• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Chant d'elle 3 - D’autres femmes, soudain

#1
Chant d'elle 1 - Qui dira un jour ?
Chant d'elle 2 - Kaddish en Caillou

D’autres femmes, soudain

Ma mère disparue,
D’autres femmes, soudain,
Apparur’nt à ma vue,
Comme l’aube au matin :


Mon arrière-grand-mère.
Plus grand qu’elle d’une tête,
J’étais un peu sa chair
Et j’adorais ses crêpes.
Jamais avare de sucre,
Je voyais dans ses yeux
Le bonheur et la lutte
De son esprit anxieux.


Ma grand-mère maternelle,
Dont j’aimais la gaieté
Et les draps de flanelle.
Elle était dévastée.
Docile, elle acceptait
Chacun des vêtements
Criards que j’achetais
Avecque son argent.


La jeun’ sœur de maman.
Pour ses si longs cheveux
J’avais fait le serment
Que font tous les neveux :
L’admirer et l’aimer.
Brisée, mais insouciante
- Elle avait 18 ans -,
Je la revois qui chante
Pendant mes jeux d’enfant.


Et d’autres tantes, aussi,
Qui me frottaient bien fort
Quand je sortais transi
De l’eau, comme un trésor.
Et parfois des amies
De ma défunte mère,
Qui, en catimini,
Prolongeaient l’effet-mère…


Aubépin des Ardrets

Chant d'elle 4 - Comme une longue Fente couvant sous la Surface
Chant d'elle 5 - L'Effet-Mère


Brouillon
 
Dernière édition:

iboujo

Maître Poète
#2
*l'effet -"mère *
Beau jeu de mots
adapté au jeune orphelin qu'était le garçonnet

Entouré certes mais ce n'est pas Maman..
Solidarité entre Femmes pour lui

Beau
Jocelyne
 
#3
*l'effet -"mère *
Beau jeu de mots
adapté au jeune orphelin qu'était le garçonnet

Entouré certes mais ce n'est pas Maman..
Solidarité entre Femmes pour lui

Beau
Jocelyne
Merci, iboujo, pour cette lecture. Il y a une grande part de reconstruction dans cette mémoire (quid de la (des) nouvelle(s compagne(s) du père... ?), mais l'idée essentielle est restituée : la disparition d'une mère est suivie de l'apparition soudaine d'autres femmes aimantes qui, sans pouvoir prendre totalement le relais, donnent, chacune à leur manière, un peu de leur bon cœur... Pour le jeu de mot, cela fait déjà la deuxième fois que je l'utilise, mais je n'arrive pas à m'en débarrasser...
 
Dernière édition:

Cortisone

Maître Poète
#4
Merci une pincée pour ce très beau partage
Chacune de ces femmes donnant un peu de son amour à ce garçonnet ont pu l'aider à se construire.
Amicalement
Sentimentale
 

glycine

Maître Poète
#5
Un bel hommage rendu aux femmes qui ont adouci par leur présence et leur grand cœur le manque douloureux de votre mère...
J'aime bien le paragraphe sur votre arrière-grand-mère... Il me fait penser à ma grand-mère qui vivait avec nous et me régalait de pain perdu...
Un poème attendrissant par vos pensées pour Elles... Émouvant !
 
#6
D’autres femmes, soudain

Ma mère disparue,
D’autres femmes, soudain,
Apparurnt à ma vue,
Comme l’aube au matin :


Mon arrière-grand-mère.
Plus grand qu’elle d’une tête,
J’étais un peu sa chair
Et j’adorais ses crêpes.
Jamais avare de sucre,
Je voyais dans ses yeux
Le bonheur et la lutte
De son esprit anxieux.


Ma grand-mère maternelle,
Dont j’aimais la gaieté
Et les draps de flanelle.
Elle était dévastée.
Docile, elle acceptait
Chacun des vêtements
Criards que j’achetais
Avecque son argent.


La jeun’ sœur de maman.
Pour ses si longs cheveux
J’avais fait le serment
que font tous les neveux :
L’admirer et l’aimer.
Brisée, mais insouciante
- Elle avait 18 ans -,
Je la revois qui chante
Pendant mes jeux d’enfant.


Et d’autres tantes, aussi,
Qui me frottaient bien fort
Quand je sortais transi
De l’eau, comme un trésor.
Et parfois des amies
De ma défunte mère,
Qui, en catimini,
Prolongeaient l’effet-mère…


Aubépin des Ardrets
Un maillon de la chaîne disparaît, et c'est la chaîne entière qui se rappelle à nous, soulignant l'éphémère, mais aussi la permanence du tout.
 
#8
Merci une pincée pour ce très beau partage
Chacune de ces femmes donnant un peu de son amour à ce garçonnet ont pu l'aider à se construire.
Amicalement
Sentimentale
Merci, Sentimentale, pour ce commentaire. Il s'agit d'une mémoire "reconstruite" dans laquelle j'ai bien conscience que des temporalités se télescopent (j'étais tout jeune adolescent, mais ces femmes me traitaient peut-être encore comme le garçonnet que j'avais été précédemment ; en faisais-je la demande ? sentaient-elles le besoin de m'infantiliser pour mieux me materner ? renouions-nous ainsi des liens antérieurs ?). Nul doute doute, néanmoins, qu'elle me construisirent ;-)
 
#9
Un bel hommage rendu aux femmes qui ont adouci par leur présence et leur grand cœur le manque douloureux de votre mère...
J'aime bien le paragraphe sur votre arrière-grand-mère... Il me fait penser à ma grand-mère qui vivait avec nous et me régalait de pain perdu...
Un poème attendrissant par vos pensées pour Elles... Émouvant !
Merci, glycine. Oui, il s'agit d'un hommage à certaines femmes essentielles auxquelles j'aurais peut-être également dû ajouter certaines mères et grandes sœurs d'ami.e.s et quelques enseignantes. Sans parler d'autres femmes, plus intimes, celles-ci ;-)
 
Dernière édition:

Philaly

Maître Poète
#12
Des femmes ayant joué un rôle essentiel dans "la reconstruction" sont ici mises en lumière.
Un poème qui me parle.
j'ai connu ces "mamans de coeur" attentives et dévouées, alors que je sortais tout juste de mon enfance.
Elles ont contribué à mon processus du bien "grandir" et j'en garde les bienfaits du baume qu'elles ont été pour mon coeur.
Magnifiques vers.
Philaly
 
#14
Des femmes ayant joué un rôle essentiel dans "la reconstruction" sont ici mises en lumière.
Un poème qui me parle.
j'ai connu ces "mamans de coeur" attentives et dévouées, alors que je sortais tout juste de mon enfance.
Elles ont contribué à mon processus du bien "grandir" et j'en garde les bienfaits du baume qu'elles ont été pour mon coeur.
Magnifiques vers.
Philaly
Merci, Philaly, pour ce passage et ce long commentaire en forme de souvenir personnel ;-)
 
Dernière édition: