• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Ce Collier de Noms que ma Mémoire égraine

#1
Ce Collier de Noms que ma Mémoire égraine

Ce collier de noms que ma mémoire égraine,
Ce sont mes souvenirs, les émois de mon cœur,
Les perles qui rougeoient quand je souffle sur elles,
Le long fil qui relie mes élans de langueur :


Ces morts qui nous habitent, sont-ils encore vivants ?
Ce marbre qui les couvre, existe-t-il vraiment ?
Ces corps pourtant légers dont mon âme est si lourde,
Se peut-il que la nuit ils me poussent du coude ?


Pétales parfumés posés sur mes paupières
Et danse de mon ombre arrachée sur la pierre :
Je pleure les mains chaudes de mes êtres sous terre.


Ce collier de noms que ma mémoire égraine,
C’est celui de mes joies revêtues de ma peine,
Des perles qui rougeoient quand je souffle sur elles.


Aubépin des Ardrets
 
Dernière édition:

Vega46

Maître Poète
#2
Ce collier de noms habillement enfilé est magnifique...
Ce chapelet de perles lié au souvenirs sous les ailes du temps, embrase notre mémoire enflamme notre esprit....
Félicitations
Amitiés poétiques
Maurice Marcouly
 

Polymnie2

Maître Poète
#4
Ce collier de perles que nous portons,
c'est la vie que l'on promène et que nous revisitons!
C'est le passé qui s'égraine, avec des perles complémentaires,
une véritable chaîne de vies au sang circulant dans nos veines!

C'est fort! c'est beau! déchirant à la fois!

Merci à toi, Amicalement, Polymnie2
 

Margho

Maître Poète
#5
Ce Collier de Noms que ma Mémoire égraine

Ce collier de noms que ma mémoire égraine,
Ce sont mes souvenirs, les émois de mon cœur,
Les perles qui rougeoient quand je souffle sur elles,
Le long fil qui relie mes élans de langueur :

Ces morts qui nous habitent, sont-ils encore vivants ?
Ce marbre qui les couvre, existe-t-il vraiment ?
Ces corps pourtant légers dont mon âme est si lourde,
Ce peut-il que la nuit ils me poussent du coude ?

Pétales parfumés posés sur mes paupières
Et danse de mon ombre arrachée sur la pierre :
Je pleure les mains chaudes de mes êtres sous terre.

Ce collier de noms que ma mémoire égraine,
C’est celui de mes joies revêtues de ma peine,
Des perles qui rougeoient quand je souffle sur elles.

Aubépin des Ardrets
Qui sait ?
Chapeau bas, poète...
 
#6
Ce collier de perles que nous portons,
c'est la vie que l'on promène et que nous revisitons!
C'est le passé qui s'égraine, avec des perles complémentaires,
une véritable chaîne de vies au sang circulant dans nos veines!

C'est fort! c'est beau! déchirant à la fois!

Merci à toi, Amicalement, Polymnie2
Perles de braises rouges,
Feu sacré à nos cous,
Comme la vie qui bouge,
Malgré les nombreux coups.
Filaments où clignotent
Mes quelques vers luisants
Étonnés qui grignotent
Le sombre des gisants.

Merci , Polymnie. Désolé, je ne voulais déchirer personne...
 

Polymnie2

Maître Poète
#8
Perles de braises rouges,
Feu sacré à nos cous,
Comme la vie qui bouge,
Malgré les nombreux coups.
Filaments où clignotent
Mes quelques vers luisants
Étonnés qui grignotent
Le sombre des gisants.

Merci , Polymnie. Désolé, je ne voulais déchirer personne...
Tu ne m'as pas déchirée, ton poème pose réflexion, c'est tout, mais c'est l'essentiel
et je t'en remercie.
 
Dernière édition:
#9
Ce collier de noms que ma mémoire égraine, également,
Ce sont des souvenirs, des émois de mon cœur.
Les perles qui rougeoient quand tu souffles
Je rougis, en soufflant, une perle... ;)
Amicalement
Fred
 
#10
Ce collier de noms que ma mémoire égraine, également,
Ce sont des souvenirs, des émois de mon cœur.
Les perles qui rougeoient quand tu souffles
Je rougis, en soufflant, une perle... ;)
Amicalement
Fred
Du rougeoiement au rougissement, il n'y a souvent qu'un fil ténu ;-) Quant aux perles, chacun a les siennes qu'il partage ou qu'il tait dans les plis de ses souffles.
Merci, Fred, pour votre lecture.
 
#12
Le souvenir des personnes chères à son cœur est toujours vif dans la mémoire...
Tu l'exprimes tellement bien tout au long du poème et dans le dernier vers...
J'adore l'opposition : "Ces corps pourtant légers dont mon âme est si lourde"
Émouvant !
Merci, Glycine, d'être venue souffler avec moi sur les perles de ce collier : elles rougeoient de nouveau aujourd'hui, et cela me réchauffe ;-)