• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Canicule

jeanmibol

Grand poète
#1
La chaleur blanchissait chaque mur du village
De pierre chaulée ou nue que rien ne soulage ;
L’astre solaire allait, de dards en aiguillons,
Anesthésier toits, portes des pavillons.

La torpeur s’étendait jusque dans la cuisine
Où les mouches collaient au ruban de résine ;
L’air sec ne bougeait pas ; le clocher élancé
S’attristait que son coq ne pût se balancer.

Un volet entr’ouvert filtrait la canicule
Pénétrant par un rai clair où la particule
De poussière dansait jusqu’au mur opposé
En mettant en exergue un tableau exposé.

L’eau stagnait en rivière habitée d’une faune
De libellules et de tritons au dos jaune.
Dans ce bouillon, crevaient une ablette, un gardon
Dans l’indifférence et sans le don d’un pardon.

Un enfant en riant, surgi de nulle part,
Courait en dératé, perché sur le rempart,
Blessé par un rayon reçu dans la poitrine
Reflété par l’éclat brillant d’une vitrine.

Quelques adolescents, au frais sous le lavoir,
Phagocytaient le temps sans qu’ils pussent l’avoir
En s’aspergeant d’une eau vive, fraîche, Abondante
Aussi délectable qu’une glace fondante.

Tout se ralentissait, le village séchait
Sur pied, décrépité et un basset léchait
Le dos d’un gros caillou roux pris dans une flaque
Résistant dans un creux à la pugnace attaque.

La fournaise estivale – ah – n’a pas crié gare
En s’invitant avec, au bec, un gros cigare.
La mare – elle-même – où s’ébattaient les canards
Se protégeait sous un monceau de nénuphars.

Toute ma peau posée sur mes os dans mon dos,
Désirait s’apaiser avec des tonnes d’eau
Lâchées d’en haut par flots, par baignoires, par douches
Luttant contre l’ogresse aux appétits farouches.

A l’heure du dîner, un éclair fendit l’air ;
Claqua le tonnerre et ma peau pila ma chair ;
La pluie s’abattit et fit monter la rivière ;
Le pont se noya et engloutit l’épicière. »

Un flot me dépassa
Je hurlai « non, pas ça ! »