• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Comme une pêche au teint travaillé de picots

#1
Comme une pêche au teint travaillé de picots

De la nuque à ton front, j’égrène mes bisous
Qui picorent l’amour qu’un père a pour son fils.
Je tiens tes joues qui sont douces comme un doudou
À la levée du jour en rayons subreptices.


Tu as cet âge encore tendre de pain au lait
Où pourtant l’on voit poindre à l’horizon l’ado
Qui s’affirmera fort à rire et à râler :
Comme une pêche au teint travaillé de picots.


Qui deviendras-tu bel enfant qu’aiment mes yeux ?
Pourras-tu trouver cel(le) qui te rendra heureux ?
Sauras-tu être plus sans penser avoir moins ?


Pourrai-je encor longtemps t’observer et sourire ?
Ô qu’il file le temps quand je te vois grandir !
Quand je ne serai plus, qui sera ton témoin ?


Aubépin des Ardrets
 

glycine

Maître Poète
#2
J'adore les deux premiers vers... tout en tendresse
Oui, "il file le temps quand on les voit grandir"
Un peu de tristesse avec le dernier vers
C'est beau et attendrissant quand un père écrit pour son enfant
 

iboujo

Maître Poète
#3
*quand je ne serai plus ,qui sera ton témoin*
Tu en as de ces idées Aupepins
Tu as un ado et bien le temps * de passer l'arme à gauche*
Que de complicités ils vous restent
Que du bonheur

() Des questions existentialistes que les parents dit " normaux * se posent
Quel beau regard sur son sommeil

Ils ne nous appartiennent pas tu sais

La vie bat son.plein
et pour lui
Et pour toi
Vilain petit canard !

Un jour à la fois dis voir

Bises pour ce texte qui m'a un.peu perturbé mais réaliste j ' en conviens

Superbement écrit
Personne ne t'a dit que ta plume est gracieuse même inquiète?

Jojo
 

legamin

Maître Poète
#4
Quelle beau et tendre poème
C'est vrai qu'ils grandissent vite, trop vite.
Ne soyez pas que le témoin mais , le plus possible un partenaire et construisez de belles choses et de beaux souvenirs ensemble, un jour l'oiseau quitte le nid.
Merci pour cette douce lecture
père-affichant-une-histoire-2166115.jpg
 
#5
J'adore les deux premiers vers... tout en tendresse
Oui, "il file le temps quand on les voit grandir"
Un peu de tristesse avec le dernier vers
C'est beau et attendrissant quand un père écrit pour son enfant
Merci, glycine ;-)
Tendresse, joie et inquiétude : ce sont souvent les parents qui aiment le plus leurs enfants, les papas n'échappent pas à la règle.
 
#6
*quand je ne serai plus ,qui sera ton témoin*
Tu en as de ces idées Aupepins
Tu as un ado et bien le temps * de passer l'arme à gauche*
Que de complicités ils vous restent
Que du bonheur

() Des questions existentialistes que les parents dit " normaux * se posent
Quel beau regard sur son sommeil

Ils ne nous appartiennent pas tu sais

La vie bat son.plein
et pour lui
Et pour toi
Vilain petit canard !

Un jour à la fois dis voir

Bises pour ce texte qui m'a un.peu perturbé mais réaliste j ' en conviens

Superbement écrit
Personne ne t'a dit que ta plume est gracieuse même inquiète?

Jojo
Merci, iboujo, pour ces multiples considérations.
Quel parent n'a pas, en dépit des complicités, des tendresses et des rires, ces drôles d'idées inquiètes ?
Sinon, bien sûr, nous ne sommes que des arcs tendus et les enfants des flèches que nous tâchons de faire voler le plus gracieusement et le plus loin de nous ;-)
 
#7
Quelle beau et tendre poème
C'est vrai qu'ils grandissent vite, trop vite.
Ne soyez pas que le témoin mais , le plus possible un partenaire et construisez de belles choses et de beaux souvenirs ensemble, un jour l'oiseau quitte le nid.
Merci pour cette douce lecture
Afficher la pièce jointe 14337
Merci, legamin, pour cette lecture.
Les parents, surtout les complices et partenaires, sont, je crois, les témoins les plus passionnés de leurs enfants, bref, de vrais groupies ;-)