaux,
Oui, nous ne sommes plus que des produits commerciaux,

Mais je vous le dis tout haut, le chômage, non ! n'est pas une fatalité,
Ils voudraient nous le faire admettre à grand cris dans les actualités,
Il serai un Drame ? Oui, dans un pays sans droits,
Mais nos allocations nous permettent de tenir et de marcher droit,
D’espérer le job qui plaît et le travail bien rémunéré,
Qu'en sera-t-il demain quand tout espoirs sera enterré ?
Que la seule issue sera la galère,
Condamné à vie à un piètre salaire,
Pour des siècles et des siècles amène,
Sous le regard vigilant du bon dieu tout de même,
Alors, vous n'aurez plus qu'à prier,
Et bien riez maintenant, riez !

Moi, je crois que quitte à moisir,
Et quitte à choisir,
je préfère encore vivre pauvre dans un pays pauvre, une France en friche,
Que de vivre esclave de quelques exploiteurs dans un pays riche pour les riches,

Se ne sont pas nos droits du travail qui en sont la cause,
Mais bien ceux qui délocalisent, exploitent la misère comme toutes choses,
Messieurs allés gagner votre pain à la sueur d'autre fronts,
Ce n'est pas à nous de payer les pots cassés, nous laverons cet affront,

Prolo où est ton orgueil, où est ta fierté ?
Français où est votre liberté ?

Je vous le redit comme une banalité,
Non le chômage n'est pas une fatalité
Il ne justifie pas tous ces sacrifices,
N'autorise pas tout leurs artifices.
 
Dernière édition:
#2
Ce que vous dites n'est pas faux mais un retour au source se manifeste chacun sa place trop de prolétaires ont joués les bourgeois. Être riche ne s'apprend pas c'est une couleur de sang chacun dans sa cour et les moutons seront bien gardés. C'est paradoxale d'ailleurs car ce sont des ovins qui ont votés pour cet état de fait
 
#3
Subodorer des choses irréelles à en être persuadé,
Rêve et réalité se confondent à l'esprit médusée,
Voir des gens se fourvoyer et des viles conspirations,
Des idées, mon cher ami, des idées de votre déraison

L'illusion nait aussi par l'allusion de croire les autres,
Tous les ouï-dire venus par la bouche des doux apôtres,
Ces bien-pensants font fi des idées que nous en tirons,
Ils leur importent de sublimer ce que nous ne savons

Bêtement, nous les écoutons et suivons le troupeau,
Bouche bée nous les admirons nous les doux agneaux,
Des idées, mon cher ami des idées, vous vous forlignez,
Arrêtez de voir le mal partout quelle vile stupidité

Suivez ce troupeau et aller paître plus sereinement,
Votre ventre est repu, non est-ce possible méprisant,
Vous palabrez sur mes amis, j'entends les cohortes en échos,
Je vous ai nourri inculte païen et vous dites mots

Vos idées, je vous les ai inculquées certes monsieur,
Des idées mon cher ami des idées soyez heureux,
Je ne vous ai point chassé, mais vous n'êtes mon ami,
Rester en vos prés ovins, j'ai pour vous trop de mépris

Suivez mes idées et ne parler point des vôtres propres,
Sinon je vous punirais comme le pire des malpropres,
Vous n'êtes point ligné à mon clan alors obéissez
Dite mon seigneur simplement lorsque vous me parlez.
.
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#4
Ce que vous dites n'est pas faux mais un retour au source se manifeste chacun sa place trop de prolétaires ont joués les bourgeois. Être riche ne s'apprend pas c'est une couleur de sang chacun dans sa cour et les moutons seront bien gardés. C'est paradoxale d'ailleurs car ce sont des ovins qui ont votés pour cet état de fait
Merci de ta réponse bien que difficile à cerner ton point de vue,

tout à fait d'accord trop de prolo ont joué les p'tits bourgeois endettés pour de vagues superflus faire et comme le voisin pour des envies bêtement créés par les modes à grand renforts de pub, les anciens soixante huitards se sont vautrés dans la société de consommation sans retenue oublié les communauté en Ardèche les pulls fait main en laine de brebis les salades hélas ne poussent pas toutes seules dans les jardins, ils ont donnés du Lacoste, du Nike et du levi's à leur enfants, enfin bref tous ont crus que le grand jour été arrivé,

mais la n'est pas mon sujet cela ne devrait pas empêcher un sens critique et un brin de lucidité on nous endort avec les chiffres du chômage, car en pondant se texte je suis allé me documenté sur les chiffres du chômage depuis trente ans ils stagnent en vérité entre 8 et 10 % de la population une variation de 2% justifie t'elle que l'on casse tout nos droits?
je parle en connaissance de causes, j'ai connus dans les années 90 ma part de galère au moment ou le chômage était au plus haut l'équivalent de ce que nous connaissons aujourd'hui,
cette période à durée 3 ans entrecoupée de petits travaux de "m" mais je n'ai jamais désespéré je n'ai jamais déprimé et je n'ai jamais truandé, volé mal tourné, parce que j'avais l'espoir de trouver un vrai travail payer correctement et reconnus ce qui est finalement arrivé, aujourd'hui je me demande si j'ai bien fait d'accepter il y a quelques années un cdi, si j'étais jeune et que l'on me propose pour seule avenir la galère ou un travail ou je n'aurai qu'a fermer ma gueule je ne sais pas contenu de mes idées si je ne me radicaliserai pas

juste un détail que je relève
"Être riche ne s'apprend pas c'est une couleur de sang " bien que être riche serte ne s'apprend pas mais une couleur de sang??? croirais tu au vertus de la noblesse qui se croyait racé et de sang, non se n'est pas non plus une couleur de sang, c'est un état d'esprit pas besoin d'être riche ou pauvre pour placé le franc aujourd'hui l'euro en dieu, ce qui donne des arrivistes prêt à tous et des classes dominantes se croyant au dessus de tout,
je n'ai jamais étais élevé dans l'amour ou le dégout de l'argent se n'était tout simplement pas notre moteur, mon éducation ma appris à aimé la vie pour ce qu'elle t'offre chaque jour "sans pour autan se faire entuber et rouler dans la farine"
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#5
Subodorer des choses irréelles à en être persuadé,
Rêve et réalité se confondent à l'esprit médusée,
Voir des gens se fourvoyer et des viles conspirations,
Des idées, mon cher ami, des idées de votre déraison

L'illusion nait aussi par l'allusion de croire les autres,
Tous les ouï-dire venus par la bouche des doux apôtres,
Ces bien-pensants font fi des idées que nous en tirons,
Ils leur importent de sublimer ce que nous ne savons

Bêtement, nous les écoutons et suivons le troupeau,
Bouche bée nous les admirons nous les doux agneaux,
Des idées, mon cher ami des idées, vous vous forlignez,
Arrêtez de voir le mal partout quelle vile stupidité

Suivez ce troupeau et aller paître plus sereinement,
Votre ventre est repu, non est-ce possible méprisant,
Vous palabrez sur mes amis, j'entends les cohortes en échos,
Je vous ai nourri inculte païen et vous dites mots

Vos idées, je vous les ai inculquées certes monsieur,
Des idées mon cher ami des idées soyez heureux,
Je ne vous ai point chassé, mais vous n'êtes mon ami,
Rester en vos prés ovins, j'ai pour vous trop de mépris

Suivez mes idées et ne parler point des vôtres propres,
Sinon je vous punirais comme le pire des malpropres,
Vous n'êtes point ligné à mon clan alors obéissez
Dite mon seigneur simplement lorsque vous me parlez.
.
difficile à te suivre dans ce poème
à qui t'adresses tu réellement qui est ou n'est pas au final ton ami?
comme pour mon autre réponse je ne vois pas le rapport avec le sujet de mon texte "le chômage"
 
#6
La vraie liberté c'est de ne pas travailler. Le travail est responsable de l'enrichissement du capitalisme pauvre ça n'existe pas. Le matérialisme a fait oublié à l'homme ce qu'est le bonheur
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#7
La vraie liberté c'est de ne pas travailler. Le travail est responsable de l'enrichissement du capitalisme pauvre ça n'existe pas. Le matérialisme a fait oublié à l'homme ce qu'est le bonheur
dans le contexte je suis d'accord avec toi, mais dans l'absolu la vrai liberté n'existe pas, et le travail sera toujours un mal nécessaire tout simplement pour se nourrir, s'habiller se loger, sinon c'est vivre au crochets des autres et la tu as 2 possibilités soit tu est exploiteur, soit un mendiant et tu ne mangeras pas tout les jours à ta fin tu auras froid plus d'une fois et ta liberté est illusoire et se résume à dormir ou tu l'entend et encore tu reste à la merci du bon vouloir des gens qui te lâcherons leurs chiens
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#8
Subodorer des choses irréelles à en être persuadé,
Rêve et réalité se confondent à l'esprit médusée,
Voir des gens se fourvoyer et des viles conspirations,
Des idées, mon cher ami, des idées de votre déraison

L'illusion nait aussi par l'allusion de croire les autres,
Tous les ouï-dire venus par la bouche des doux apôtres,
Ces bien-pensants font fi des idées que nous en tirons,
Ils leur importent de sublimer ce que nous ne savons

Bêtement, nous les écoutons et suivons le troupeau,
Bouche bée nous les admirons nous les doux agneaux,
Des idées, mon cher ami des idées, vous vous forlignez,
Arrêtez de voir le mal partout quelle vile stupidité

Suivez ce troupeau et aller paître plus sereinement,
Votre ventre est repu, non est-ce possible méprisant,
Vous palabrez sur mes amis, j'entends les cohortes en échos,
Je vous ai nourri inculte païen et vous dites mots

Vos idées, je vous les ai inculquées certes monsieur,
Des idées mon cher ami des idées soyez heureux,
Je ne vous ai point chassé, mais vous n'êtes mon ami,
Rester en vos prés ovins, j'ai pour vous trop de mépris

Suivez mes idées et ne parler point des vôtres propres,
Sinon je vous punirais comme le pire des malpropres,
Vous n'êtes point ligné à mon clan alors obéissez
Dite mon seigneur simplement lorsque vous me parlez.
.
serai t'il a prendre sous le ton de l'ironie? ainsi je peux le comprendre
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#9
Ce que vous dites n'est pas faux mais un retour au source se manifeste chacun sa place trop de prolétaires ont joués les bourgeois. Être riche ne s'apprend pas c'est une couleur de sang chacun dans sa cour et les moutons seront bien gardés. C'est paradoxale d'ailleurs car ce sont des ovins qui ont votés pour cet état de fait
il me semblerai en lisant tes 2 réponse que tu as réagis au mots "moutons"
serte nous faisons tous partis du troupeau mais si je ne suis pas vraiment être un chat noir , il peut y avoir un mouton noir dans le troupeau;)
 

agrego

Maître Poète
#10
j'ai lu les dialogues et les réparties!!


moi je dirais...quelle Plaidoirie!!!

je ne développe pas il est 3 heures!!


amitiés


Agrégo
 

simlecteur

Maître Poète
#11
J'acquiers en grande partie ton analyse.
Existe t-il à nos jours un vrai, bon système? ...nous portant vers un monde utopique.
..."le meilleur des mondes".
amitiés.

simple lecteur.
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#12
j'ai lu les dialogues et les réparties!!


moi je dirais...quelle Plaidoirie!!!

je ne développe pas il est 3 heures!!


amitiés


Agrégo
désolé je vois seulement ta réponse,
tu as depuis dormi et redormi, tu peux donc développer maintenant si ça te dit, ça m'intéresse
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#13
J'acquiers en grande partie ton analyse.
Existe t-il à nos jours un vrai, bon système? ...nous portant vers un monde utopique.
..."le meilleur des mondes".
amitiés.

simple lecteur.
désolé, je viens de voir seulement aujourd'hui ta réponse
le système idéal, le monde parfait est impossible tous simplement parce que l'homme n'est pas parfait
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#14
Je reviens sur cet écrit que je voulais faire sous forme de délire de provoc'
que j'ai voulu sur mon ressentie sur le chômage, la politique et les réformes voulues par ce gouvernement
sur des acquis un fragile équilibre social qui ne s'est pas écrit en un jour et qui a demandé nombre de combats de grèves de luttes ouvrières
et beaucoup de compromis, en explique la complexité de nos régimes sociaux et de notre code du travail, et la difficulté de réformer
car ce ne sont pas des lois édictés ou des décrets tel des cadeaux fait de la part des gouvernement passés ou du patronat mais bien de âpres négociations,
si aujourd'hui les syndicats semblent affaiblis, marcher en rangs désunis, si il parait que l'on accepte comme une fatalité
comme des moutons cet état de fait et ces réformes sans broncher cela ne présage rien de bon riez messieurs
mais nous paierons les pots cassés dans quelques années, l'Europe entière pourrait en faire les frais
un bon en arrière dans le siècle de Zola et d'Hugo

tous ça enfin juste pour dire que j'ai rajouté 2 vers insignifiant en fin de texte
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#15
Merci Phoebe de ton passage même si tu as effacé ton com' qui je pense ne devais pas de convenir,

je sais que pour des familles, des parents isolés cela ne doit pas être facile mais ce que je voulais dire même si c'est dur peut importe ça situation on a des alloc' qui nous aident à tenir durant c'est moments difficiles et qu'il ne faut pas désespérer, ne pas avoir peur du chômage et ne pas tout accepter de la casse sociale au nom du chômages, il faut peut être commencer à refuser les crédits qui nous font vivre au dessus de nos moyens pour ce rendre compte de ce que l'on est, je sais que quand tu as une famille à nourrir il n'est pas aisé de refuser le système mais les générations passés l'on fait et leur situation était surement moins enviable
du reste à ce sujet j'ai vu il y a quelques jours sur ARTE un bon film mélancolie ouvrière qui de plus est ce passé dans ma région
 

steph76

Maître Poète
#16
En fait je pensais que mon commentaire était à côté de la plaque. En gros il disait que le chômage allait frapper à ma porte demain à 16h30 heure timpante lol et je vais donc passer à la casserole après 11 mois de bons et loyaux services et tout ça dans la plus grande indifférence. C'est ça qui fait le plus mal, je crois. J'avoue me sentir diminuée mais c'est un mauvais passage je sais que je retrouverai. De vivre au jour le jour devient compliqué sans pouvoir faire de projet. Le monde du travail est devenu une machine de guerre ou c'est un combat continuel. Merci Zuc pour cet écrit qui nous met face au réel.
Bon courage en tout cas , j ai déjà connu cette situation et ce n'est pas facile à accepter, utilise tous les moyens possibles pour rebondir , l'écrit de poèmes peut t'aider d ailleurs dans cette tâche il peut servir d'exutoire.
Cordialement.
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#17
En fait je pensais que mon commentaire était à côté de la plaque. En gros il disait que le chômage allait frapper à ma porte demain à 16h30 heure timpante lol et je vais donc passer à la casserole après 11 mois de bons et loyaux services et tout ça dans la plus grande indifférence. C'est ça qui fait le plus mal, je crois. J'avoue me sentir diminuée mais c'est un mauvais passage je sais que je retrouverai. De vivre au jour le jour devient compliqué sans pouvoir faire de projet. Le monde du travail est devenu une machine de guerre ou c'est un combat continuel. Merci Zuc pour cet écrit qui nous met face au réel.
excuse moi de répondre avec du retard,
j'espère que l'arrêt de ton emploi ne te laisse pas dans une situation trop difficile,
j'ai eu mon lot de petits boulots, de galère mais dans ces moments de creux j'ai toujours même sans argent profité de la vie,
à l'époque je ne poétisais pas encore mais je peignais, après j'ai fait longtemps de l'intérim la chance d'avoir un métier qui recrute,
aujourd'hui je suis en cdi et je regrette presque c'est petit moment de liberté et je me sens prisonnier,
je comprend ton souhait de projet mais je me suis rendu compte avec le temps que finalement nous n'avons jamais de quoi vivre nos rêves à part pour quelques gros salaires mais pour "le français moyen" nous ne gagnons que de quoi vivre, de subvenir à nos besoins et dépenser le superflue dans des envies qu'ils nous ont eux même créé à grand renfort de pub dans les média etc... pour nous reprendre ceux qu'ils nous donnent avec l'aide des crédits
"ils" nos dirigeants, les capitalistes, les banquiers, les politiciens, etc...
surtout ne culpabilise pas, tu n'as aucun devoir le chômage tu y as droits parce que tu as travaillé, et tu es libre d'accepter ou de refuser un emploi ou de profiter des rayons du soleil ce n'est pas à la retraite si toute fois on en a une que l'on profitera de la vie tout cassé, usé, trop vieux, alors soit forte tu retrouveras un job le tout c'est que tu soit bien dans ta boîte "notre p'tite prison dorée"